Salon Expo Franchise
Parfait Ménage
Logo Québec Franchise

CANADIAN TIRE, FRANCHISEUR, PUBLIE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE


12 février 2010

- LES RÉSULTATS ONT SUBI LES EFFETS D'UNE CONJONCTURE DIFFICILE ET DE CONDITIONS MÉTÉOROLOGIQUES INHABITUELLES



- DES EFFORTS CIBLÉS EN 2009 POSITIONNENT FAVORABLEMENT LA SOCIÉTÉ EN VUE D'UNE CROISSANCE À LONG TERME



- diminution de 12,2 pour cent du bénéfice net ajusté pour l'exercice

2009, principalement en raison de l'augmentation des provisions au sein des Services Financiers



- amélioration de la situation de trésorerie, bilan solide et diminution considérable des dépenses en immobilisations grâce à une gestion financière rigoureuse



- augmentation des ventes dans les catégories en croissance des principaux secteurs d'activité du Groupe détail et bonne progression des nouveaux formats de magasins



- détails relatifs à la stratégie à long terme présentés lors de la conférence à l'intention des investisseurs, en avril 2010



TORONTO, le 11 févr. /CNW/ - La Société Canadian Tire Limitée (CTC, CTC.a) a publié aujourd'hui ses résultats non vérifiés du quatrième trimestre et de fin d'exercice. Elle a également fourni des indications quant à sa stratégie en constante évolution visant à stimuler une croissance durable à long terme. Les résultats présentés pour 2009 correspondent à un exercice de 52 semaines, comparativement à un exercice de 53 semaines en 2008, ce qui a eu une incidence importante sur les comparaisons avec les résultats des ventes de l'exercice précédent pour le quatrième trimestre et l'exercice complet. Par conséquent, les ventes sont aussi présentées en fonction d'un calendrier comparable afin de faciliter la comparaison. Veuillez vous reporter au tableau intitulé Aperçu du rendement des ventes par secteur d'activité, présenté plus loin.



"Malgré un marché difficile, nous avons atteint notre principal objectif, soit bien gérer notre entreprise dans un contexte économique incertain, tout en mettant l'accent sur le rendement des marges, sur l'optimisation des dépenses en immobilisations, sur le remboursement de la dette à coût élevé et sur la réduction des stocks disponibles dans les magasins du Groupe détail, a déclaré M. Stephen Wetmore, président et chef de l'administration de la Société Canadian Tire. Nos résultats ont été conformes à nos attentes pour l'exercice et, compte tenu de notre excellente position au début du quatrième trimestre, nous aurions pu surpasser nos attentes si les conditions météorologiques avaient été normales. Quoi qu'il en soit, en cette fin d'exercice 2009, notre situation financière est l'une des meilleures des dix dernières années, et nous mettons désormais l'accent sur le rendement du capital investi dans les activités de détail et la croissance des flux de trésorerie disponibles.



Le bénéfice ajusté avant impôts de notre division Services Financiers a atteint 145,3 millions de dollars en 2009. Cette division demeure une entreprise extrêmement bien gérée et constitue un actif stratégique crucial pour la Société Canadian Tire, a ajouté M. Wetmore. La diminution du bénéfice de la Société en 2009 est principalement attribuable aux pertes liées aux activités sur cartes de crédit et à l'adoption d'une approche prudente en matière de flux de trésorerie excédentaires aux Services Financiers. Nous avons toutefois constaté une stabilisation des principales mesures de crédit à la fin de 2009, ce qui place la division en bonne position en vue d'une croissance en 2010."



La baisse de 12,2 pour cent du bénéfice net ajusté de la Société au cours de l'exercice s'explique principalement par une augmentation notable des pertes sur prêts liés aux cartes de crédit relatives aux activités des Services Financiers. En outre, la baisse des ventes au détail dans les catégories des marchandises hivernales chez Canadian Tire et Mark's Work Wearhouse a contribué à une diminution de 19,8 pour cent du bénéfice net ajusté au quatrième trimestre par rapport au trimestre correspondant de 2008.



La Société est satisfaite des résultats positifs qu'obtiennent les nouveaux formats de magasins Canadian Tire. En effet, les magasins intelligents ainsi que les magasins pour petit marché ont connu des augmentations à deux chiffres des ventes dans les catégories clés. La baisse considérable des ventes de marchandises non essentielles et hivernales au quatrième trimestre a été compensée, en partie, par l'augmentation des ventes dans certaines catégories de croissance ciblées par le Groupe détail, y compris les articles de nettoyage pour la maison, les articles pour la cuisine et les articles pour animaux.



DONNÉES CONSOLIDÉES POUR 2009



Les données liées aux ventes et au bénéfice pour 2009 couvrent une période de 13 semaines pour le quatrième trimestre et de 52 semaines pour l'exercice, comparativement à 14 semaines et à 53 semaines, respectivement, pour le trimestre correspondant de 2008 et l'exercice 2008. À certains endroits précis, des comparaisons selon un calendrier comparable sont aussi fournies, afin de faciliter la comparaison des résultats.



---------------------------------------------------

Quatrième Variation Exercice Variation

Données trimestre sur complet sur

consolidées(1) : de 2009 12 mois 2009 12 mois

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au détail 3,0 $ (7,0)% 10,0 $ (5,6)%

(en milliards) (en milliards)

Produits bruts

d'exploitation 2,4 $ (5,8)% 8,7 $ (4,8)%

(en milliards) (en milliards)

BAIIA(2) 248,7 $ (10,1)% 873,7 $ (2,0)%

(en millions) (en millions)

Bénéfice ajusté

avant impôts,

compte non tenu

des gains et

pertes hors

exploitation(3) 153,5 $ (20,2)% 498,3 $ (13,2)%

(en millions) (en millions)

Bénéfice net 96,2 $ (5,2)% 335,0 $ (10,8)%

(en millions) (en millions)

Bénéfice net ajusté,

compte non tenu des

gains et des pertes

hors exploitation(3) 104,4 $ (19,8)% 348,0 $ (12,2)%

(en millions) (en millions)

Bénéfice de base

par action 1,18 $ (5,4)% 4,10 $ (10,9)%

Bénéfice de base

par action ajusté,

compte non tenu des

gains et des pertes

hors exploitation(3) 1,28 $ (20,0)% 4,26 $ (12,4)%



(1) Tous les chiffres en dollars figurant dans le tableau ci-dessus sont

arrondis.

(2) Bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement. Mesure non définie

par les PCGR. Veuillez vous reporter à la section 18 du rapport de

gestion de 2008.

(3) Mesure non définie par les PCGR. Veuillez vous reporter à la

section 18 du rapport de gestion de 2008.



Au quatrième trimestre, le bénéfice net a subi l'incidence des éléments hors exploitation suivants :



(en millions

de dollars) T4 2009 Variation 2009 Variation

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice net 96,2 $ (5,2)% 335,0 $ (10,8)%

Moins les ajustements

après impôts au titre

des éléments suivants :

Obligations au titre

des prestations de

retraite de l'ancien

chef de

l'administration 0,0 0,3

Rachat de débentures (5,2) (4,1)

Incidence nette des

activités de

titrisation (0,7) (5,3)

Coûts liés à la vente

du portefeuille de

prêts hypothécaires (3,6) (3,6)

Gain (perte) à la

cession

d'immobilisations

corporelles 1,3 (0,3)

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice net ajusté 104,4 $ (19,8)% 348,0 $ (12,2)%

-------------------------------------------------------------------------



APERÇU DU RENDEMENT DES VENTES PAR SECTEUR D'ACTIVITÉ



Les ventes au détail et les produits bruts de nos entreprises de détail pour le quatrième trimestre et l'exercice 2009 ont subi le contrecoup d'une semaine supplémentaire dans les résultats de l'exercice précédent. Le tableau suivant présente un aperçu du rendement des ventes par secteur d'activité, y compris des données liées aux ventes au détail de 2009 selon un calendrier comparable.



Données présentées(2) Selon un calendrier

comparable

-------------------------------------------------------------------------

(variation en

pourcentage

sur 12 mois) T4 2009(2) 2009(2) T4 2009(3) 2009(3)

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au détail du

Groupe détail(1) (8,3)% (2,8)% (3,1)% (1,1)%

Produits bruts

d'exploitation du

Groupe détail (8,7)% (2,1)% s.o. s.o.

Livraisons nettes du

Groupe détail (8,6)% (2,4)% s.o. s.o.

Ventes au détail de

Mark's Work Wearhouse (4,1)% (4,8)% 0,7 % (3,5)%

Ventes au détail de la

Division pétrolière (3,0)% (16,8)% s.o. s.o.

Volume des ventes

d'essence de la

Division pétrolière (8,1)% (1,1)% s.o. s.o.

Ventes liées aux cartes

de crédit des Services

Financiers 3,4 % 2,4 % s.o. s.o.

Créances moyennes brutes

des Services Financiers 1,8 % 4,1 % s.o. s.o.

-------------------------------------------------------------------------

(1) Comprend les ventes dans les magasins Canadian Tire et PartSource,

ainsi que la composante main-d'œuvre des ventes dans les

centres-autos du Groupe détail.

(2) Les données liées aux ventes et au bénéfice couvrent une période de

13 semaines pour le quatrième trimestre et de 52 semaines pour

l'exercice 2009, comparativement à 14 semaines et à 53 semaines,

respectivement, pour le trimestre correspondant de 2008 et l'exercice

2008.

(3) Les principales données liées aux ventes au détail sont présentées

selon un calendrier comparable pour l'exercice 2008, afin que les

données liées aux ventes pour 2009 soient plus faciles à comparer

avec celles de l'exercice précédent.



Aperçu des activités



GROUPE DÉTAIL CANADIAN TIRE (Groupe détail)(1)



(en millions T4 T4 Varia- Varia-

de dollars) 2009 2008(2) tion 2009 2008(2) tion

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au

détail(3) 2 167,8 $ 2 364,2 $ (8,3)% 7 407,2 $ 7 617,8 $ (2,8)%

Ventes dans

les magasins

semblables(4)

(variation en

pourcentage

sur 12 mois) (9,4)% 7,3 % (4,2)% 1,8 %

Produits bruts

d'exploita-

tion 1 494,4 1 636,4 (8,7)% 5 552,2 5 669,1 (2,1)%

Livraisons

nettes

(pourcentage

de variation

par rapport à

l'exercice

précédent) (8,6)% 3,0 % (2,4)% 3,5 %

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice avant

impôts 38,0 26,7 42,4 % 261,6 249,4 4,9 %

Moins les

ajustements au

titre des

éléments

suivants :

Rachat de

débentures (7,7) - (6,1) -

Swaps de taux

d'intérêt

différés - (28,7) - (28,7)

Gain à la

cession

d'immobili-

sations

corporelles(5) 2,2 3,7 1,8 7,4

Obligations

au titre des

prestations

de retraite

de l'ancien

chef de l'admi-

nistration 0,0 (6,2) 0,5 (5,1)

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice ajusté

avant impôts(6) 43,5 $ 57,9 $ (24,8)% 265,4 $ 275,8 $ (3,7)%

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données liées aux ventes et au bénéfice couvrent une période de

13 semaines pour le quatrième trimestre et de 52 semaines pour

l'exercice 2009, comparativement à 14 semaines et à 53 semaines,

respectivement, pour le trimestre correspondant de 2008 et l'exercice

2008.

(2) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de

la mise en œuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé

"Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications

apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements

conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter à la note 2

des états financiers consolidés.

(3) Comprend les ventes dans les magasins Canadian Tire et PartSource,

ainsi que la composante main-d'œuvre des ventes dans les

centres-autos du Groupe détail.

(4) Les ventes dans les magasins semblables comprennent les ventes dans

tous les magasins qui sont ouverts depuis plus de 53 semaines.

(5) Comprend les ajustements à la juste valeur de marché et les

réductions de valeur des immobilisations corporelles.

(6) Mesure non définie par les PCGR. Veuillez vous reporter à la

section 18 du rapport de gestion de 2008.



Les ventes au détail du Groupe détail pour le quatrième trimestre ont diminué de 8,3 pour cent, tandis que les ventes dans les magasins semblables ont diminué de 9,4 pour cent par rapport au trimestre correspondant de 2008, en partie en raison de la prise en compte d'une 53e semaine pour l'exercice 2008. Lorsqu'elles sont ajustées en fonction d'un calendrier comparable, les ventes au détail du quatrième trimestre de 2009 ont enregistré une diminution plus modeste de 3,1 pour cent, et les ventes dans les magasins semblables, une diminution de 4,1 pour cent.



Lorsqu'elles sont ajustées pour tenir compte des différences de calendrier en 2008, les ventes dans les catégories en croissance clés, notamment les articles de nettoyage pour la maison, les articles pour la cuisine et les articles pour animaux, ont augmenté de façon considérable au cours du trimestre, mais ont été plus que contrebalancées par la diminution des ventes d'appareils électroniques et d'autres marchandises non essentielles. De plus, l'absence de neige, particulièrement en Ontario et au Québec, a entraîné une diminution importante des ventes de pneus d'hiver, de pièces automobiles saisonnières, de pelles et de souffleuses à neige comparativement au quatrième trimestre de 2008. Les ventes de l'exercice précédent avaient aussi bénéficié de l'adoption d'une loi sur l'utilisation des pneus d'hiver au Québec.



