Dollar ou Deux Plus!
Boston Pizza
Logo Québec Franchise

CANADIAN TIRE PUBLIE SES RÉSULTATS DU TROISIÈME TRIMESTRE - LES ACTIVITÉS DE DÉTAIL DE BASE DEMEURENT VIGOUREUSES MALGRÉ L'INCERTITUDE ÉCONOMIQUE ET LES CONDITIONS MÉTÉOROLOGIQUES INHABITUELLES; LE BÉNÉFICE GLOBAL SUBIT L'INCIDENCE DE L'AUGMENTATION DES PERTES SUR PRÊTS AUX SERVICES FINANCIERS


16 novembre 2009

TORONTO, le 12 nov. /CNW/ - La Société Canadian Tire Limitée (CTC, CTC.a)a publié aujourd'hui ses résultats pour le troisième trimestre. Les activités

de détail de base demeurent vigoureuses tandis que l'augmentation considérable des pertes sur prêts dans le cadre des activités des Services Financiers Canadian Tire a contribué à une diminution de 21,6 pour cent du

bénéfice net ajusté par rapport au trimestre correspondant de 2008.



Les activités de détail de base de la Société, le Groupe détail Canadian Tire, ont affiché un bénéfice ajusté pour ainsi dire identique à celui du

trimestre correspondant de 2008, tandis qu'elles ont affiché une croissance de 1,9 pour cent du bénéfice ajusté avant impôts depuis le début de l'exercice. La vigueur des activités de détail de base se maintient malgré les conditions difficiles du marché et le temps inhabituellement frais et

pluvieux.



"Nos activités de base demeurent vigoureuses malgré la situation économique difficile et les conditions météorologiques inhabituelles. En effet, les livraisons aux magasins se sont légèrement accrues et le BAIIA a

augmenté, mais ces progrès ont subi le contrecoup des défis auxquels se

heurtent les Services Financiers, a affirmé Stephen Wetmore, président et chef de l'administration de Canadian Tire. Les prochaines semaines seront cruciales pour nos activités de détail, mais je demeure persuadé que nous

avons les bonnes stratégies, la bonne équipe et les bons programmes."



------------------------------------------

Troisième Troisième

Points saillants trimestre de trimestre de

Données consolidées : 2009 2008(1) Variation

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au détail(2) 2,45 $ 2,61 $ (6,0) %

(en milliards) (en milliards)

Produits bruts d'exploitation 2,17 $ 2,26 $ (4,1) %

(en milliards) (en milliards)

BAIIA(3) 218,8 $ 223,9 $ (2,4) %

(en millions) (en millions)

Bénéfice ajusté avant impôts,

compte non tenu des gains et

des pertes hors exploitation(3) 127,2 $ 159,2 $ (20,1) %

(en millions) (en millions)

Bénéfice net 85,4 $ 109,1 $ (21,8) %

(en millions) (en millions)

Bénéfice net ajusté, compte

non tenu des gains et des

pertes hors exploitation(3) 91,0 $ 116,0 $ (21,6) %

(en millions) (en millions)

Bénéfice de base

par action 1,04 $ 1,34 $ (21,9) %

Bénéfice de base par action

ajusté, compte non tenu des

gains et des pertes hors

exploitation(3) 1,11 $ 1,42 $ (21,8) %



(1) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de

la mise en œuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé

"Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter à la note 2 des états financiers consolidés.

(2) Représente les ventes au détail du Groupe détail (y compris celles de PartSource), ainsi que celles des succursales et des magasins franchisés de Mark's Work Wearhouse et des établissements de la Division pétrolière.



(3) Mesure non définie par les PCGR. Veuillez vous reporter à la section 15 du rapport de gestion.



