Dollar ou Deux Plus!
Boston Pizza
Logo Québec Franchise

Bien former, soutenir et intégrer ses franchisés ou entrepreneurs-partenaires à la vie de votre réseau

image

Par : Jacques Desforges

Bien former, soutenir et intégrer ses franchisés ou partenaires-entrepreneurs à la vie de votre réseau.

Par Jacques Desforges, éditeur de Québec Franchise

Dans le contexte où le franchiseur ou l'entrepreneur-fondateur du concept (ce qui n’enlèverait en rien le fait qu’il sera toujours le « grand patron » et le créateur ou le propriétaire-gestionnaire d’un réseau de franchises sur le plan juridique) est conscient et désireux de considérer ses franchisés comme des partenaires (et non de simples clients), et afin d’adopter une philosophie de gestion des relations franchiseurs-franchisés selon le modèle du partenariat stratégique.

En effet, pour profiter pleinement des forces du franchisage, le franchiseur ne vend ni n’octroie par contrat qu’une simple franchise! Il serait donc question ici, en dehors du contrat juridique, de « vendre » également à chaque franchisé sa vision quant au futur de l’entreprise, à la destination de l’ensemble du réseau, à l’objectif à atteindre, relevant de la responsabilité de tous, autant de la part du franchiseur et son équipe que de ses franchisés autant les nouveaux que les plus expérimentés.

Dans chaque numéro depuis un certain temps, ma chronique Tous pour Un, Un pour Tous se concentre sur mon interprétation-résumé d’une partie du livre Le Partenariat stratégique : comment profiter pleinement des forces du franchisage; livre qui est, à mon avis, le meilleur des 19 de l’auteur et avocat – médiateur et conseiller Jean H. Gagnon. J’aborderai donc une fois de plus, chers lecteurs, un nouveau thème, à mon avis très important, soit de bien former, soutenir ses franchisés et de mieux les intégrer à la vie du réseau.

Et en mode Partenariat stratégique, le franchisé n’est plus un client, mais considéré comme un véritable partenaire : « L’objectif premier du franchiseur est de rendre l’ensemble de son réseau de franchises le plus performant possible, toutes les activités du franchiseur impliquant une intervention auprès de franchisés se doivent d’être conçues, organisées et exécutées en fonction de l’atteinte de cet objectif. » Aussi,

« Entre autres, cela implique que les interventions du franchiseur auprès de ses franchisés soient adaptées au stade auquel chaque franchisé en est rendu au sein du réseau ainsi qu’aux aptitudes et au comportement de chaque franchisé, le tout afin de maximiser l’efficience et l’efficacité du réseau dans son ensemble. » (1)

« Le franchiseur agira alors comme professeur, guide, coach et mentor de ce nouveau membre de son réseau. Dans cette phase, d’autres franchisés plus expérimentés (…) pourraient d’ailleurs très bien, dans l’intérêt fondamental du réseau, seconder les efforts du franchiseur. »

Le modèle conventionnel, ou la gestion relation franchiseur-franchisés de type franchiseur qui sait tout et franchisé qui doit suivre à la lettre les normes et directives du franchiseur, est encore utilisé par plusieurs franchiseurs :

« Au chapitre de la supervision et du suivi des franchisés, il s’agit d’une gestion de type coercitif dans laquelle l’on se préoccupe beaucoup plus de s’assurer que les franchisés respectent bien les normes et standards du franchiseur que de leur apporter l’aide nécessaire à l’atteinte de leurs objectifs dans le réseau et à la gestion optimale de leurs entreprises franchisées. » (2).

Pas bête, n’est-ce pas? À mon avis, si l’on aide adéquatement le franchisé, tant au niveau quantité que qualité, il se sentira à coup sûr plus satisfait d’appartenir au réseau dont il sera devenu fièrement un de ses franchisés - maillon important de la chaîne.

En mode partenariat : « En pratique, pour être en mesure de remplir adéquatement toutes les tâches rattachées à son rôle (NDQF : comme franchiseur), son conseiller (NDQF : ou son représentant) doit posséder un niveau de compétence et d’expérience plus élevé, ainsi que de meilleures habiletés de communication et de négociation, qu’un simple superviseur dont le véritable rôle est avant tout de surveiller le respect par le franchiseur des normes et politiques du franchiseur.

Les compétences d’un véritable conseiller vont bien au-delà du fait de cocher, ou de noter, les points mentionnés à une liste de vérification ».

-30-

Source des citations: Jean H. GAGNON, Le Partenariat stratégique : comment profiter pleinement des forces du franchisage, Éditions Yvon Blais; (1) p.71, (2) p.73, (3) p. 76.

Partagez cette page


  • FIER PARTENAIRE DU SALON
  • Salon Expo Franchise
  • Prochain en 2019 :
    Les 30 et 31 mars 2019 à Montréal (Palais des congrès)
  • FOURNISSEURS EN VEDETTE
  • C.J.Pellan
  • Banque TD
  • Mixcom
  • Jean H. Gagnon
  • RFAQ
  • Jurifax
  • Cité boom

Index des franchises et des occasions d'affaires à vendre par ordre alphabétique