Malgré une diminution des livraisons nettes d'un exercice à l'autre, le Groupe détail Canadian Tire a maintenu une marge bénéficiaire stable par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Par ailleurs, les coûts liés à la chaîne d'approvisionnement ont été réduits, et des économies ont été réalisées au chapitre de la rémunération, de la publicité et d'autres dépenses d'exploitation grâce à un contrôle efficace des coûts et à une baisse des volumes.



Le bénéfice non ajusté a augmenté de 42,4 pour cent au quatrième trimestre, essentiellement en raison de l'incidence qu'avait eue le dénouement des swaps de taux d'intérêt différés sur les résultats de l'exercice précédent. Au cours de l'exercice, la Société a profité de la possibilité de procéder au rachat des débentures avant leur date d'échéance en 2010. Bien que le coût net lié à cette décision ait eu une incidence de 7,7 millions de dollars sur le trimestre considéré, le rachat donnera lieu à des économies d'intérêts substantielles au cours des trimestres à venir.



Compte tenu de l'achèvement des principales initiatives capitalistiques de la Société, notamment le centre de distribution de l'est du Canada et le déploiement des magasins Concept 20/20, la charge d'amortissement a augmenté d'un exercice à l'autre. On s'attend toutefois à ce que le rythme de ces augmentations ralentisse au cours des années à venir, puisque la Société procédera au lancement de nouveaux concepts de magasins moins capitalistiques.



Au cours du trimestre, le Groupe détail a remplacé un magasin traditionnel par un magasin intelligent, a ouvert 25 magasins intelligents convertis et a ouvert trois nouveaux magasins pour petit marché, dont deux intègrent un magasin Mark's Work Wearhouse de format régulier, portant à 479 le nombre total de magasins du réseau.



En 2009, PartSource a construit trois nouveaux magasins, y compris un magasin pivot, a converti un magasin existant en magasin pivot, a converti sept magasins franchisés en succursales et a fermé deux magasins. Par conséquent, le réseau comptait 87 magasins à la fin de l'exercice, dont dix magasins pivots.



SERVICES FINANCIERS CANADIAN TIRE (Services Financiers)



(en millions T4 T4 Varia- Varia-

de dollars) 2009 2008(1) tion 2009 2008(1) tion

-------------------------------------------------------------------------

Total du

portefeuille

géré à la fin 4 108,5 $ 4 120,9 $ (0,3)%

Produits bruts

d'exploitation 237,7 $ 212,4 $ 11,9 % 909,9 $ 820,4 $ 10,9 %

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice avant

impôts 38,4 45,8 (16,0)% 131,9 192,0 (31,3)%

Moins les

ajustements au

titre des

éléments

suivants :

Coûts liés à

la vente du

portefeuille

de prêts

hypothécaires (5,3) - (5,3) -

Gain (perte) à

la cession

d'immobili-

sations

corporelles 0,4 - (0,3) (0,6)

Incidence

nette des

activités de

titrisation(2) (1,0) (10,6) (7,8) (2,9)

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice ajusté

avant impôts(3) 44,3 $ 56,4 $ (21,5)% 145,3 $ 195,5 $ (25,7)%

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de

la mise en œuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé

"Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications

apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements

conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter à la note 2

des états financiers consolidés.

(2) Comprend le gain (la perte) initial(e) à la vente de créances sur

prêts, l'amortissement du passif de gestion, la variation de la

réserve au titre de la titrisation et le gain (la perte) au titre des

réinvestissements.

(3) Mesure non définie par les PCGR. Veuillez vous reporter à la

section 18 du rapport de gestion de 2008.



À la fin du quatrième trimestre, le portefeuille géré des créances sur prêts des Services Financiers totalisait 4,1 milliards de dollars, en baisse de 0,3 pour cent par rapport au trimestre correspondant de 2008, principalement en raison de la vente du portefeuille de prêts hypothécaires au quatrième trimestre, comme il est mentionné ci-dessous. Les créances sur cartes de crédit à la fin ont augmenté de 4,7 pour cent par rapport à l'exercice précédent en raison de la hausse du solde moyen des comptes, qui découle des hausses sélectives des limites de crédit, des offres de transfert de soldes et du ralentissement des paiements effectués par les clients.



Les produits bruts d'exploitation des Services Financiers se sont chiffrés à 237,7 millions de dollars pour le trimestre, en hausse de 11,9 pour cent comparativement à 212,4 millions à l'exercice précédent. Cette augmentation résulte de diverses initiatives entourant la tarification et de l'augmentation des créances sur cartes de crédit.



Le bénéfice ajusté avant impôts du quatrième trimestre a diminué de 21,5 pour cent par rapport au trimestre correspondant de 2008, principalement en raison d'une augmentation considérable de la provision pour pertes sur prêts. Le rendement des créances du total du portefeuille géré a été de 3,57 pour cent, comparativement à 5,00 pour cent en 2008. Cette diminution est principalement attribuable à la hausse du taux de radiation nette du total du portefeuille géré, sur 12 mois, qui s'est élevé à 7,58 pour cent, comparativement à 6,34 pour cent pour la période correspondante de 2008, et au taux de recouvrement général des comptes en souffrance, qui a diminué de 32 points de base depuis décembre 2008.



Bien que l'augmentation des provisions, qui reflète la hausse du nombre de faillites personnelles et de propositions de consommateurs découlant du ralentissement économique, ait eu une incidence sur les résultats de la Société, les statistiques nationales indiquent que, grâce aux stratégies efficaces de gestion des risques de crédit adoptées au cours des dernières années, les Services Financiers continuent de voir le nombre de faillites augmenter à un rythme inférieur à la moyenne canadienne. Les Services Financiers ont contrebalancé en partie la hausse des provisions en continuant de réduire leur structure de coûts d'exploitation.



Comme il a déjà été annoncé, les Services Financiers ont vendu à la Banque Nationale leur portefeuille de prêts hypothécaires au cours du trimestre pour un produit de 162,2 millions de dollars, ce qui correspond approximativement à sa valeur comptable. Les coûts totaux liés à la vente et à la réduction progressive des activités liées aux prêts hypothécaires jusqu'à la fin de décembre 2009 se sont élevés à 5,3 millions de dollars. Les Services Financiers continueront de développer leurs produits de dépôts de détail et auprès de courtiers; à la fin du quatrième trimestre, le solde des dépôts des Services Financiers se chiffrait à environ 2,1 milliards de dollars, ces dépôts constituant une source de financement rentable en vue de la croissance des activités liées aux cartes de crédit.



Au 1er janvier 2010, les Services Financiers avaient réalisé la mise en œuvre des changements nécessaires à leur mécanisme d'octroi de crédit conformément à la nouvelle réglementation gouvernementale pour le secteur des services financiers. Le reste des modifications touchant les méthodes de calcul des intérêts et de répartition des paiements seront apportées d'ici la date obligatoire, le 1er septembre 2010.



MARK'S WORK WEARHOUSE(1)



(en millions T4 T4 Varia- Varia-

de dollars) 2009 2008(2) tion 2009 2008(2) tion

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au

détail(3) 391,7 $ 408,4 $ (4,1)% 960,0 $ 1 008,5 $ (4,8)%

Ventes dans

les magasins

semblables(4) (4,9)% 3,9 % (6,0)% 0,3 %

Produits bruts

d'exploi-

tation(5) 340,3 355,7 (4,3)% 833,8 872,4 (4,4)%

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice avant

impôts 63,1 71,2 (11,4)% 61,5 75,0 (18,0)%

Moins les

ajustements

au titre de

l'élément

suivant :

Perte à la

cession

d'immobili-

sations

corporelles (0,4) (0,5) (1,2) (0,9)

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice ajusté

avant impôts(6) 63,5 $ 71,7 $ (11,4)% 62,7 $ 75,9 $ (17,4)%

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données liées aux ventes et au bénéfice couvrent une période de

13 semaines pour le quatrième trimestre et de 52 semaines pour

l'exercice 2009, comparativement à 14 semaines et à 53 semaines,

respectivement, pour le trimestre correspondant de 2008 et l'exercice

2008.

(2) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de

la mise en œuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé

"Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications

apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements

conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter à la note 2

des états financiers consolidés.

(3) Comprend les ventes au détail dans les succursales et les magasins

franchisés.

(4) Les ventes dans les magasins semblables de Mark's Work Wearhouse ne

comprennent pas celles dans les nouveaux magasins, dans les magasins

qui n'étaient pas ouverts pendant toute la période visée pour chaque

année, ni celles dans les magasins qui ont fermé.

(5) Les produits bruts d'exploitation comprennent les ventes au détail

dans les succursales seulement.

(6) Mesure non définie par les PCGR. Veuillez vous reporter à la

section 18 du rapport de gestion de 2008.



Le total des ventes au détail de Mark's Work Wearhouse au quatrième trimestre a diminué de 4,1 pour cent, principalement en raison du fait que le quatrième trimestre de 2009 compte 13 semaines, plutôt que 14 semaines en 2008 et d'une modification des semaines du calendrier. Ajusté en fonction des différences de calendrier, le total des ventes au détail pour le quatrième trimestre a augmenté de 0,7 pour cent. On considère qu'il s'agit d'un rendement très raisonnable pour un détaillant de vêtements, compte tenu de la grande faiblesse de l'économie et du comportement incertain des clients. Ce rendement reflète également la solidité de la gamme des produits de Mark's Work Wearhouse d'après sa stratégie visant à offrir "Toujours le bon vêtement(MD)".



Les ventes de vêtements pour femmes dans les succursales de Mark's Work Wearhouse ont connu une augmentation de 5,5 pour cent (une augmentation de 11,4 pour cent lorsqu'elles sont ajustées en fonction des différences de calendrier) au cours du trimestre, les catégories des accessoires, des vêtements d'extérieur et des tricots ayant connu les plus fortes ventes. Les ventes de vêtements pour hommes et de vêtements de travail dans les succursales ont diminué de 4,5 pour cent (une diminution de 0,1 pour cent lorsqu'elles sont ajustées en fonction des différences de calendrier) et de 8,7 pour cent (une diminution de 4,3 pour cent lorsqu'elles sont ajustées en fonction des différences de calendrier), respectivement, au cours du trimestre.



D'un point de vue régional, les baisses les plus importantes au chapitre des ventes ont été enregistrées en Alberta et en Colombie-Britannique, deux provinces axées sur les ressources naturelles. Ces diminutions reflètent la faiblesse du marché du travail dans ces régions, laquelle a principalement eu une incidence sur les ventes de vêtements de travail de Mark's Work Wearhouse. De façon générale, Mark's Work Wearhouse continue de mettre l'accent sur l'ajout de nouveaux articles mieux conçus et mieux fabriqués à sa collection "Toujours le bon vêtement", lesquels devraient stimuler la croissance à long terme dans toutes les catégories.



Le bénéfice avant impôts de Mark's Work Wearhouse a diminué de 11,4 pour cent au quatrième trimestre de 2009 en raison de la baisse des ventes et d'une réduction des marges de 132 points de base, reflétant les majorations de prix moins importantes liées aux stocks, l'effet du taux de change et le petit nombre de réductions de prix et de liquidations. Mark's Work Wearhouse a partiellement compensé cette diminution en assurant un contrôle efficace des coûts.



Au cours du trimestre, Mark's Work Wearhouse a ouvert cinq nouveaux magasins, dont trois sont des magasins mixtes Canadian Tire-Mark's Work Wearhouse, a agrandi une succursale et un magasin franchisé, a déménagé un magasin franchisé et a fermé une succursale, portant à 378 le nombre total de magasins du réseau.



DIVISION PÉTROLIÈRE DE CANADIAN TIRE (Division pétrolière)(1)



(en millions T4 T4 Varia- Varia-

de dollars) 2009 2008 tion 2009 2008 tion

-------------------------------------------------------------------------

Volume des

ventes (en

millions de

litres) 431,3 469,1 (8,1)% 1 708,8 1 727,0 (1,1)%

Ventes au

détail 433,5 $ 447,0 $ (3,0)% 1 653,7 $ 1 988,1 $ (16,8)%

Produits bruts

d'exploitation 398,8 414,3 (3,7)% 1 515,1 1 871,2 (19,0)%

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice avant

impôts 1,9 6,1 (69,1)% 24,2 26,6 (9,1)%

Moins les

ajustements

au titre de

l'élément

suivant :

Perte à la

cession

d'immobili-

sations

corporelles(2) (0,3) (0,2) (0,7) (0,5)

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice ajusté

avant impôts(3) 2,2 $ 6,3 $ (65,6)% 24,9 $ 27,1 $ (8,4)%

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données liées aux ventes et au bénéfice couvrent une période de

13 semaines pour le quatrième trimestre et de 52 semaines pour

l'exercice 2009, comparativement à 14 semaines et à 53 semaines,

respectivement, pour le trimestre correspondant de 2008 et l'exercice

2008.

(2) Comprend les pertes de valeur sur les actifs.

(3) Mesure non définie par les PCGR. Veuillez vous reporter à la

section 18 du rapport de gestion de 2008.