Aperçu des activités



GROUPE DÉTAIL CANADIAN TIRE (Groupe détail)



Cumul Cumul

(en millions T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

de dollars) 2009 2008(1) tion de 2009 de 2008(1) tion

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au

détail(2) 1 818,3 $ 1 860,3 $ (2,3) % 5 239,4 $ 5 253,6 $ (0,3) %

Ventes dans

les magasins

semblables(3)

(pourcentage

de variation

par rapport

à l'exercice

précédent) (3,8) % 2,0 % (1,9) % (0,5) %

Produits bruts

d'exploit-

ation 1 408,5 1 399,3 0,7 % 4 057,8 4 032,7 0,6 %

Livraisons

nettes

(pourcentage

de variation

par rapport

à l'exercice

précédent) 0,3 % 7,6 % 0,1 % 3,8 %

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

avant impôts 95,6 94,0 1,6 % 223,6 222,7 0,4 %

Moins les

ajustements

au titre

des éléments

suivants :

Amortissement

du dénouement

des swaps de

taux

d'intérêt 1,6 - 1,6 -

Gain (perte)

à la cession

d'immobilis-

ations corpor-

elles(4) 0,3 (0,3) (0,4) 3,7

Obligations

au titre des

prestations

de retraite

de l'ancien

chef de

l'admin-

istration 0,0 0,2 0,5 1,1

------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

ajusté avant

impôts(5) 93,7 $ 94,1 $ (0,4) % 221,9 $ 217,9 $ 1,9 %

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de la mise en œuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter à la note 2 des états financiers consolidés.



(2) Comprend les ventes dans les magasins Canadian Tire et PartSource, ainsi que la composante main-d'œuvre des ventes dans les

centres-autos du Groupe détail.



(3) Les ventes dans les magasins semblables comprennent les ventes dans tous les magasins qui sont ouverts depuis plus de 53 semaines.



(4) Comprend les ajustements à la juste valeur de marché et les réductions de valeur des immobilisations corporelles.



(5) Mesure non définie par les PCGR. Veuillez vous reporter à la section 15 du rapport de gestion.



Les ventes du Groupe détail ont diminué de 2,3 pour cent par rapport au trimestre correspondant de 2008, le temps inhabituellement frais et pluvieux ayant eu une incidence sur les ventes de certains articles saisonniers,

notamment les articles pour la vie au jardin, les vélos et accessoires

connexes et les articles de jardinage et de camping, et la conjoncture difficile persistante a eu une incidence sur certaines autres catégories moins essentielles, comme les articles de décoration, les appareils

électroniques et les solutions de rangement. Malgré des ventes généralement plus faibles, le Groupe détail a constaté une saine augmentation des ventes

pour les catégories en croissance, comme les articles de mise en forme, les pièces automobiles, les articles de cuisine et la nourriture pour animaux.



Au troisième trimestre, le bénéfice ajusté avant impôts du Groupe détail s'est établi à 93,7 millions de dollars, en baisse de 0,4 pour cent par rapport à l'exercice précédent, puisque l'augmentation des charges

d'exploitation liées au nouveau centre de distribution de l'est du Canada, la hausse des charges locatives des magasins et les investissements continus

dans les initiatives en matière de productivité ont été compensés en partie par un contrôle efficace des coûts, particulièrement sur le plan de la publicité et de la chaîne d'approvisionnement.



Au cours du trimestre, le Groupe détail a agrandi un magasin traditionnel pour en faire un magasin intelligent et a ouvert un magasin pour petit marché

supplémentaire intégrant un magasin Mark's Work Wearhouse de format régulier, portant à 476 le nombre total de magasins du réseau.



L'accueil réservé par les clients aux magasins intelligents et aux

magasins pour petit marché continue d'être très positif. De façon générale, le rendement des deux concepts dépasse les attentes; en effet, l'achalandage et le volume des transactions sont plus élevés que ce qui était prévu.



Les magasins PartSource ont enregistré une augmentation des ventes qui a été stimulée à la fois par l'expansion continue du réseau et par l'amélioration de l'assortiment d'articles. Au cours du trimestre, PartSource

a ouvert une nouvelle succursale à Welland, en Ontario, qui est un magasin de nouveau format, a agrandi un magasin pour en faire un magasin pivot et a fermé deux magasins, portant à 87 le nombre total d'emplacements du réseau.



