Salon Expo Franchise
Parfait Ménage
Logo Québec Franchise

75 % des Canadiens ne peuvent identifier une entreprise qui se démarque par son leadership environnemental


9 juin 2010

Montréal, le 9 juin 2010 - L’Indice canadien de l’écart vert 2010, le deuxième sondage d’opinion annuel qui mesure la différence entre les gestes écologiques et la sensibilisation des Canadiens, a révélé une tendance constante selon laquelle les Canadiens estiment être beaucoup plus « verts » que ne le démontrent leurs gestes au quotidien. En effet, ils considèrent une fois de plus leurs comportements beaucoup plus verts qu’ils ne le sont en réalité.



Cette divergence entre les affirmations et les gestes écologiques des Canadiens pourrait émaner de la perception selon laquelle les entreprises canadiennes manquent de leadership en matière de mode de vie écologique et de durabilité. En effet, plus de 75 % des Canadiens sont incapables de nommer un chef de file écologique ou croient qu’il n’en existe tout simplement pas.



Où sont les leaders en environnement ?

Cette année, les répondants ont été appelé à répertorier les chefs de file en matière d’environnement de huit différents secteurs et d’exposer les raisons pour lesquelles ils considèrent leurs marques écologiques. Bien que la plupart des entreprises canadiennes aient intégré des principes de durabilité dans leurs activités générales au moyen de politiques, de pratiques et d’initiatives marketing environnementales engagées, il s’avère surprenant de constater que le leadership écologique ne soit pas ancré dans le cœur et l’esprit des Canadiens.



« Pour que leur plate-forme environnementale trouvent écho auprès des consommateurs, les entreprises doivent démontrer de quelles façons leurs produits ou leurs services permettent d’adopter un mode de vie plus respectueux de l’environnement, souligne Isabelle Perras, vice-président d’Optimum relations publiques, une division du Monde de Cossette. Les entreprises doivent diffuser des messages clairs à propos de leurs initiatives vertes et améliorer leur communication directement avec les consommateurs. »



L’Indice canadien de l’écart vert

L’Indice canadien de l’écart vert consiste en une étude annuelle conçue en 2009 par Summerhill et Optimum Relations publiques et menée par Leger Marketing. L’indice évalue 30 comportements afin d’établir la différence entre ce que les gens disent faire en ce qui a trait à leur mode de vie écologique … et ce qu’ils font vraiment.



Optimum et Summerhill utilisent l’indice de l’écart vert afin de déterminer les principaux facteurs de communication et d’engagement qui crée un rapprochement entre les entreprises soucieuses de répondre aux attentes du consommateur en matière de gestes écologiques au quotidien et ses efforts à atteindre cet objectif.



En utilisant les conclusions de cette étude dans le but de rehausser leurs stratégies de marketing, de communication et d’engagement en matière de ventes, les entreprises peuvent cibler les consommateurs grâce à des programmes et à des messages précis et conçus de façon à ce que la marque les intéresse et les encourage à agir en fonction de celle-ci, ce qui entraîne :





- Un accroissement des ventes par catégorie

- Une image de marque rehaussée

- Une fidélité accrue du consommateur

- Une meilleure conservation de l’énergie

- Une part de marché plus importante

- Une plus grande acceptation des produits efficaces

- La réputation de l’entreprise



INFO PLUSRetour aux nouvelles de Québec Franchise

Partagez cette page



  • FIER PARTENAIRE DU SALON
  • Salon Expo Franchise
  • Prochain en 2019 :
    Les 30 et 31 mars 2019 à Montréal (Palais des congrès)
  • FOURNISSEURS EN VEDETTE
  • C.J.Pellan
  • Banque TD
  • Mixcom
  • Jean H. Gagnon
  • RFAQ
  • Jurifax
  • Cité boom

Index des franchises et des occasions d'affaires à vendre par ordre alphabétique