Les produits de la Division pétrolière ont diminué de 3,7 pour cent au quatrième trimestre de 2009 par rapport à l'exercice précédent, en partie en raison de la prise en compte d'une 53e semaine pour l'exercice 2008. Les marges sur l'essence ont diminué vers la fin de l'exercice par rapport à l'exercice précédent, en raison de la pression du marché sur les marges. Les ventes dans les dépanneurs et celles liées aux lave-autos ont continué de connaître une forte croissance. Elles ont en effet augmenté de 15,0 pour cent et de 8,5 pour cent, respectivement, après ajustement en fonction de la 53e semaine d'activité.



En 2009, la Division pétrolière a construit trois nouveaux postes et a rénové ou reconstruit 11 postes au cours de l'exercice afin de rehausser l'expérience des clients et de mieux représenter la marque Canadian Tire. La Division pétrolière exploite maintenant 272 postes d'essence, 267 dépanneurs et kiosques et 73 lave-autos.



COMMENTAIRE POUR 2010



PRIORITÉS STRATÉGIQUES



La croissance et le succès durables de la Société seront essentiellement stimulés par la vigueur des activités de base du Groupe détail. En 2010, la Société se concentrera sur la mise en œuvre de programmes visant à accroître le rendement à long terme des actifs utilisés dans le cadre de ses activités, notamment des programmes dont l'objectif est d'améliorer l'ensemble de l'expérience client et l'uniformité du service à la clientèle entre les magasins, de tirer profit de ses atouts essentiels, réputés dans le secteur de l'automobile, et de positionner chaque unité commerciale de Canadian Tire de façon à ce qu'elle puisse soutenir activement les activités de base du Groupe détail Canadian Tire et augmenter l'achalandage dans ses magasins. Cette stratégie permettra à la Société d'optimiser les importants investissements déjà réalisés dans les infrastructures et la chaîne d'approvisionnement et devrait stimuler la croissance durable à long terme du bénéfice.



Les principaux éléments ciblés en 2010 s'inscriront dans la foulée des programmes et initiatives lancés en 2009 :



- la mise en oeuvre continue des magasins intelligents Canadian Tire

peu capitalistiques (25 conversions réalisées au quatrième trimestre

de 2009);

- la progression des principales initiatives de productivité, y compris

le programme de remaniement du Groupe détail et l'initiative de

renouvellement des technologies de l'information, qui visent à

améliorer l'efficacité opérationnelle et la réalisation des projets;

- le début de l'élaboration d'un programme de fidélisation restructuré

et amélioré permettant de mieux connaître nos clients et qui fournira

des récompenses plus importantes;

- d'importants changements sur les plans de la dotation en personnel et

des processus au sein des divisions Marketing, Commercialisation et

Activités des magasins du Groupe détail, afin d'améliorer les

processus de base et d'accroître les ressources disponibles en vue de

rehausser l'expérience client dans les magasins;

- une refonte des actifs du secteur clé de l'automobile mettant

uniquement l'accent sur l'accroissement de la part de marché et la

valorisation de la marque Canadian Tire;

- des fonctions de soutien clés centralisées conçues pour réduire les

charges d'exploitation et améliorer l'efficacité opérationnelle des

unités commerciales;

- une diminution des charges d'exploitation, une réduction des dépenses

en immobilisations (273 millions de dollars en 2009, comparativement

à un budget initial de 390 millions) et une diminution des niveaux de

stocks disponibles dans les magasins du Groupe détail;

- la mise sur pied d'une chaîne d'approvisionnement améliorée et

l'accroissement des capacités opérationnelles de Mark's Work

Wearhouse grâce notamment à de nouveaux investissements dans la

technologie;

- une attention soutenue accordée à la gestion des risques de crédit au

sein des Services Financiers; les activités liées aux prêts

hypothécaires ont été vendues au quatrième trimestre afin de mettre

l'accent sur l'optimisation des activités liées aux cartes de crédit

à l'appui des activités de base;

- une gestion financière solide qui permettra d'améliorer la situation

de trésorerie, d'obtenir un bilan solide et de confirmer les cotes de

crédit;

- une initiative axée sur l'amélioration de la gestion du rendement à

l'échelle de l'organisation, notamment l'amélioration de l'exécution

des initiatives stratégiques clés et une meilleure intégration des

processus d'exploitation et de planification stratégique.



On s'attend à ce que toutes ces activités commencent à donner des résultats positifs en 2010 et en 2011, notamment une amélioration du rendement du capital investi dans les activités de détail. Ces avantages seront toutefois contrebalancés en partie par un certain nombre d'éléments défavorables prévus en 2010 qui auront une incidence négative sur les Services Financiers, y compris une incidence de 8 à 10 millions de dollars sur le bénéfice liée à la nouvelle réglementation en matière de services financiers, des coûts de 8 millions liés au lancement de la carte à puce, des coûts de 5 millions relatifs à l'harmonisation de la taxe de vente et à d'autres modifications apportées aux taxes de vente. En outre, on constatera une augmentation d'environ 10 millions de dollars d'un exercice à l'autre des coûts visant le soutien des initiatives stratégiques clés, principalement au Groupe détail.



"Canadian Tire dispose de solides activités de base dans le secteur du détail et d'actifs comptant parmi les meilleurs entre tous les détaillants à l'échelle du Canada, comme en témoignent les milliards de dollars consacrés aux investissements dans les infrastructures et à l'amélioration des magasins ces 15 dernières années, ainsi qu'un réseau de marchands animés par un fort esprit d'entreprise, a ajouté M. Wetmore. À l'avenir, nous mettrons l'accent sur l'optimisation du rendement des investissements dans nos magasins, la stimulation de la croissance au sein des activités de base du Groupe détail et l'alignement de toutes nos autres activités afin d'améliorer le rendement du Groupe détail."



La Société décrira plus en détail ses priorités stratégiques lors de la conférence à l'intention des investisseurs et des médias, le 7 avril 2010.



CAPITAUX PROPRES



Compte tenu de l'attention soutenue accordée à l'optimisation de nos investissements et à l'amélioration à long terme du rendement du capital investi dans nos activités de détail, les dépenses en immobilisations demeureront inférieures à leurs niveaux précédents à compter de 2010. Les dépenses en immobilisations prévues pour 2010 totaliseront entre 280 millions et 300 millions de dollars; une grande partie de ces dépenses sera consacrée aux projets d'agrandissement de magasins et d'expansion des réseaux ainsi qu'aux principales initiatives de productivité. Les investissements dans les magasins de détail comprendront environ 60 conversions de magasins Canadian Tire au format de magasin intelligent et six nouveaux magasins Canadian Tire, environ huit magasins Mark's Work Wearhouse, nouveaux ou remplacés, et environ 19 postes d'essence, nouveaux ou rénovés.



À l'avenir, les dépenses en immobilisations correspondront davantage à la charge d'amortissement, puisque la Société a diminué ses besoins à l'égard des dépenses en immobilisations par rapport aux normes historiques, principalement parce que la Société ajoute moins de pieds carrés de superficie que par le passé et que les nouveaux formats de magasins du Groupe détail sont moins capitalistiques que les formats antérieurs. La direction cherchera toutes les occasions de gérer ces capitaux de la façon la plus efficace qui soit.



FINANCEMENT ET SITUATION DE TRÉSORERIE



À l'aube de 2010, la situation financière de Canadian Tire a rarement été aussi avantageuse au cours de la dernière décennie, celle-ci jouissant notamment d'un accès facile à du capital grâce à divers mécanismes, y compris des marges de crédit consenties s'élevant à 1,2 milliard de dollars et des dépôts de 2,1 milliards. Canadian Tire remboursera des titres de créance d'un montant de 300 millions de dollars venant à échéance en 2010, qu'elle ne prévoit pas refinancer, et aucun titre de créance de la Société n'arrivera à échéance en 2011, ni en 2012.



De façon générale, la direction continue de croire que, compte tenu des diverses sources de financement disponibles, particulièrement pour les Services Financiers, la Société dispose d'un financement à peu de frais plus que suffisant pour soutenir ses activités dans un avenir rapproché.



DIVIDENDES



Le conseil d'administration a approuvé des versements de dividendes trimestriels de 0,21 $ l'action pour 2010. Le dividende trimestriel pour 2010 demeure inchangé par rapport au montant versé chaque trimestre en 2009. La déclaration du dividende du premier trimestre devrait avoir lieu en mars 2010, et le dividende devrait être versé le 1er juin 2010 aux actionnaires inscrits au 30 avril 2010. Ces dividendes sont considérés comme des "dividendes déterminés" aux fins de l'impôt.



La politique de Canadian Tire vise à maintenir les dividendes versés à un niveau d'environ 15 à 20 pour cent du bénéfice net de base par action normalisé de l'exercice précédent, compte tenu de la situation de trésorerie à la fin de la période, des besoins de trésorerie futurs, des conditions du marché et des occasions de placement. Le bénéfice net par action normalisé aux fins du versement des dividendes ne tient pas compte des gains et des pertes à la vente de créances sur cartes de crédit et sur prêts ni des éléments non récurrents, mais il comprend les gains et les pertes à la cession d'immobilisations corporelles dans le cours normal des activités.



OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS



Canadian Tire a aussi annoncé son intention de présenter une offre publique de rachat dans le cours normal des activités visant le rachat, par l'intermédiaire de la Bourse de Toronto (TSX), de certaines de ses actions de catégorie A sans droit de vote en circulation au cours de la période allant du 19 février 2010 au 18 février 2011. Au 10 février 2010, 78 247 986 actions de catégorie A sans droit de vote étaient émises et en circulation. Le nombre d'actions de catégorie A sans droit de vote qui peuvent être rachetées au cours de la période visée par l'offre ne dépassera pas 3,5 millions d'actions de catégorie A sans droit de vote, ce qui représente environ 5,6 pour cent des 62,9 millions d'actions, soit le flottant approximatif des actions de catégorie A sans droit de vote émises et en circulation au 10 février 2010.



Canadian Tire a pour politique de racheter des actions de catégorie A sans droit de vote afin de compenser l'effet de dilution découlant de l'émission d'actions de catégorie A sans droit de vote en vertu des régimes de participation aux bénéfices des employés et des régimes d'achat d'actions, d'options sur actions et de réinvestissement des dividendes de la Société. Canadian Tire a l'intention de continuer à suivre cette politique. De plus, Canadian Tire peut racheter des actions de catégorie A sans droit de vote additionnelles si le conseil d'administration de Canadian Tire établit, après avoir pris en considération la conjoncture du marché ainsi que la souplesse financière et les occasions d'investissement de Canadian Tire, qu'un tel rachat constitue un moyen approprié d'accroître la valeur des actions de catégorie A sans droit de vote résiduelles.



Le nombre d'actions de catégorie A sans droit de vote rachetées en 2009 en vertu d'une telle offre publique de rachat dans le cours normal des activités était de 742 198. Le prix moyen des rachats s'est chiffré à 50,52 $ l'action de catégorie A sans droit de vote, y compris les commissions.



Tout rachat effectué aux termes de l'offre publique de rachat dans le cours normal des activités doit être fait conformément aux règles de la Bourse de Toronto et au cours du marché des actions de catégorie A sans droit de vote au moment du rachat. Toutes les actions de catégorie A sans droit de vote seront rachetées uniquement sur le marché libre pendant la période au cours de laquelle l'offre de rachat dans le cours normal des activités est en cours. Sous réserve de tout achat de blocs d'actions conformément aux règles de la Bourse de Toronto, Canadian Tire sera assujettie à une restriction quotidienne de rachat de 48 241 actions de catégorie A sans droit de vote, ce qui représente 25 pour cent du volume moyen des opérations quotidiennes sur les actions de catégorie A sans droit de vote de Canadian Tire à la Bourse de Toronto pour la période de six mois terminée le 31 janvier 2010.



ÉNONCÉS PROSPECTIFS



Le présent communiqué de presse contient des énoncés de nature prospective. Les énoncés prospectifs comprennent, sans s'y limiter, les énoncés portant sur les attentes de la direction quant à nos résultats futurs possibles ou hypothétiques, les objectifs stratégiques et les priorités, de même que les perspectives économiques et commerciales pour nous, pour chacun de nos secteurs d'activité ainsi que pour l'économie en général. Les énoncés prospectifs sont souvent, mais pas toujours, signalés par des mots tels que "pouvoir", "supposer", "estimer", "planifier", "perspective", "prévision", "anticiper", "prévoir", "continuer" ou la forme négative de ces mots ou par des variantes similaires. Les énoncés prospectifs reposent sur des hypothèses posées, des analyses ou des estimations faites et des avis donnés par la direction à la lumière de son expérience et selon sa perception des tendances, de la situation actuelle et des faits futurs prévus ainsi que d'autres facteurs qu'elle estime appropriés et raisonnables à la date à laquelle ces énoncés sont faits. Les énoncés prospectifs présentés dans ce communiqué de presse visent à aider les porteurs de titres de la Société et les analystes financiers à comprendre sa situation financière et ses résultats d'exploitation à la fin des périodes visées et pour ces périodes, ainsi que les priorités et objectifs stratégiques de la Société, et ils risquent de ne pas convenir à d'autres fins. De par leur nature, les énoncés prospectifs obligent la Société à poser des hypothèses et comportent des risques et des incertitudes intrinsèques, ce qui pourrait faire en sorte que les prédictions, les prévisions, les projections, les attentes ou les conclusions de la Société ne se concrétisent pas, que les hypothèses posées par la Société soient incorrectes et que les objectifs, stratégiques et autres, et les priorités de la Société ne se réalisent pas.