DIVISION PÉTROLIÈRE DE CANADIAN TIRE (Division pétrolière)



Cumul Cumul

(en millions T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

de dollars) 2009 2008 tion de 2009 de 2008 tion

-------------------------------------------------------------------------

Volume des

ventes (en

millions de

litres) 433,5 414,5 4,6 % 1,277,5 1,257,9 1,6 %

Ventes au

détail 441,1 $ 550,2 $ (19,8) % 1,220,2 $ 1,541,1 $ (20,8) %

Produits

bruts d'ex-

ploitation 403,6 $ 519,3 $ (22,3) % 1,116,3 $ 1,456,9 $ (23,4) %

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

avant

impôts 8,5 7,5 13,9 % 22,3 20,5 9,0 %

-------------------------------------------------------------------------

Moins les

ajustements

au titre de

l'élément

suivant :

Perte à la

cession

d'immobil-

isations

corpor-

elles(1) (0,1) (0,1) (0,4) (0,3)

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

ajusté

avant

impôts(2) 8,6 $ 7,6 $ 13,4 % 22,7 $ 20,8 $ 9,1 %

-------------------------------------------------------------------------



(1) Comprend les pertes de valeur sur les actifs.



(2) Mesure non définie par les PCGR. Veuillez vous reporter à la section 15 du rapport de gestion.



Bien que le volume des ventes d'essence ait augmenté de 4,6 pour cent par rapport au trimestre correspondant de 2008 en raison de la baisse des prix à la pompe, la Division pétrolière a constaté une diminution de 22,3 pour cent

de ses produits bruts 'exploitation et de 19,8 pour cent de ses ventes au détail découlant de cette baisse considérable des prix de l'essence audétail.



Malgré la diminution des prix à la pompe, la Division pétrolière a obtenu mdes résultats records au cours du trimestre. En effet, son bénéfice ajusté avant impôts a augmenté de 13,4 pour cent grâce à de fortes ventes dans les

dépanneurs, à la relative stabilité des marges sur l'essence et à une bonne gestion des charges d'exploitation, qui sont demeurées stables malgré l'expansion du réseau de la Division pétrolière.



La Division pétrolière a ouvert un nouveau poste d'essence, a rénové cinq postes existants et en a fermé un au cours du trimestre, portant à 273 le nombre total de postes d'essence du réseau.



MARK'S WORK WEARHOUSE



Cumul Cumul

(en millions T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

de dollars) 2009 2008(1) tion de 2009 de 2008(1) tion

-------------------------------------------------------------------------

Total des

ventes au

détail(2) 189,6 $ 194,5 $ (2,5) % 568,3 $ 600,1 $ (5,3) %

Ventes dans

les magasins

semblables

(pourcentage

de variation

par rapport

à l'exercice

précé-

dent)(3) (3,7) % (1,0) % (6,7) % (2,0) %

Produits

bruts

d'exploi-

tation(4) 164,2 168,7 (2,6) % 493,5 516,8 (4,5) %

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

(perte)

avant

impôts (3,8) (0,1) S. O. (1,6) 3,8 (142,7) %

-------------------------------------------------------------------------

Moins les

ajustements

au titre de

l'élément

suivant :

Perte à la

cession

d'immobili-

sations

corpor-

elles (0,5) (0,3) (0,8) (0,4)

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

(perte)

ajusté(e)

avant

impôts(5) (3,3) $ 0,2 $ S. O. (0,8) $ 4,2 $ (120,1) %

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de la mise en œuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter à la note 2 des états financiers consolidés.



(2) Comprend les ventes au détail dans les succursales et les magasins franchisés.



(3) Les ventes dans les magasins semblables de Mark's Work Wearhouse ne comprennent pas celles dans les nouveaux magasins, dans les magasins qui n'étaient pas ouverts pendant toute la période visée pour chaque année, ni celles dans les magasins qui ont fermé.



(4) Les produits bruts d'exploitation comprennent les ventes au détail dans les succursales seulement.



(5) Mesure non définie par les PCGR. Veuillez vous reporter à la section 15 du rapport de gestion.