Bien que la Société estime que les prédictions, les prévisions, les projections, les attentes ou les conclusions exprimées par les énoncés prospectifs reposent sur des renseignements et des hypothèses qui sont actuels, raisonnables et complets, ces derniers sont nécessairement assujettis à un certain nombre de facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement des prédictions, prévisions, projections, attentes ou conclusions de la direction qu'ils expriment pour diverses raisons. Au nombre de ces facteurs figurent a) les risques de crédit, les risques de marché, les risques liés à l'exploitation, les risques d'illiquidité et les risques de financement, y compris les variations des taux d'intérêt et des taux d'imposition; b) la capacité de Canadian Tire à attirer et à conserver des employés, des marchands, des agents de la Division pétrolière, ainsi que des exploitants de magasins et des franchisés de PartSource et de Mark's Work Wearhouse de qualité; c) la volonté des clients d'effectuer leurs achats dans nos magasins ou de se procurer nos produits et services financiers; d) les risques et incertitudes liés à la gestion de l'information, aux technologies, à la sécurité des produits, à la concurrence, à la saisonnalité, au prix des marchandises et à l'interruption des activités, au crédit à la consommation, au financement lié à la titrisation et aux devises; e) les risques et incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels ou les facteurs et hypothèses importants considérés lors de la préparation des énoncés prospectifs diffèrent considérablement des prédictions, prévisions, projections, attentes ou conclusions, lesquels risques et incertitudes sont mentionnés à la rubrique intitulée "Facteurs de risque" de notre notice annuelle pour l'exercice 2008 et dans notre rapport de gestion de 2008. Pour de plus amples renseignements sur les risques, les incertitudes et les hypothèses qui pourraient faire en sorte que les résultats réels de la Société diffèrent considérablement des attentes actuelles, veuillez lire le présent communiqué et vous reporter aux documents publics déposés par la Société, disponibles sur les sites suivants : www.sedar.com et www.canadiantire.ca.



Il est important de noter que la liste de facteurs qui précède n'est pas exhaustive et que d'autres facteurs pourraient avoir une incidence défavorable sur nos résultats. Les investisseurs et les autres lecteurs sont priés de tenir compte des risques, incertitudes et hypothèses susmentionnés au moment d'évaluer les énoncés prospectifs et sont mis en garde de ne pas se fier indûment à ceux-ci. Les déclarations qui contiennent des énoncés prospectifs ne tiennent pas compte de l'incidence des opérations, des éléments non récurrents ou des autres éléments inhabituels annoncés ou survenus après la date de présentation de ces déclarations sur les activités de la Société. Par exemple, les énoncés prospectifs ne reflètent pas l'incidence des cessions, des acquisitions, des radiations d'actifs ou d'autres charges annoncées ou engagées après que ces énoncés eurent été formulés. Les énoncés prospectifs présentés dans ce communiqué de presse reflètent les attentes de la direction à la date des présentes et sont susceptibles de changer après cette date. La Société ne s'engage pas à mettre à jour quelque énoncé prospectif que ce soit, verbal ou écrit, qu'elle peut formuler à l'occasion ou qui peut être fait en son nom, pour tenir compte de nouveaux renseignements ou d'événements futurs ou pour un autre motif, sauf si les lois sur les valeurs mobilières en vigueur l'exigent.



EXAMEN PAR LE CONSEIL D'ADMINISTRATION



Le conseil d'administration de Canadian Tire, faisant suite aux recommandations formulées par le Comité de vérification, a approuvé le contenu du présent rapport.



CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE



Canadian Tire tiendra une conférence téléphonique pour discuter de l'information comprise dans le présent communiqué et de questions afférentes à 16 h 30 (HNE), le 11 février 2010. La conférence téléphonique sera diffusée sur le Web en direct et dans son intégralité à l'intention de tous les investisseurs intéressés et des médias à l'adresse http://corp.canadiantire.ca/FR/investors et sera archivée durant douze mois à la même adresse.



La Société Canadian Tire Limitée (TSX : CTC.a, CTC) comprend cinq unités commerciales : le Groupe détail Canadian Tire, un des détaillants d'articles d'usage courant les plus fréquentés au Canada, qui exploite 479 magasins; PartSource, une chaîne de 87 magasins spécialisés dans la vente de pièces automobiles; la Division pétrolière de Canadian Tire, un des détaillants indépendants d'essence les plus importants et les plus productifs au pays, qui exploite 272 postes d'essence, 267 dépanneurs et kiosques ainsi que 73 lave-autos; Mark's Work Wearhouse, connue sous l'enseigne L'Équipeur au Québec, qui compte 378 magasins au Canada et est l'un des principaux détaillants de vêtements du pays et les Services Financiers Canadian Tire, qui ont émis plus de cinq millions de cartes de crédit MasterCard de Canadian Tire et commercialisent des produits et services financiers connexes offerts aux clients des magasins de détail et des postes d'essence. Plus de 57 000 Canadiens travaillent pour Canadian Tire d'un océan à l'autre dans les secteurs du détail, des services financiers et du pétrole.



États consolidés des résultats (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------



Période de Période de Période de Période de

(en millions 13 semaines 14 semaines 52 semaines 53 semaines

de dollars, terminée terminée terminée terminée

sauf les montants le 2 janv. le 3 janv. le 2 janv. le 3 janv.

par action) 2010 2009 2010 2009

-------------------------------------------------------------------------

(retraité - (retraité -

note 2) note 2)

Produits bruts

d'exploitation 2 437,7 $ 2 587,8 $ 8 686,5 $ 9 121,3 $

-------------------------------------------------------------------------



Charges d'exploitation

Coût des marchandises

vendues et autres

charges

d'exploitation à

l'exception de ce

qui suit (note 13) : 2 184,6 2 305,1 7 788,1 8 200,5

Intérêts débiteurs,

montant net (note 8) 42,7 65,9 147,0 122,6

Amortissement 64,6 61,1 247,5 226,2

Régime de

participation aux

bénéfices des

employés 4,4 5,9 24,7 29,0

-------------------------------------------------------------------------

Total des charges

d'exploitation 2 296,3 2 438,0 8 207,3 8 578,3



Bénéfice avant impôts

sur les bénéfices 141,4 149,8 479,2 543,0



Impôts sur les bénéfices

Exigibles 49,8 67,8 135,2 209,1

Futurs (4,6) (19,5) 9,0 (41,5)

-------------------------------------------------------------------------

Impôts sur les bénéfices 45,2 48,3 144,2 167,6

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice net 96,2 $ 101,5 $ 355,0 $ 375,4 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



Bénéfice de base et

dilué par action 1,18 $ 1,24 $ 4,10 $ 4,60 $

-------------------------------------------------------------------------



Nombre moyen pondéré

d'actions ordinaires

et d'actions de

catégorie A sans

droit de vote en

circulation 81 692 260 81 538 127 81 678 775 81 517 702

-------------------------------------------------------------------------







États consolidés des flux de trésorerie (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------



Période de Période de Période de Période de

13 semaines 14 semaines 52 semaines 53 semaines

terminée terminée terminée terminée

(en millions le 2 janv. le 3 janv. le 2 janv. le 3 janv.

de dollars) 2010 2009 2010 2009

-------------------------------------------------------------------------

(retraité - (retraité -

note 2) note 2)

Flux de trésorerie

liés aux activités

suivantes :



Exploitation

Bénéfice net 96,2 $ 101,5 $ 335,0 $ 375,4 $

Éléments sans effet

sur la trésorerie

Amortissement 50,7 45,2 193,7 168,6

Dotation nette à

la provision pour

pertes relatives

aux créances sur

prêts (note 3) 52,3 32,0 181,2 87,3

Amortissement des

actifs incorporels 13,9 15,8 53,8 57,6

Impôts futurs (4,6) (19,5) 9,0 (41,5)

Charge au titre des

avantages sociaux

futurs (note 5) 1,5 1,6 6,0 6,4

Autres 7,7 9,4 4,0 7,9

Moins-value des

immobilisations

corporelles 0,4 0,8 1,9 2,5

Perte à la cession

du portefeuille de

prêts hypothécaires 0,6 - 0,6 -

Moins-value des

autres placements

à long terme 0,6 1,0 1,1 2,0

Gain à la cession

d'immobilisations

corporelles (2,2) (3,7) (1,6) (7,8)

Titrisation de

créances sur prêts 11,7 39,1 (11,4) 55,6

Gain à la vente de

créances sur prêts

(note 3) (7,4) (10,2) (39,2) (73,7)

Variation de la

juste valeur des

instruments dérivés (8,1) (11,6) (39,4) (51,9)

-------------------------------------------------------------------------

213,3 201,4 694,7 588,4

-------------------------------------------------------------------------

Variation des autres

éléments du fonds de

roulement 145,0 252,7 (275,9) (406,9)

-------------------------------------------------------------------------

Flux de trésorerie liés

aux activités

d'exploitation 358,3 454,1 418,8 181,5

-------------------------------------------------------------------------



Investissement

Titrisation de

créances sur prêts,

montant net (111,6) (272,0) (532,3) (31,7)

Ajouts aux

immobilisations

corporelles (52,0) (34,4) (220,0) (359,5)

Placement dans des

créances sur prêts,

montant net (125,7) (105,1) (208,5) (140,5)

Ajouts aux actifs

incorporels (19,0) (26,3) (67,8) (76,5)

Autres placements

à long terme - (19,6) (50,7) (19,6)

Placements à court

terme 130,0 - (38,0) -

Autres (1,9) (0,7) (7,7) (4,2)

Acquisition de

magasins (2,3) (8,0) (6,1) (36,5)

Créances à long

terme et autres

actifs (1,5) (28,7) (3,1) (27,2)

Produit de la cession

d'immobilisations

corporelles 15,5 9,4 27,8 239,5

Produit de la cession

du portefeuille de

prêts hypothécaires 162,2 - 162,2 -

Produit de la cession

d'actifs incorporels - 0,1 - 0,6

-------------------------------------------------------------------------

Flux de trésorerie liés

aux activités

d'investissement (6,3) (485,3) (944,2) (455,6)

-------------------------------------------------------------------------



Financement

Variation nette des

dépôts (265,0) 838,4 917,3 1 024,1

Émission de titres

de créance à long

terme (note 4) - - 200,1 0,2

Opérations sur

actions de

catégorie A sans

droit de vote (7,8) 6,0 (0,9) 7,0

Remboursement sur

la dette à long

terme (note 4) (151,9) (2,0) (165,4) (156,3)

Dividendes (17,1) (17,1) (68,7) (66,4)

Papier commercial - (367,2) - -

-------------------------------------------------------------------------

Flux de trésorerie

liés aux activités

de financement (441,8) 458,1 882,4 808,6

-------------------------------------------------------------------------



Flux de trésorerie

au cours de la

période (89,8) 426,9 357,0 534,5

Trésorerie et

équivalents de

trésorerie, au début 875,8 2,1 429,0 (105,5)

-------------------------------------------------------------------------

Trésorerie et

équivalents de

trésorerie, à la fin

(note 9) 786,0 $ 429,0 $ 786,0 $ 429,0 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------







États consolidés du résultat étendu (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------



Période de Période de Période de Période de

13 semaines 14 semaines 52 semaines 53 semaines

terminée terminée terminée terminée

(en millions le 2 janv. le 3 janv. le 2 janv. le 3 janv.

de dollars) 2010 2009 2010 2009

-------------------------------------------------------------------------

(retraité - (retraité -

note 2) note 2)



Bénéfice net 96,2 $ 101,5 $ 335,0 $ 375,4 $

Autres éléments du

résultat étendu,

déduction faite

des impôts

(Perte) gain sur les

dérivés désignés

comme couvertures

des flux de

trésorerie,

déduction faite des

impôts de 10,2 $ et

de 33,7 $ (56,7 $ et

68,9 $ en 2008),

respectivement (23,6) 117,4 (80,7) 139,7

Reclassement dans les

actifs non financiers

(du gain) de la perte

lié(e) aux dérivés

désignés comme

couvertures des flux

de trésorerie,

déduction faite des

impôts de 7,9 $ et de

31,1 $ (18,5 $ et

10,1 $ en 2008),

respectivement 16,5 (38,4) (58,5) (20,5)

Reclassement dans les

résultats (du gain)

de la perte lié(e)

aux dérivés désignés

comme couvertures des

flux de trésorerie,

déduction faite des

impôts de 0,1 $ et de

0,9 $ (9,2 $ et 12,0 $

en 2008),

respectivement 0,1 22,0 (1,9) 28,0

-------------------------------------------------------------------------

Autres éléments du

résultat étendu (7,0) 101,0 (141,1) 147,2

-------------------------------------------------------------------------

Résultat étendu 89,2 $ 202,5 $ 193,9 $ 522,6 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------







États consolidés de la variation des capitaux propres (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------



Période de Période de

52 semaines 53 semaines

terminée terminée

(en millions le 2 janv. le 3 janv.

de dollars) 2010 2009

-------------------------------------------------------------------------

(retraité -

note 2)

Capital-actions

Solde au début 715,4 $ 700,7 $

Opérations, montant net (note 6) 5,0 14,7

-------------------------------------------------------------------------

Solde à la fin 720,4 $ 715,4 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



Surplus d'apport

Solde au début - $ 2,3 $

Opérations, montant net 0,2 (2,3)

-------------------------------------------------------------------------

Solde à la fin 0,2 $ - $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



Bénéfices non répartis

Solde au début, montant présenté antérieurement 2 755,5 $ 2 455,1 $

Ajustement transitoire lié à l'adoption de

nouvelles normes comptables - HB 1000/3064 (note 2) (3,1) (4,3)

-------------------------------------------------------------------------

Solde au début, montant retraité 2 752,4 2 450,8

Ajustement transitoire lié à l'adoption de

nouvelles normes comptables - CPN-173 (note 2) 1,1 -

Bénéfice net de la période 335,0 375,4

Dividendes (68,7) (68,4)

Rachat d'actions de catégorie A sans droit de vote (6,1) (5,4)

-------------------------------------------------------------------------

Solde à la fin 3 013,7 $ 2 752,4 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



Cumul des autres éléments du résultat étendu

Solde au début 97,2 $ (50,0)$

Ajustement transitoire lié à l'adoption de

nouvelles normes comptables - CPN-173 (note 2) (2,5) -

Autres éléments du résultat étendu pour la période (141,1) 147,2

-------------------------------------------------------------------------

Solde à la fin (46,4)$ 97,2 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfices non répartis et cumul des autres

éléments du résultat étendu 2 967,3 $ 2 849,6 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------







Bilans consolidés (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------



Au Au

2 janvier 3 janvier

(en millions de dollars) 2010 2009

-------------------------------------------------------------------------

(retraité -

note 2)

ACTIF

Actif à court terme

Trésorerie et équivalents de trésorerie (note 9) 786,0 $ 429,0 $

Placements à court terme (note 9) 64,0 -

Débiteurs 835,9 824,1

Créances sur prêts (note 3) 2 274,8 1 683,4

Stocks de marchandises 933,6 917,5

Impôts à recouvrer 94,7 64,6

Charges payées d'avance et dépôts 40,7 40,2

Impôts futurs 82,8 20,2

-------------------------------------------------------------------------

Total de l'actif à court terme 5 112,5 3 979,0

-------------------------------------------------------------------------

Créances à long terme et autres actifs (note 3) 110,6 262,1

Autres placements à long terme, montant net 48,8 25,2

Écart d'acquisition 71,8 70,7

Actifs incorporels 265,4 247,9

Immobilisations corporelles, montant net 3 180,4 3 198,9

-------------------------------------------------------------------------

Total de l'actif 8 789,5 $ 7 783,8 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



PASSIF

Passif à court terme

Dépôts (note 10) 863,4 $ 540,7 $

Créditeurs et autres 1 391,4 1 444,2

Tranche à court terme de la dette à long terme 309,3 14,8

-------------------------------------------------------------------------

Total du passif à court terme 2 564,1 1 999,7

-------------------------------------------------------------------------

Dette à long terme 1 101,9 1 373,5

Impôts futurs 49,8 44,7

Dépôts à long terme (note 10) 1 196,9 598,7

Autres passifs à long terme 188,9 202,2

-------------------------------------------------------------------------

Total du passif 5 101,6 4 218,8

-------------------------------------------------------------------------



CAPITAUX PROPRES

Capital-actions (note 6) 720,4 715,4

Surplus d'apport 0,2 -

Cumul des autres éléments du résultat étendu (46,4) 97,2

Bénéfices non répartis 3 013,7 2 752,4

-------------------------------------------------------------------------

Total des capitaux propres 3 687,9 3 565,0

-------------------------------------------------------------------------

Total du passif et des capitaux propres 8 789,5 $ 7 783,8 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------







Notes complémentaires (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------



1. Mode de présentation



Les présents états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés

(les "états financiers") ont été préparés par la direction

conformément aux principes comptables généralement reconnus (les

"PCGR") du Canada et englobent les comptes de La Société Canadian

Tire Limitée et de ses filiales, désignées collectivement comme la

"Société". Ces états financiers ne renferment pas toutes les

informations requises en vertu des PCGR du Canada qui s'appliquent

aux états financiers annuels; par conséquent, ils doivent être lus

conjointement avec les états financiers annuels les plus récents

publiés pour l'exercice de 53 semaines terminé le 3 janvier 2009

figurant dans notre Rapport annuel 2008.



La préparation des états financiers selon les PCGR du Canada exige

que la direction procède à des estimations et pose des hypothèses qui

influent sur les montants présentés de l'actif et du passif, sur la

présentation des actifs et des passifs éventuels à la date des états

financiers ainsi que sur les montants présentés des produits et des

charges pendant la période visée par les états financiers. Les

résultats réels peuvent différer de ces estimations. Les estimations

servent à comptabiliser plusieurs éléments comprenant, sans toutefois

s'y limiter, les impôts sur les bénéfices, la perte de valeur

d'actifs (y compris l'écart d'acquisition), les avantages sociaux,

les garanties de produits, les provisions pour désuétude des stocks,

l'amortissement, les prêts irrécouvrables, les provisions pour

préservation de l'environnement, les obligations liées à la mise hors

service d'immobilisations, les instruments financiers et l'obligation

de la Société à l'égard de ses programmes de fidélisation.



2. Modifications de conventions comptables



Ces états financiers sont préparés selon les mêmes conventions et

méthodes comptables que celles utilisées pour les états financiers

annuels les plus récents publiés pour l'exercice de 53 semaines

terminé le 3 janvier 2009, à l'exception de ce qui suit.



Fondements conceptuels des états financiers



Avec prise d'effet le 4 janvier 2009, soit le premier jour de son

exercice 2009, la Société a adopté les modifications apportées par

l'Institut Canadien des Comptables Agréés (l'"ICCA") au chapitre 1000

du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements conceptuels des états

financiers", qui clarifie les critères de constatation des actifs et

le moment où il convient de constater les charges, en particulier, ce

qui a pour effet d'éliminer les lignes directrices permettant le

report des coûts. Les nouvelles exigences s'appliquent aux états

financiers intermédiaires et annuels des exercices ouverts à compter

du 1er octobre 2008. La Société a appliqué les modifications

apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA conjointement avec le

chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Écarts d'acquisition et

actifs incorporels".



Écarts d'acquisition et actifs incorporels



Avec prise d'effet le 4 janvier 2009, la Société a adopté, sur une

base rétroactive avec retraitement des données antérieures, le

chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Écarts d'acquisition et

actifs incorporels", en vigueur pour les états financiers

intermédiaires et annuels des exercices ouverts à compter du 1er

octobre 2008.



Cette nouvelle norme fournit des lignes directrices en matière de

comptabilisation, d'évaluation, de présentation et d'information

applicables aux écarts d'acquisition et aux actifs incorporels, y

compris les actifs incorporels générés en interne, et est conforme à

la définition d'un actif et aux critères de constatation révisés du

chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements conceptuels

des états financiers". Conformément à la nouvelle norme, les coûts

liés aux projets de mise en valeur peuvent être comptabilisés à titre

d'actifs seulement s'ils correspondent à la définition d'un actif

incorporel.



En outre, par le passé, les logiciels créés à l'interne qui ne font

pas partie intégrante du matériel connexe étaient inclus dans les

immobilisations corporelles. Selon la nouvelle norme, ces coûts

doivent figurer dans les actifs incorporels. Puisqu'ils ont une durée

de vie limitée, ces coûts continuent d'être amortis sur cinq ans.



Par suite de la mise en œuvre rétroactive de ces normes, l'incidence

cumulative de celle-ci sur les soldes présentés antérieurement aux

dates suivantes se détaille comme suit :



(en millions de dollars) Augmentation (diminution)

-----------------------------------------

le 3 janvier 2009 le 29 décembre 2007

-----------------------------------------

Bénéfices non répartis (3,1)$ (4,3)$

Créances à long terme et

autres actifs (3,3) (4,6)

Actifs incorporels 189,5 174,0

Immobilisations corporelles (190,9) (175,8)

Impôts à recouvrer 0,4 0,4

Passifs d'impôts futurs (1,2) (1,7)



De plus, l'incidence de la mise en œuvre rétroactive sur

l'amortissement pour les périodes de 14 semaines et de 53 semaines

terminées le 3 janvier 2009 consiste en une diminution de 0,8 million

de dollars et de 2,7 millions, respectivement. L'incidence de la mise

en œuvre rétroactive de la radiation des frais de développement

reportés associés au coût des marchandises vendues et autres charges

d'exploitation pour les périodes de 14 semaines et de 53 semaines

terminées le 3 janvier 2009 a consisté en une augmentation de

0,5 million de dollars et de 0,9 million, respectivement. L'incidence

de la mise en œuvre rétroactive sur le bénéfice net consiste en une

augmentation de 0,3 million de dollars, soit néant par action, pour

la période de 14 semaines terminée le 3 janvier 2009 et consiste en

une augmentation de 1,2 million, soit 0,01 dollar par action, pour la

période de 53 semaines terminée le 3 janvier 2009.



Risque de crédit et détermination de la juste valeur des actifs et

des passifs financiers



Avec prise d'effet le 4 janvier 2009, la Société a adopté, sur une

base rétroactive sans retraitement des données antérieures, l'abrégé

CPN-173 du Comité sur les problèmes nouveaux (le "CPN") de l'ICCA,

intitulé "Risque de crédit et détermination de la juste valeur des

actifs et des passifs financiers", en vigueur pour les états

financiers intermédiaires et annuels des exercices se terminant le

20 janvier 2009 ou à une date ultérieure.



Ce CPN précise qu'on doit prendre en compte le risque de crédit

propre à une entité et le risque de crédit des contreparties dans la

détermination de la juste valeur des actifs et des passifs

financiers, y compris les instruments dérivés, plutôt que d'utiliser

un taux sans risque.



Les entités sont tenues de réévaluer les actifs et les passifs

financiers, y compris les instruments dérivés, au début de la période

de l'adoption du CPN-173 (c.-à-d. au début de l'exercice 2009) pour

tenir compte du risque de crédit qui leur est propre ainsi que du

risque de crédit propre aux contreparties. Tout écart découlant de

cette réévaluation serait comptabilisé en tant qu'ajustement des

bénéfices non répartis, sauf a) les dérivés inclus dans une relation

de couverture de la juste valeur comptabilisés au moyen de la méthode

"abrégée", auquel cas l'écart en résultant ajusterait la valeur

comptable de l'élément couvert et b) les dérivés inclus dans une

relation de couverture des flux de trésorerie, auquel cas l'écart en

résultant serait comptabilisé dans le cumul des autres éléments du

résultat étendu.



Par suite de la mise en œuvre sur une base rétroactive de cette

nouvelle norme, le cumul des autres éléments du résultat étendu au

début a diminué de 2,5 millions de dollars et les bénéfices non

répartis au début ont augmenté de 1,1 million.



Modifications comptables futures



Normes internationales d'information financière



En février 2008, l'ICCA a annoncé que les PCGR du Canada appliqués

aux entreprises ayant une obligation publique de rendre des comptes

seront remplacés par les Normes internationales d'information

financière (les "IFRS") pour les exercices ouverts à compter du

1er janvier 2011. Par conséquent, la convergence des PCGR du Canada

vers les IFRS sera en vigueur pour le premier trimestre de 2011 de la

Société; cette dernière préparera alors ses informations financières

courantes et comparatives de 2010 selon les IFRS. La Société prévoit

que le passage aux IFRS aura une incidence sur les méthodes de

comptabilisation, la présentation de l'information financière, le

contrôle interne à l'égard de l'information financière, l'imposition,

les systèmes et processus liés à l'information, ainsi que sur

certains engagements contractuels. La Société étudie actuellement

l'incidence du passage aux IFRS sur les éléments susmentionnés. De

plus, elle s'est dotée de personnel supplémentaire formé en la

matière et a établi des pratiques de gestion de projet et des

principes de gouvernance pour assurer la conversion aux IFRS en temps

voulu.



Regroupements d'entreprises



En janvier 2009, l'ICCA a publié le chapitre 1582 du Manuel de

l'ICCA, intitulé "Regroupements d'entreprises", qui remplace le

chapitre 1581 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Regroupements

d'entreprises". L'ICCA a également publié les chapitres 1601 et 1602

du Manuel de l'ICCA, intitulés "États financiers consolidés" et

"Participations sans contrôle" respectivement, qui remplaceront le

chapitre 1600 du Manuel de l'ICCA, intitulé "États financiers

consolidés". Ces nouvelles normes ont pour but d'harmoniser les PCGR

du Canada en matière de regroupements d'entreprises et de

présentation d'états financiers consolidés avec les normes comptables

internationales et américaines. Les nouvelles normes doivent être

appliquées à titre prospectif aux regroupements d'entreprises pour

lesquels la date d'acquisition se situe dans un exercice ouvert à

compter du 1er janvier 2011. Une application anticipée est autorisée.