Le total des ventes au détail de Mark's Work Wearhouse pour le troisième trimestre s'est chiffré à 189,6 millions de dollars, en baisse de 2,5 pour cent comparativement à 194,5 millions l'an dernier. Cette baisse s'explique par des conditions économiques moins favorables. Bien que des diminutions des

ventes aient été constatées en Colombie-Britannique et en Alberta, deux provinces axées sur les ressources naturelles, les ventes ont connu une légère croissance presque partout ailleurs au pays. Pour ce qui est des catégories, la catégorie des vêtements pour femmes a été la moins touchée par

le ralentissement économique; les ventes dans les succursales ont en effet augmenté. Toutefois, les ventes de vêtements de travail et de vêtements pour hommes dans les succursales ont diminué d'un exercice à l'autre, la baisse la

plus importante en dollars ayant été constatée dans les catégories des vêtements de travail et des chaussures de travail pour hommes. Mark's Work Wearhouse continue de mettre l'accent sur l'ajout de nouveaux articles mieux

conçus et mieux fabriqués à sa collection "Toujours le bon vêtement(MD)".



Le bénéfice avant impôts de Mark's Work Wearhouse a diminué au troisième trimestre de 2009 principalement en raison de la baisse des produits bruts

d'exploitation et de la hausse des charges liées à l'expansion du réseau et des investissements dans l'infrastructure au cours des dernières années. La marge bénéficiaire brute sur les marchandises vendues s'est améliorée au cours du trimestre, en hausse de 50 points de base grâce à des réductions de prix moins grandes qu'au troisième trimestre de 2008, mais elle a toutefois

été contrebalancée dans une certaine mesure par des majorations de prix moins importantes découlant principalement des activités de couverture de change.



Au cours du trimestre, Mark's Work Wearhouse a ouvert un nouveau magasin mixte, a déménagé quatre magasins, a agrandi un magasin franchisé et en a fermé deux, portant à 374 le nombre total de magasins du réseau.



SERVICES FINANCIERS CANADIAN TIRE (Services Financiers)



Cumul Cumul

(en millions T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

de dollars) 2009 2008(1) tion de 2009 de 2008(1) tion

-------------------------------------------------------------------------

Total du

portefeuille

géré, à la

fin 4,174,4 $ 4,002,3 $ 4,3 %

Produits

bruts d'ex-

ploitation 222,0 $ 197,8 $ 12,2 % 672,2 $ 608,0 $ 10,6 %

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

avant

impôts 18,7 47,6 (60,8) % 93,5 146,2 (36,1) %

Moins les

ajustements

au titre des

éléments

suivants :

Gain (perte)

à la cession

d'immobili-

sations

corpor-

elles (0,5) (0,6) (0,7) (0,6)

Incidence

nette des

activités

de titrisa-

tion(2) (9,0) (9,1) (6,8) 7,7

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

ajusté

avant

impôts(3) 28,2 $ 57,3 $ (50,9) % 101,0 $ 139,1 $ (27,4) %

-------------------------------------------------------------------------



(1) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de la mise en œuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter à la note 2 des états financiers consolidés.



(2) Comprend le gain (la perte) initial(e) à la vente de créances sur prêts, l'amortissement du passif de gestion, la variation de la réserve au titre de la titrisation et le gain (la perte) au titre des réinvestissements.



(3) Mesure non définie par les PCGR. Veuillez vous reporter à la section 15 du rapport de gestion.



Le portefeuille géré des créances sur prêts des Services Financiers totalisait 4,2 milliards de dollars à la fin du troisième trimestre, soit une hausse de 4,3 pour cent comparativement au portefeuille de 4,0 milliards à la

fin du trimestre correspondant de 2008 attribuable à des hausses sélectives des limites de crédit, à des offres de transfert de soldes et à la baisse du taux de paiement des comptes.



Les produits bruts d'exploitation des Services Financiers se sont chiffrés à 222,0 millions de dollars pour le trimestre, en hausse de 12,2

pour cent comparativement à 197,8 millions à l'exercice précédent. Cette augmentation résulte de diverses initiatives entourant l'établissement des prix et de l'augmentation du total du portefeuille géré de créances sur

prêts.



Le bénéfice avant impôts a diminué de façon considérable au troisième trimestre par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent en raison de l'augmentation de la provision pour pertes sur prêts liée à la hausse du nombre de faillites et des taux de radiation dont il est question plus loin, ainsi que d'une hausse des intérêts débiteurs découlant des liquidités excédentaires.