Les actifs et les passifs qui découlent des regroupements

d'entreprises dont la date d'acquisition précède l'entrée en vigueur

des nouvelles normes ne seront pas ajustés à la suite de

l'application de ces normes. La Société a choisi de ne pas adopter

les nouvelles normes avant 2011.



Instruments financiers - comptabilisation et évaluation



En avril 2009, l'ICCA a modifié le chapitre 3855 du Manuel de l'ICCA,

intitulé "Instruments financiers - comptabilisation et évaluation".

La modification comprenait un paragraphe portant sur les options de

règlement anticipé incorporées. Cette modification s'applique aux

états financiers intermédiaires et annuels des exercices ouverts à

compter du 1er janvier 2011. Une adoption anticipée est autorisée. La

nouvelle norme n'a eu aucune incidence sur la Société.



Instruments financiers - informations à fournir



En juin 2009, l'ICCA a modifié le chapitre 3862 du Manuel de l'ICCA,

intitulé "Instruments financiers - informations à fournir", qui

intègre les récentes modifications apportées à IFRS 7, Instruments

financiers : informations à fournir, que l'International Accounting

Standards Board (l'"IASB"). qui a été publiée en mars 2009. Ces

modifications s'appliquent aux entreprises ayant l'obligation

publique de rendre des comptes et aux entreprises privées, aux

coopératives, aux entreprises à tarifs réglementés et aux organismes

sans but lucratif qui choisissent d'appliquer le chapitre 3862.



Les modifications exigent de présenter une information plus

exhaustive sur l'évaluation de la juste valeur, y compris la

fiabilité relative des données utilisées pour effectuer ces

évaluations, sur le risque d'illiquidité et sur les instruments

financiers. Le chapitre 3862 exige désormais que tous les instruments

financiers évalués à la juste valeur soient classés dans l'un des

trois niveaux de la hiérarchie, décrits plus bas, aux fins de la

présentation de l'information. Chacun des niveaux est fondé sur la

transparence des données utilisées pour évaluer la juste valeur des

instruments financiers :



- Niveau 1 - données correspondant à des prix cotés non ajustés

d'instruments identiques sur des marchés actifs;

- Niveau 2 - données autres que les prix cotés visés au niveau 1,

qui sont observables pour l'actif ou le passif, directement ou

indirectement;

- Niveau 3 - données non fondées sur des données observables sur le

marché.



Les modifications s'appliquent aux états financiers annuels des

exercices se terminant après le 30 septembre 2009. Une adoption

anticipée est autorisée. Afin d'alléger les obligations des

préparateurs des états financiers et conformément à IFRS 7, l'ICCA a

décidé de dispenser les entités, pour le premier exercice où elles

appliqueront les modifications, de fournir de manière comparative les

informations correspondant aux nouvelles obligations. Les

informations supplémentaires à fournir seront présentées dans les

états financiers annuels de la Société.



Instruments financiers - dépréciation d'instruments financiers



En août 2009, l'ICCA a modifié le chapitre 3855 du Manuel de l'ICCA,

intitulé "Instruments financiers - comptabilisation et évaluation",

parallèlement au chapitre 3025 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Prêts

douteux". Ces modifications touchent les catégories dans lesquelles

les titres de créance peuvent ou doivent être classifiés, ainsi que

le modèle de dépréciation pour les actifs financiers détenus jusqu'à

leur échéance. Ces modifications, qui s'appliquent aux états

financiers annuels des exercices ouverts à compter du 1er novembre

2008, n'ont pas d'incidence sur la Société.



Accords de prestations multiples générateurs de produits



En décembre 2009, le CPN a publié l'abrégé CPN-175, "Accords de

prestations multiples générateurs de produits", qui peut être

appliqué de façon prospective et qui devrait être appliqué aux

accords de prestations multiples générateurs de produits conclus ou

modifiés de façon importante au cours du premier exercice ouvert à

compter du 1er janvier 2011. L'adoption anticipée est autorisée.



Cet abrégé oblige un fournisseur à répartir la contrepartie dès la

date d'entrée en vigueur de l'accord entre toutes les prestations au

moyen de la méthode du prix de vente relatif. Il fournit également

des indications sur le niveau de preuve requis à l'égard du prix de

vente de chaque prestation pour séparer les prestations lorsqu'une

preuve plus objective du prix de vente n'est pas disponible. Vu

l'obligation d'utiliser la méthode du prix de vente relatif pour

répartir la contrepartie, il est impossible d'utiliser la méthode du

montant résiduel. La Société évaluera l'incidence potentielle de

cette norme.



3. Créances sur prêts



La Société vend des participations en copropriété dans un

regroupement de créances sur cartes de crédit à une fiducie

indépendante (la "fiducie") dans le cadre d'opérations de

titrisation. Les opérations sont comptabilisées à titre de ventes,

conformément à la note d'orientation de l'ICCA concernant la

comptabilité no 12 intitulée "Cession de créances" (la "NOC-12"), et

les créances ne figurent plus aux bilans consolidés.



Conformément à la NOC-12, un actif nommé "coupon d'intérêt" est créé

afin de comptabiliser l'écart entre la valeur de marché de la cession

et le produit reçu. Le coupon d'intérêt représente la valeur

actualisée de l'écart excédentaire à réaliser sur la durée de vie

prévue des créances, particulièrement le rendement, moins les

radiations et les intérêts débiteurs de la fiducie. De la même façon,

un passif de gestion a été établi, lequel représente une estimation

du coût lié à la gestion des créances au cours de leur durée de vie

prévue pour la Banque Canadian Tire.



Le droit de recours dont dispose la fiducie contre la Société se

limite aux paiements de clients reçus sur la tranche des créances

comprise dans le regroupement qui constitue un surdimensionnement. Le

produit de toute vente correspond à la somme du produit en espèces et

de l'augmentation du coupon d'intérêt, moins la somme des coûts de

transaction et de l'augmentation du passif de gestion.



Les actifs et les passifs de la fiducie n'ont pas été consolidés dans

les présents états financiers parce que la fiducie satisfait aux

critères d'une structure d'accueil admissible. Par conséquent, elle

n'a pas à être consolidée.



Les renseignements quantitatifs se rapportant aux prêts gérés et

titrisés par la Société sont les suivants :



Soldes moyens

pour la pour la

période de période de

(en millions Total du capital 52 semaines 53 semaines

de dollars) des créances aux(1) terminée le terminée le

------------------------- ------------ ------------

2 janvier 3 janvier 2 janvier 3 janvier

2010 2009 2010 2009

------------ ------------ ------------ ------------

Total des créances

sur cartes de

crédit gérées,

montant net 3 932,8 $ 3 780,4 $ 3 742,4 $ 3 601,5 $

Créances sur

cartes de crédit

vendues (1 693,4) (2 216,0) (2 044,1) (2 592,9)

------------ ------------ ------------ ------------

Créances sur

cartes de crédit

détenues 2 239,4 1 564,4 1 698,3 1 008,6



Total des prêts

personnels gérés,

montant net(2) 34,0 83,8 56,2 114,2

Prêts personnels

vendus - - - (17,8)

------------ ------------ ------------ ------------

Prêts personnels

détenus 34,0 83,8 56,2 96,4



Total des prêts

hypothécaires

gérés, montant

net(3) - 138,8 141,0 76,0

------------ ------------ ------------ ------------



Total des prêts

au titre de

marges de crédit

gérés, montant net 15,6 20,6 18,1 23,7

------------ ------------ ------------ ------------



Total des créances

sur prêts 2 289,0 1 807,6 1 913,6 $ 1 204,7 $

------------ ------------

------------ ------------

Moins : tranche à

long terme(4) (14,2) (124,2)

------------ ------------



Tranche à court

terme des créances

sur prêts 2 274,8 $ 1 683,4 $

------------ ------------

------------ ------------

(1) Les montants sont présentés déduction faite des provisions pour

pertes sur créances.

(2) Les prêts personnels sont des prêts non garantis qui sont

accordés aux titulaires de cartes de crédit admissibles pour des

durées de trois à cinq ans. Les prêts personnels prévoient des

mensualités fixes composées du capital et des intérêts; ils

peuvent toutefois être remboursés en tout temps sans pénalité.

(3) Les prêts hypothécaires sont accordés pour une durée maximale de

dix ans, à des taux d'intérêt fixes ou variables, ils sont

garantis et comprennent une combinaison de prêts à ratio élevé et

de prêts à faible ratio. Les prêts à ratio élevé sont entièrement

assurés, et les prêts à faible ratio sont partiellement assurés.

Au cours du trimestre, la Société a cédé son portefeuille de

prêts hypothécaires, totalisant environ 162 millions de dollars,

ce qui a donné lieu à une perte avant impôts de 0,6 million.

(4) La tranche à long terme des prêts est comprise dans les créances

à long terme et autres actifs.



Les pertes nettes sur créances du portefeuille détenu en propriété

pour les périodes de 13 semaines et de 52 semaines terminées le

2 janvier 2010 se sont élevées à 52,3 millions de dollars

(32,0 millions en 2008) et à 181,2 millions (87,3 millions en 2008),

respectivement. Les pertes nettes sur créances du total du

portefeuille géré pour les périodes de 13 semaines et de 52 semaines

terminées le 2 janvier 2010 se sont élevées à 86,2 millions de

dollars (67,6 millions en 2008) et à 337,7 millions (249,2 millions

en 2008), respectivement. Les pertes nettes sur créances représentent

le total des radiations (y compris les radiations courantes, les

radiations liées aux faillites et les propositions de consommateur),

déduction faite des recouvrements et de tout changement relatif aux

provisions.



4. Dette à long terme



Le 1er juin 2009, la Société a émis des billets à moyen terme d'un

montant de 200,0 millions de dollars, d'une durée de sept ans, qui

viennent à échéance et sont remboursables le 1er juin 2016. Ces

billets portent intérêt au taux de 5,65 pour cent, payable chaque

semestre.



Le 22 octobre 2009, la Société a racheté des débentures d'un montant

de 150 millions de dollars qui devaient venir à échéance le 10 mai

2010 et qui portaient intérêt au taux de 12,10 pour cent. Par suite

de ce rachat, la Société a versé une prime de remboursement de

9,4 millions de dollars à la date de rachat. Les débentures étaient

couvertes par des swaps de taux d'intérêt qui devaient venir à

échéance le 10 mai 2010, mais qui ont été résiliés de façon anticipée

en raison du rachat. La comptabilité de couverture de ces swaps a

pris fin au moment de l'annonce du rachat. Par conséquent, pour les

périodes de 13 semaines et de 52 semaines terminées le 2 janvier

2010, des sommes de 1,7 million de dollars et de 3,3 millions,

respectivement, ont été amorties dans le résultat. Pour les périodes

de 13 semaines et de 52 semaines terminées le 2 janvier 2010, des

pertes avant impôts de 7,7 millions de dollars et de 6,1 millions,

respectivement, ont été constatées. Ces montants ont été inclus dans

les intérêts débiteurs à long terme.



5. Avantages sociaux futurs



La charge nette au titre des avantages sociaux futurs pour les

périodes de 13 semaines et de 52 semaines terminées le 2 janvier 2010

s'est établie à 1,5 million de dollars (1,6 million en 2008) et à

6,0 millions (6,4 millions en 2008), respectivement.



6. Capital-actions



2 janvier 3 janvier

(en millions de dollars) 2010 2009

----------- -----------

Autorisées

3 423 366 actions ordinaires

100 000 000 d'actions de catégorie A

sans droit de vote

Émises

3 423 366 actions ordinaires (3 423 366 au

3 janvier 2009) 0,2 $ 0,2 $

78 178 066 actions de catégorie A sans

droit de vote (78 178 066 au

3 janvier 2009) 720,2 715,2

----------- -----------

720,4 $ 715,4 $

----------- -----------

----------- -----------



La Société émet et rachète des actions de catégorie A sans droit de

vote. L'excédent net du prix d'émission sur le prix de rachat donne

lieu à un surplus d'apport. L'excédent net du prix de rachat sur le

prix d'émission est d'abord imputé au surplus d'apport, le cas

échéant. Le montant résiduel est imputé aux bénéfices non répartis.



Les opérations suivantes ont eu lieu à l'égard des actions de

catégorie A sans droit de vote :



Pour la période de Pour la période de

(en millions 52 semaines terminée 53 semaines terminée

de dollars) le 2 janvier 2010 le 3 janvier 2009

------------------------- -------------------------

Nombre Nombre

d'actions $ d'actions $

------------ ------------ ------------ ------------

Actions en

circulation au

début 78 178 066 715,2 78 048 062 700,5

Émises 742 198 36,6 649 804 36,9

Rachetées (742 198) (37,5) (519 800) (29,9)

Excédent du prix

de rachat sur le

prix d'émission - 5,9 - 7,7

------------ ------------ ------------ ------------

------------ ------------ ------------ ------------

Actions en

circulation à

la fin 78 178 066 720,2 78 178 066 715,2

------------ ------------ ------------ ------------

------------ ------------ ------------ ------------



7. Régimes de rémunération à base d'actions



Tous les régimes de rémunération à base d'actions sont tels qu'ils

ont été présentés dans les états financiers annuels les plus récents

publiés pour l'exercice de 53 semaines terminé le 3 janvier 2009, à

l'exception de ce qui suit :



Régime d'octroi d'unités d'actions au rendement de 2009



La Société a attribué à certains de ses employés des unités d'actions

au rendement de 2009. Pour chaque unité d'actions au rendement de

2009 qu'il détient, le participant peut choisir de recevoir un

paiement en espèces équivalant au cours de clôture moyen pondéré des

actions de catégorie A sans droit de vote négociées à la Bourse de

Toronto, pour la période de 20 jours précédant et comprenant le

dernier jour de la période de rendement, multiplié par un coefficient

de multiplication établi selon des critères précis axés sur le

rendement. La charge de rémunération se rapportant aux unités

d'actions au rendement de 2009 est imputée aux résultats sur la durée

de la période de rendement en fonction de la rémunération totale dont

le versement est projeté à la fin de la période de rendement. La

charge de rémunération comptabilisée pour les périodes de 13 semaines

et de 52 semaines terminées le 2 janvier 2010 relativement aux unités

d'actions au rendement de 2009 s'est élevée à 1,6 million de dollars

et à 5,3 millions, respectivement.



8. Information sectorielle - État des résultats



---------------------------------------------------------------------



Période de Période de Période de Période de

13 semaines 14 semaines 52 semaines 53 semaines

terminée le terminée le terminée le terminée le

2 janvier 3 janvier 2 janvier 3 janvier

2010 2009 2010 2009

(en millions (retraité - (retraité -

de dollars) note 2) note 2)

---------------------------------------------------------------------

Produits bruts

d'exploitation

Groupe détail 1 494,4 $ 1 636,4 $ 5 552,2 $ 5 669,1 $

Services

Financiers 237,7 212,4 909,9 820,4

Division

pétrolière 398,8 414,3 1 515,1 1 871,2

Mark's Work

Wearhouse 340,3 355,7 833,8 872,4

Éliminations (33,5) (31,0) (124,5) (111,8)

---------------------------------------------------------------------

Total des

produits bruts

d'exploitation 2 437,7 $ 2 587,8 $ 8,686,5 $ 9 121,3 $

---------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------



Bénéfice avant impôts

Groupe détail 38,0 $ 26,7 $ 261,6 $ 249,4 $

Services

Financiers 38,4 45,8 131,9 192,0

Division

pétrolière 1,9 6,1 24,2 26,6

Mark's Work

Wearhouse 63,1 71,2 61,5 75,0

---------------------------------------------------------------------

Total du bénéfice

avant impôts 141,4 149,8 479,2 543,0

Impôts sur les

bénéfices 45,2 48,3 144,2 167,6

---------------------------------------------------------------------

Bénéfice net 96,2 $ 101,5 $ 335,0 $ 375,4 $

---------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------



Intérêts débiteurs,

montant net(1)

Groupe détail 26,2 $ 55,5 $ 82,9 $ 103,2 $

Services

Financiers 16,2 9,3 62,4 15,1

Mark's Work

Wearhouse 0,3 1,1 1,7 4,3

---------------------------------------------------------------------

Total des intérêts

débiteurs 42,7 $ 65,9 $ 147,0 $ 122,6 $

---------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------



Charge d'amortissement

Groupe détail 50,4 $ 46,9 $ 191,2 $ 174,4 $

Services

Financiers 2,4 2,8 11,0 11,0

Division

pétrolière 4,7 4,9 18,0 17,2

Mark's Work

Wearhouse 7,1 6,5 27,3 23,6

---------------------------------------------------------------------

Total de la charge

d'amortissement 64,6 $ 61,1 $ 247,5 $ 226,2 $

---------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------

(1) Le montant net des intérêts débiteurs comprend les intérêts sur

la dette à court terme et sur la dette à long terme,

contrebalancés par les revenus d'intérêts hors exploitation, y

compris les revenus d'intérêts provenant des dépôts bancaires et

des placements connexes et les revenus d'intérêts des activités

intersociétés. Les intérêts sur la dette à long terme pour les

périodes de 13 semaines et de 52 semaines terminées le 2 janvier

2010 se sont établis à 39,5 millions de dollars (60,3 millions en

2008) et à 130,0 millions (117,9 millions en 2008),

respectivement.



Information sectorielle - Actifs totaux



---------------------------------------------------------------------

3 janvier

2009

2 janvier (retraité -

(en millions de dollars) 2010 note 2)

---------------------------------------------------------------------

Groupe détail 5 810,7 $ 5 801,8 $

Services Financiers 3 319,0 2 550,6

Division pétrolière 279,7 352,9

Mark's Work Wearhouse 493,3 509,0

Éliminations (1 113,2) (1 430,5)

---------------------------------------------------------------------

Total 8 789,5 $ 7 783,8 $

---------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------



9. Trésorerie et équivalents de trésorerie



La trésorerie et les équivalents de trésorerie se composent des

éléments suivants :



2 janvier 3 janvier

(en millions de dollars) 2010 2009

------------ ------------

Trésorerie (découvert bancaire) (48,5)$ 59,2 $

Équivalents de trésorerie 834,5 369,8

------------ ------------

Trésorerie et équivalents de trésorerie 786,0 $ 429,0 $

------------ ------------

------------ ------------



Les équivalents de trésorerie sont des certificats de dépôt très

liquides assortis de cotes élevées ou du papier commercial ayant une

échéance initiale de trois mois ou moins.



Les placements dans des certificats de dépôt très liquides assortis

de cotes élevées, du papier commercial ou d'autres titres ayant une

échéance initiale de plus de trois mois et dont la période restante

jusqu'à l'échéance est inférieure à un an sont classés en tant que

placements à court terme.



10. Dépôts



Les dépôts se composent des dépôts auprès de courtiers et des dépôts

de détail.



Les flux de trésorerie provenant des dépôts auprès de courtiers sont

générés par la vente de certificats de placement garantis (les "CPG")

par l'entremise de courtiers plutôt que directement aux clients des

services bancaires de détail. Les soldes individuels allant jusqu'à

100 000 $ sont assurés par la Société d'assurance-dépôts du Canada

(la "SADC"). Les CPG offerts par les courtiers sont d'une durée

allant de 30 jours à cinq ans et ne prévoient aucune disposition de

remboursement par anticipation, sauf en certaines circonstances

exceptionnelles. Au 2 janvier 2010, le total des dépôts à court terme

et à long terme non encaissés auprès des courtiers s'élevait à

1 514,8 millions de dollars (926,8 millions en 2008).



Les dépôts de détail se composent des dépôts dans les comptes

d'épargne à intérêt élevé, des CPG et des dépôts dans les comptes

d'épargne libres d'impôt. Au 2 janvier 2010, le total des dépôts de

détail non encaissés s'élevait à 545,5 millions de dollars

(212,6 millions en 2008).



11. Informations à fournir concernant la gestion du capital



Les objectifs de la Société en matière de gestion du capital sont les

suivants :



- réduction du coût du capital après impôts;

- maintien de réserves de liquidités saines et d'un bon accès au

capital;

- maintien de la flexibilité de la structure du capital pour assurer

la capacité de réaliser le plan stratégique.



La conjoncture économique actuelle n'a pas eu d'incidence sur les

objectifs de la Société en matière de gestion du capital.



La direction inclut les éléments suivants dans la définition du

capital :



(en millions 2 janvier 3 janvier

de dollars) 2010 % du total 2009 % du total

------------------------- -------------------------

Tranche à court

terme de la dette

à long terme 309,3 $ 4,9 % 14,8 $ 0,3 %

Dette à long terme 1 101,9 17,4 % 1 373,5 25,2 %

Dépôts à long terme 1 196,9 18,9 % 598,7 11,0 %

Autres passifs à

long terme(1) 1,3 - % 3,2 0,1 %

Capital-actions 720,4 11,4 % 715,4 13,1 %

Surplus d'apport 0,2 - % - - %

Bénéfices non

répartis 3 013,7 47,4 % 2 752,4 50,3 %

------------------------- -------------------------

Capital net sous

gestion 6 343,7 $ 100,0 % 5 458,0 $ 100,0 %

------------------------- -------------------------

------------------------- -------------------------

(1) Passif à long terme qui correspond à des instruments dérivés ou à

des instruments de couverture liés aux composantes du capital

seulement.



La Société a adopté diverses politiques qui lui permettent de gérer

son capital, y compris une politique en matière de liquidité et de

levier financier ainsi qu'une politique en matière de titres de

capitaux propres et d'instruments dérivés. Dans le cadre de la

gestion générale du capital, le Comité de gestion des risques

financiers et le Comité de vérification du conseil s'assurent que la

Société se conforme à ces politiques et que son rendement à cet égard

est satisfaisant.



De plus, le Comité de gestion des risques financiers et le Comité de

vérification du conseil procèdent à des évaluations périodiques des

politiques afin de s'assurer qu'elles demeurent conformes au niveau

de tolérance au risque de la Société ainsi qu'aux tendances et aux

conditions actuelles du marché.



Pour évaluer l'efficacité avec laquelle elle gère son capital, la

direction a par le passé surveillé certains ratios clés pour

s'assurer qu'ils se situaient dans les fourchettes cibles. En raison

de la croissance des activités de la division des Services

Financiers, des changements relatifs à la façon dont les Services

Financiers obtiennent du financement et de l'incidence éventuelle des

IFRS, les ratios présentés précédemment ne sont plus considérés comme

pertinents par la direction. La direction effectue actuellement un

examen en vue de déterminer les ratios les plus pertinents.



Dans le cadre des ententes d'emprunt existantes, des clauses

restrictives financières clés font l'objet d'une surveillance

continue par la direction afin d'assurer la conformité à ces

ententes. Les clauses restrictives clés sont les suivantes :



- Le maintien d'une couverture minimale précise des immobilisations

corporelles, établie en fonction du calcul suivant :

- total de l'actif moins les actifs incorporels, le passif à

court terme (à l'exclusion de la tranche à court terme de la

dette à long terme) et le passif au titre des avantages sociaux

futurs;

- divisé par la dette à long terme (y compris la tranche à court

terme de la dette à long terme).

- Restrictions quant à l'excédent pouvant être versé aux

actionnaires sous forme de dividendes. Par conséquent, la Société

est assujettie à des restrictions relativement aux distributions

(y compris les dividendes et le remboursement ou le rachat

d'actions) qui excèdent son bénéfice net cumulé sur une période

donnée.



Au cours de la période, la Société se conformait à ces clauses

restrictives clés.



La filiale en propriété exclusive de la Société, la Banque Canadian

Tire (la "Banque"), gère son capital conformément aux lignes

directrices établies par le Bureau du surintendant des institutions

financières Canada (le "BSIF"). Les lignes directrices concernant le

capital réglementaire mesurent le capital par rapport au risque de

crédit, au risque de marché et au risque opérationnel. La Banque

dispose de diverses politiques et procédures et de divers contrôles

concernant le capital auxquels elle a recours pour atteindre ses

objectifs.



Les objectifs de la Banque sont les suivants :



- disposer d'un capital suffisant pour garder la confiance des

déposants;

- posséder une structure du capital appropriée, selon les

évaluations effectuées à l'interne, conformément aux définitions

des organismes de réglementation et par rapport aux autres

institutions financières;

- obtenir le coût global du capital le plus bas tout en préservant

une composition appropriée d'éléments de capital pour atteindre

les niveaux de capitalisation cibles.



Le capital total de la Banque se compose de trois catégories de

capital, approuvées en vertu des actuelles lignes directrices

concernant le capital réglementaire du BSIF. Au 31 décembre 2009,

soit la fin du trimestre de la Banque, le capital de première

catégorie comprenait les actions ordinaires et les bénéfices non

répartis, moins l'exposition nette découlant de la titrisation. À

l'heure actuelle, la Banque ne détient aucun instrument dans le

capital de deuxième ou de troisième catégorie. Les actifs pondérés en

fonction des risques, dont il est fait mention dans les lignes

directrices réglementaires, comprennent tous les actifs figurant au

bilan, pondérés pour tenir compte du risque inhérent à chaque type

d'actif, et une composante liée au risque opérationnel fondée sur un

pourcentage des produits moyens pondérés en fonction des risques.



Le ratio du capital de première catégorie et le ratio du capital

total de la Banque se situent au-dessus de la cible minimale établie

à l'interne. Le ratio actif/capital se situe en deçà de la cible

maximale établie à l'interne. Les ratios minimaux du capital de

première catégorie et du capital total du BSIF pour les banques

canadiennes sont de sept pour cent et de dix pour cent,

respectivement. Au cours du trimestre terminé le 31 décembre 2009 et

de la période correspondante, la Banque s'est conformée aux lignes

directrices concernant le capital du BSIF en vertu des normes Bâle II

énoncées dans le document intitulé "Convergence internationale de la

mesure des normes de fonds propres : dispositif révisé" (l'"Accord de

Bâle II").