Le taux de radiation nette du total du portefeuille géré, sur 12 mois, s'est élevé à 7,30 pour cent, comparativement à 6,04 pour cent pour la période correspondante de 2008. Bien que les coûts liés aux faillites aient augmenté, une analyse du rendement des Services Financiers en regard des

statistiques nationales indique que, grâce à leurs stratégies efficaces de gestion des risques de crédit, les Services Financiers continuent à voir le nombre de faillites augmenter à un rythme inférieur à la moyenne canadienne.



Le taux de recouvrement général des comptes en souffrance a diminué de 47 points de base depuis septembre 2008.



Comme il a déjà été annoncé, les Services Financiers ont vendu à la

Banque Nationale du Canada leur portefeuille de prêts hypothécaires,

totalisant environ 162 millions de dollars avant impôts, mais ils continuent d'investir dans leurs produits de dépôts de détail et auprès de courtiers. À la fin du trimestre, les Services Financiers avaient accumulé des dépôts de

détail de plus de 590 millions de dollars et des dépôts auprès de courtiers de 1,7 milliard. La durée moyenne des dépôts auprès de courtiers est d'environ 30 mois.



Pour les mois à venir, le gouvernement a annoncé de nouvelles

modifications législatives relatives aux cartes de crédit, qui entreront en vigueur à diverses dates en 2010 et qui auront une incidence sur divers éléments, notamment les intérêts débiteurs, la méthode de répartition des

paiements et l'approbation des augmentations de limite de crédit. Les estimations provisoires de l'incidence négative de ces changements sur les Services Financiers en 2010 sont de l'ordre de 8 millions à 10 millions de dollars avant impôts.



FINANCEMENT ET SITUATION DE TRÉSORERIE



Les Services Financiers continuent de pouvoir accéder à de nombreuses sources de financement, notamment :



- les flux de trésorerie liés à l'exploitation;



- les dépôts auprès de courtiers;



- les dépôts de détail sous forme de comptes d'épargne à taux d'intérêt élevé et de CPG.



En outre, les Services Financiers ont accès à des marges de crédit bancaire consenties totalisant 1,2 milliard de dollars.



À la fin du troisième trimestre, les Services Financiers avaient préfinancé la majorité du montant total d'environ 500 millions de dollars qui sera nécessaire d'ici la fin de l'exercice pour rembourser les dépôts de CPG à court terme venant à échéance et pour financer l'augmentation des créances

à l'échéance des billets à terme de Glacier. Le coût de cette démarche

prudente s'élève à environ 5 millions de dollars pour le trimestre.



De façon générale, la direction continue de croire que, compte tenu des diverses sources de financement disponibles, particulièrement pour les Services Financiers, la Société dispose d'un financement à peu de frais plus que suffisant pour soutenir ses activités dans un avenir rapproché.



DÉPENSES EN IMMOBILISATIONS



Compte tenu des ajustements apportés à l'échéancier des projets et de la baisse des coûts réels des projets, la direction prévoit maintenant que les dépenses en immobilisations pour l'exercice 2009 seront d'environ 300

millions de dollars, ce qui est inférieur aux 390 millions initialement prévus et environ 26 millions en deçà des prévisions relatives au capital formulées à la fin du deuxième trimestre.



ÉNONCÉS PROSPECTIFS



Le présent communiqué contient des énoncés qui sont de nature

prospective. Les résultats ou les événements réels peuvent diverger

sensiblement des résultats ou des événements prévus qui sont présentés ici, en raison des risques et des incertitudes inhérents aux activités qu'exerce

Canadian Tire et de la conjoncture générale. Ces risques et incertitudes sont précisés dans d'autres documents publiés par la Société, tels que le rapport

de gestion et le Rapport financier 2008, et comprennent, sans s'y limiter : les fluctuations des taux d'intérêt, des taux de change ou des taux d'imposition; la capacité de Canadian Tire d'attirer et de conserver des employés, des marchands, des agents de la Division pétrolière ainsi que des

exploitants de magasins et des franchisés de PartSource et de Mark's Work Wearhouse de qualité et enfin, la volonté des clients de magasiner dans les magasins de la Société ou de se procurer des produits et services financiers.