12. Informations à fournir sur les instruments financiers



Provision pour pertes sur créances



La provision relative aux créances de la Société est maintenue à un

niveau considéré comme suffisant pour absorber les pertes sur

créances futures. La continuité de la provision pour pertes sur

créances de la Société se présente comme suit :



Créances sur

cartes de crédit Autres prêts(1)

(en millions 2 janvier 3 janvier 2 janvier 3 janvier

de dollars) 2010 2009 2010 2009

---------------------------------------------------

Solde au début 51,8 $ 51,5 $ 3,5 $ 2,7 $

Dotation à la

provision pour

pertes sur

créances 175,6 78,0 5,6 9,3

Recouvrements 19,8 15,0 0,8 0,7

Radiations (163,3) (92,7) (7,8) (9,2)

--------------------------------------------------

Solde à la fin 83,9 $ 51,8 $ 2,1 $ 3,5 $

--------------------------------------------------

--------------------------------------------------





Débiteurs Total

(en millions 2 janvier 3 janvier 2 janvier 3 janvier

de dollars) 2010 2009 2010 2009

---------------------------------------------------

Solde au début 3,3 $ 5,0 $ 58,6 $ 59,2 $

Dotation à la

provision pour

pertes sur

créances 3,0 1,0 184,2 88,3

Recouvrements 0,2 0,3 20,8 16,0

Radiations (3,0) (3,0) (174,1) (104,9)

--------------------------------------------------

Solde à la fin 3,5 $ 3,3 $ 89,5 $ 58,6 $

--------------------------------------------------

--------------------------------------------------

(1) Les autres prêts comprennent les prêts personnels, les prêts

hypothécaires et les prêts au titre de marges de crédit.



Risque de change



La Société a un besoin considérable de devises, principalement des

dollars américains, en raison de l'approvisionnement à l'étranger.

Cependant, elle gère son exposition au risque de change au moyen

d'une politique complète de gestion du risque de change qui comporte

des lignes directrices et des paramètres précis, portant notamment

sur le pourcentage de couverture minimal mensuel, en vue de la

conclusion d'opérations de couverture de change relatives aux achats

prévus en dollars américains. Toutefois, l'exposition de la Société

aux fluctuations soutenues au sein du marché des changes subit

l'incidence des forces concurrentielles et sera touchée par les

conditions futures du marché.



Risque d'illiquidité



Le tableau suivant présente les échéances contractuelles de la

Société quant à ses passifs financiers. Le tableau comprend l'intérêt

et les principaux flux de trésorerie.



(en millions

de dollars) 1 an 2 ans 3 ans 4 ans

--------------------------------------------------



Dépôts 872,2 $ 160,5 $ 239,9 $ 470,1 $

Créditeurs et

autres 1 339,8 - - -

Dette à long terme 309,3 21,2 8,5 6,7

Versement des

intérêts(1) 120,5 97,6 95,5 112,3

Autres - 0,9 - 5,1

--------------------------------------------------

Total 2 641,8 $ 280,2 $ 343,9 $ 594,2 $

--------------------------------------------------

--------------------------------------------------





(en millions Par la

de dollars) 5 ans suite Total

-------------------------------------



Dépôts 326,4 $ - $ 2 069,1 $

Créditeurs et

autres - - 1 339,8

Dette à long terme 3,6 1 058,5 1 407,8

Versement des

intérêts(1) 88,6 633,5 1 148,0

Autres 1,3 - 7,3

-------------------------------------

Total 419,9 $ 1 692,0 $ 5 972,0 $

-------------------------------------

-------------------------------------

(1) Comprend les versements d'intérêts sur les dépôts et la dette à

long terme.



Risque de taux d'intérêt



La Société est exposée au risque de taux d'intérêt, qu'elle gère au

moyen de swaps de taux d'intérêt. La Société a adopté une politique

selon laquelle au moins 75 pour cent de sa dette à long terme (dont

l'échéance est supérieure à un an) et de ses obligations en vertu de

contrats de location-acquisition doivent être assorties d'un taux

d'intérêt fixe plutôt que d'un taux d'intérêt variable. La Société se

conforme à cette politique.



13. Stocks de marchandises



Le poste "Coût des marchandises vendues et autres charges

d'exploitation à l'exception de ce qui suit" pour les périodes de

13 semaines et de 52 semaines terminées le 2 janvier 2010 comprend un

montant de 1 670,9 millions de dollars (1 811,9 millions en 2008) et

un montant de 5 856,0 millions (6 422,0 millions en 2008) au titre de

stocks comptabilisés en charges, respectivement, dont un montant de

14,3 millions (19,3 millions en 2008) et de 55,7 millions

(68,2 millions en 2008) au titre de réductions de valeurs des stocks,

respectivement, puisque la valeur nette de réalisation est inférieure

au coût. Les réductions de valeurs des stocks constatées au cours

d'exercices antérieurs et reprises au cours du trimestre considéré et

de la période correspondante n'ont pas été considérables.



14. Renseignements supplémentaires sur les flux de trésorerie



Pour la période de 13 semaines terminée le 2 janvier 2010, la Société

a payé 28,6 millions de dollars en impôts sur les bénéfices

(49,5 millions en 2008) et 63,1 millions en intérêts (35,5 millions

en 2008). Pour la période de 52 semaines terminée le 2 janvier 2010,

la Société a payé 165,2 millions de dollars en impôts sur les

bénéfices (220,1 millions en 2008) et 173,9 millions en intérêts

(108,7 millions en 2008), y compris un montant de 31,8 millions lié

au règlement de swaps de taux d'intérêt différés et un montant de

9,4 millions lié au rachat anticipé de débentures.



Pour les périodes de 13 semaines et de 52 semaines terminées le

2 janvier 2010, des immobilisations corporelles ont été acquises au

coût global de 62,6 millions de dollars (107,8 millions en 2008) et

de 202,8 millions (394,5 millions en 2008), respectivement. Le

montant lié aux immobilisations corporelles acquises compris dans les

créditeurs et autres s'élevait à 22,7 millions de dollars au

2 janvier 2010 (101,2 millions en 2008).



Pour les périodes de 13 semaines et de 52 semaines terminées le

2 janvier 2010, des actifs incorporels, qui consistent en des

logiciels, ont été acquis au coût global de 18,6 millions de dollars

(27,1 millions en 2008) et de 70,3 millions (77,4 millions en 2008),

respectivement. Le montant de ces actifs incorporels acquis compris

dans les créditeurs et autres s'élevait à 2,6 millions de dollars au

2 janvier 2010 (0,9 million en 2008).



15. Questions juridiques



La Société et certaines de ses filiales sont parties à un certain

nombre de poursuites. De l'avis de la Société, une poursuite de ce

type représente une question juridique courante inhérente à ses

activités, et la résolution ultime de ces poursuites n'aura pas

d'incidence importante sur ses résultats, sur ses flux de trésorerie

ni sur sa situation financière consolidés.



En octobre 2004, un groupe de consommateurs établi au Québec a déposé

une requête en vue d'autoriser un recours collectif contre une

filiale en propriété exclusive de la Société, la Banque Canadian Tire

(la "Banque") et certaines autres banques. Les requérants allèguent

que les frais que la Banque impute sur les opérations d'avance de

fonds sont interdits en vertu de la Loi sur la protection du

consommateur (Québec). Le recours collectif vise le remboursement de

tous les frais qui ont été facturés aux titulaires de cartes pour les

opérations d'avance de fonds, plus les intérêts, et le versement d'un

montant pour dommages et intérêts à toutes les personnes inscrites au

recours collectif. Le recours collectif contre la Banque a été

autorisé le 1er novembre 2006. Le recours collectif regroupe toutes

les personnes du Québec qui ont un contrat de carte de crédit avec la

Banque et qui ont payé des frais pour les opérations d'avance de

fonds effectuées au Canada ou à l'étranger depuis le 1er octobre

2001. La Société est d'avis qu'elle a une solide défense contre la

réclamation du fait que les banques ne sont pas assujetties à la

législation provinciale, les services bancaires et l'information sur

les frais d'emprunt étant de compétence fédérale exclusive. Par

conséquent, aucune provision n'a été constituée en prévision de

montants, le cas échéant, que la Société devrait verser advenant un

dénouement défavorable. Si la décision est défavorable, le risque

global total actuel de la Banque devrait s'élever à environ

16 millions de dollars.



En juin 2009, une poursuite judiciaire semblable contre une autre

institution financière, remettant en question la légalité des frais

exigés pour des opérations de change effectuées par cartes de crédit,

a été entendue par la Cour suprême du Québec. La Cour a rendu une

décision en faveur du demandeur. Cependant, la décision a été portée

en appel devant la Cour d'appel du Québec. La décision rendue

pourrait avoir une incidence sur les autres poursuites en suspens,

dont la demande liée au recours collectif contre la Banque mentionnée

dans le paragraphe précédent.



16. Questions fiscales



Dans le cours normal de ses activités, la Société fait régulièrement

l'objet de vérifications menées par l'administration fiscale. Bien

que la Société estime que les déclarations fiscales qu'elle produit

sont appropriées et justifiables, il existe toutefois la possibilité

que certains éléments fassent l'objet d'une révision et soient

contestés par l'administration fiscale.



Les principales questions contestées par l'Agence du revenu du Canada

(l'"ARC") ont trait au traitement fiscal des commissions versées à

des filiales étrangères de la Société (pour les années d'imposition

allant de 1995 à 2007) et aux dividendes reçus relativement à un

placement réalisé par une filiale en propriété exclusive de la

Société lié à la réassurance (pour les années d'imposition allant de

1999 à 2003).



Les autorités fiscales provinciales compétentes ont établi de

nouvelles cotisations et on s'attend à ce qu'elles en établissent

d'autres à l'égard de ces questions pour ces mêmes années.



La Société a convenu avec l'ARC de régler la question des commissions

versées entre 1995 et 2003. Toutefois, certains renseignements

fournis par la Société devront faire l'objet d'une vérification par

l'ARC avant que ne soit déterminé le montant définitif des impôts à

payer par suite du règlement. La Société est d'avis que les autorités

fiscales provinciales établiront aussi de nouvelles cotisations selon

les mêmes critères. La Société ne fait pas l'objet d'un risque

important en ce qui concerne cette question pour les années

d'imposition postérieures à 2003.



Les nouvelles cotisations relatives à la question des dividendes

reçus reposent sur plusieurs motifs, dont certains sont très

inhabituels. La Société a porté en appel ces nouvelles cotisations,

et la question est en instance devant la Cour canadienne de l'impôt.

Si l'ARC et les autorités fiscales provinciales compétentes avaient

gain de cause pour l'ensemble de ces nouvelles cotisations - un

dénouement que la Société et ses conseillers fiscaux croient

improbable - nous estimons que l'obligation totale de la Société

quant aux impôts supplémentaires à payer, aux intérêts et aux

pénalités pourrait s'établir à environ 193 millions de dollars. Bien

que la Société ait porté en appel ces nouvelles cotisations, les lois

fiscales actuelles exigent de la Société qu'elle verse à l'ARC et à

ses homologues provinciaux un montant d'environ 120 millions de

dollars lié à cette question, dont la totalité a été payée.



La Société examine périodiquement la possibilité de dénouements

défavorables en matière de questions fiscales. La Société est d'avis

que la décision finale relativement aux règlements, à la résolution

de la question des commissions, à la résolution de la question des

dividendes reçus et aux autres questions fiscales n'aura pas

d'incidence défavorable importante sur ses liquidités, sur sa

situation financière consolidée ni sur ses résultats d'exploitation

consolidés, car elle croit qu'elle a établi des provisions adéquates

à l'égard de ces questions fiscales. Si le passif fiscal définitif

différait sensiblement des provisions établies, le taux d'imposition

effectif de la Société et son bénéfice pourraient en subir les

répercussions positives ou négatives dans la période au cours de

laquelle les questions seront en fin de compte résolues.



La provision pour charge d'impôts accumulée pour la totalité de

l'exercice a été diminuée de 9,1 millions de dollars en raison de

l'application rétroactive d'un changement législatif relatif à

l'imposition des gains réalisés à la cession d'actions en 2006 et en

2007 et de la révision de la charge d'impôts estimative de l'exercice

précédent.



Annexe des états financiers consolidés portant sur la couverture des

--------------------------------------------------------------------

intérêts (non vérifié)

----------------------



Les exigences de la Société en matière d'intérêts sur la dette à long

terme pour la période de 52 semaines terminée le 2 janvier 2010,

compte tenu des intérêts annualisés sur la dette à long terme émise

et remboursée au cours de cette période, se sont élevées à

111,5 millions de dollars. Le bénéfice de la Société avant les

intérêts sur la dette à long terme et les impôts pour la période de

52 semaines terminée le 2 janvier 2010 s'est chiffré à 608,2 millions

de dollars, soit 5,5 fois les exigences de la Société en matière

d'intérêts sur la dette à long terme pour cette période.

INFO PLUSRetour aux nouvelles de Québec Franchise

Partagez cette page



  • FIER PARTENAIRE DU SALON
  • Salon Expo Franchise
  • Prochain en 2019 :
    Les 30 et 31 mars 2019 à Montréal (Palais des congrès)
  • FOURNISSEURS EN VEDETTE
  • C.J.Pellan
  • Banque TD
  • Mixcom
  • Jean H. Gagnon
  • RFAQ
  • Jurifax
  • Cité boom

Index des franchises et des occasions d'affaires à vendre par ordre alphabétique