Les facteurs de risque associés aux hypothèses qui sous-tendent les

résultats prévisionnels de Canadian Tire pour 2009 et qui peuvent avoir une incidence sur les résultats d'exploitation et le rendement des divisions de la Société sont décrits à la section 11 du rapport de gestion.



EXAMEN PAR LE CONSEIL D'ADMINISTRATION



Le conseil d'administration de Canadian Tire, faisant suite aux

recommandations formulées par le Comité de vérification, a approuvé le contenu du présent rapport.



Dans le cadre d'un autre communiqué de presse publié aujourd'hui, Canadian Tire a annoncé des changements organisationnels visant à mettre

l'accent sur le rendement et la croissance axée sur la clientèle.



CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE



Canadian Tire tiendra une conférence téléphonique pour discuter de l'information comprise dans le présent communiqué et de questions afférentes à 16 h 30 (HNE), le 12 novembre 2009. La conférence téléphonique sera

diffusée sur le Web en direct et dans son intégralité à l'intention de tous les investisseurs intéressés et des médias à l'adresse

http://corp.canadiantire.ca/en/investors et sera archivée durant 12 mois à la même adresse.



La Société Canadian Tire Limitée (TSX : CTC.a, CTC) comprend cinq unités commerciales : le Groupe détail Canadian Tire, un des détaillants d'articles d'usage courant les plus fréquentés au Canada, qui exploite 476 magasins;

PartSource, une chaîne de 87 magasins spécialisés dans la vente de pièces automobiles; la Division pétrolière de Canadian Tire, un des détaillants indépendants d'essence les plus importants et les plus productifs au pays, qui exploite 273 postes d'essence, 268 dépanneurs et kiosques ainsi que 73

lave-autos; Mark's Work Wearhouse, connue sous l'enseigne L'Équipeur au

Québec, qui compte 374 magasins au Canada et est l'un des principaux

détaillants de vêtements du pays; et les Services Financiers Canadian Tire, qui ont émis plus de cinq millions de cartes de crédit MasterCard de Canadian Tire et commercialisent des produits et services financiers connexes offerts

aux clients des magasins de détail et des postes d'essence. Plus de 57 000 Canadiens travaillent pour Canadian Tire d'un océan à l'autre, dans les secteurs du détail, des services financiers et du pétrole.



Rapport de gestion

-------------------------------------------------------------------------



Introduction



Le présent rapport de gestion donne la vision de la direction quant à notre Société, à nos résultats et à notre stratégie pour l'avenir.



Définitions



Dans le présent document, les termes "nous", "notre", "Société" et

"Canadian Tire" désignent tous La Société Canadian Tire Limitée, ses unités

commerciales et ses filiales. Pour la terminologie communément utilisée

(comme les ventes au détail et les ventes dans les magasins semblables), veuillez vous reporter à la section 5.3, Rendement de nos secteurs d'activité, et au Glossaire (pages 93 à 95) de notre Rapport financier 2008,

disponible en ligne sur le site de SEDAR, à l'adresse www.sedar.com, et dans la section des relations avec les investisseurs du site de la Société Canadian Tire, à l'adresse http://corp.canadiantire.ca/fr/investors.



Examen et approbation par le conseil d'administration



Sur la recommandation du Comité de vérification, le conseil

d'administration a approuvé le contenu du présent rapport de gestion le 12 novembre 2009.



Comparaisons relatives au trimestre et à l'exercice contenues dans ce rapport de gestion



À moins d'indication contraire, toutes les comparaisons des résultats du troisième trimestre (période de 13 semaines terminée le 3 octobre 2009) sont établies par rapport aux résultats du troisième trimestre de 2008 (période de

13 semaines terminée le 27 septembre 2008).



Retraitement des chiffres



Certains chiffres des périodes antérieures ont été reclassés ou retraités afin que leur présentation soit conforme à celle adoptée pour l'exercice

considéré ou en raison de l'adoption de nouvelles normes comptables de l'Institut Canadien des Comptables Agréés (l'"ICCA"). Pour obtenir plus de

renseignements, veuillez vous reporter aux sections 14.1 et 14.2 du présent rapport de gestion et à la note 2 des états financiers consolidés.



Estimations et hypothèses comptables



La préparation d'états financiers consolidés selon les principes comptables généralement reconnus (les "PCGR") du Canada exige que nous procédions à des estimations et posions des hypothèses qui influent sur les

montants présentés de l'actif et du passif, sur la présentation des actifs et des passifs éventuels à la date des états financiers consolidés, ainsi que sur les montants présentés des produits et des charges pendant la période

visée par les états financiers. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez vous reporter à la section 12 du présent rapport de gestion.



Énoncés prospectifs



Le présent rapport de gestion contient des énoncés qui sont de nature prospective. Les résultats ou les événements réels peuvent diverger sensiblement des résultats ou des événements prévus qui sont présentés ici, en raison des risques et des incertitudes inhérents aux activités qu'exerce

Canadian Tire et de la conjoncture générale. Veuillez également vous reporter à la section 19 du présent rapport de gestion pour obtenir d'autres renseignements importants ainsi qu'une mise en garde relative aux énoncés prospectifs. Ces renseignements sont particulièrement importants dans le

contexte économique incertain actuel.



Nous ne pouvons garantir que les prévisions en matière de résultats financiers ou de rendement lié à l'exploitation se concrétiseront vraiment,

et si c'est le cas, qu'elles donneront lieu à une hausse du cours des actions de Canadian Tire.



1. Notre Société



1.1 Aperçu de l'entreprise



Canadian Tire exerce ses activités depuis plus de 85 ans. La Société offre aux Canadiens des articles et des services qui répondent aux besoins de

tous les jours par l'intermédiaire de son réseau d'entreprises

interdépendantes en plein essor. Canadian Tire, nos marchands, nos

exploitants de magasins, nos franchisés et nos agents de la Division pétrolière exploitent plus de 1 200 établissements comprenant des magasins spécialisés dans la vente au détail d'articles d'usage courant et de vêtements, ainsi que des postes d'essence. Les Services Financiers Canadian Tire Limitée et la Banque Canadian Tire proposent aussi divers services financiers à l'intention des Canadiens, notamment la carte MasterCard(MD)

Options(MD) de Canadian Tire, des prêts personnels, des marges de crédit, des produits d'assurance et de garantie, des certificats de placement garanti (les "CPG") offerts par l'entremise de courtiers indépendants et directement au public, de même que des comptes d'épargne à taux d'intérêt élevé et libres

d'impôt.



Canadian Tire exploite les quatre principales entreprises décrites ci-après.



Le Groupe détail Canadian Tire (le "Groupe détail") est l'un des

détaillants d'articles d'usage courant les plus fréquentés au Canada, fort d'un réseau de 476 magasins Canadian Tire exploités par des marchands qui sont des propriétaires d'entreprise indépendants. Les marchands achètent des marchandises auprès de la Société et les vendent aux consommateurs dans leurs

magasins Canadian Tire. Le Groupe détail comprend les magasins PartSource.



PartSource est une chaîne de 87 magasins spécialisés dans la vente de pièces automobiles, qui cible les "bricoleurs sérieux" et les mécaniciens professionnels. Le réseau de magasins PartSource comprend 29 magasins franchisés et 58 succursales.



Mark's Work Wearhouse est l'un des principaux détaillants de vêtements et de chaussures au Canada avec ses 374 magasins partout au pays, soit 331

succursales et 43 magasins franchisés, qui offrent des vêtements pour hommes,

des vêtements pour femmes et des vêtements de travail. Mark's Work Wearhouse exploite ses magasins sous l'enseigne Mark's Work Wearhouse et, au Québec,

sous l'enseigne L'Équipeur(MD). Par l'intermédiaire de sa division "Image", Mark's Work Wearhouse(MC) offre également une collection de vêtements à la clientèle des comptes commerciaux.



La Division pétrolière de Canadian Tire (la "Division pétrolière") est l'un des plus gros détaillants indépendants d'essence au Canada, et son réseau regroupe 273 postes d'essence, y compris 268 dépanneurs et kiosques,

73 lave-autos, 12 centres de lubrification Pit Stop et 88 postes de propane.



La majorité des postes d'essence de Canadian Tire sont situés au même

emplacement qu'un magasin Canadian Tire, une stratégie qui a pour but

d'attirer les clients dans les magasins Canadian Tire. La quasi-totalité des postes d'essence de la Division pétrolière sont exploités par des agents.



Les Services Financiers Canadian Tire Limitée (les "Services Financiers")

proposent une gamme de cartes de crédit de marque Canadian Tire, dont la carte MasterCard(MD) Options(MD) et la carte MasterCard(MD) Avantage

Essence(MD) de Canadian Tire. Les Services Financiers mettent aussi sur le marché des prêts personnels, des marges de crédit, des produits d'assurance et de garantie et un service de dépannage routier appelé Assistance routière Canadian Tire(MD). La Banque Canadian Tire (la "Banque"), une filiale en

propriété exclusive, est réglementée en vertu de lois fédérales et elle gère

et finance le portefeuille de cartes de crédit MasterCard de Canadian Tire à l'intention des particuliers, le portefeuille de cartes de crédit personnelles Canadian Tire, ainsi que les portefeuilles de prêts personnels

et de marges de crédit. Elle émet aussi des CPG offerts par l'entremise de courtiers indépendants. La Banque offre également des comptes d'épargne à

taux d'intérêt élevé et libres d'impôt et des CPG de détail dans toutes les provinces, sauf le Québec. La Banque est membre de la Société d'assurance-dépôts du Canada (la "SADC") et les produits de dépôt admissibles

de la Banque pourraient bénéficier d'une couverture d'assurance de la SADC.



1.2 Aperçu du réseau de magasins



Nombre de magasins et superficie de Au 3 octobre Au 27 septembre l'aire de vente 2009 2008

-------------------------------------------------------------------------

Nombre consolidé de magasins

Magasins Canadian Tire(1) 476 473

Magasins PartSource 87 82

Magasins Mark's Work Wearhouse/L'Équipeur(1) 374 364

Postes d'essence de la Division pétrolière 273 269

-------------------------------------------------------------------------

Nombre total de magasins 1 210 1 188

Superficie de l'aire de vente consolidée

(en millions de pieds carrés)

Magasins Canadian Tire 18,9 18,4

Magasins PartSource 0,3 0,3

Magasins Mark's Work Wearhouse/L'Équipeur 3,3 3,1

-------------------------------------------------------------------------

Total de la superficie de l'aire de vente(2)

(en millions de pieds carrés) 22,5 21,8

-------------------------------------------------------------------------

(1) Le nombre de magasins reflète les points de vente individuels; ainsi,

le nombre total de magasins Canadian Tire et Mark's Work

Wearhouse/L'Équipeur comprend les magasins occupant le même bâtiment.

(2) Le total de la superficie de l'aire de vente ne comprend pas la superficie moyenne de l'aire de vente dans les dépanneurs de la Division pétrolière, qui était de 453 pieds carrés par magasin au troisième trimestre de 2009.



1.3 Aperçu du rendement des unités commerciales



(variation en pourcentage sur 12 mois) T3 2009 T3 2008

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au détail du Groupe détail(1) (2,3)% 4,1 %

Produits bruts d'exploitation du Groupe détail 0,7 % 7,3 %

Livraisons nettes du Groupe détail 0,3 % 7,6 %

Ventes au détail de Mark's Work

Wearhouse/L'Équipeur(2) (2,5)% 2,6 %

Ventes au détail de la Division pétrolière (19,8)% 21,9 %

Volume des ventes d'essence de la Division

pétrolière (en litres) 4,6 % (4,6)%

Ventes liées aux cartes de crédit des

Services Financiers 0,8 % 14,0 %

Créances moyennes brutes des Services Financiers 4,6 % 6,5 %

-------------------------------------------------------------------------

(1) Comprend les ventes dans les magasins Canadian Tire et PartSource,

ainsi que la composante main-d'oeuvre des ventes dans les

centres-autos du Groupe détail.

(2) Comprend les ventes au détail des succursales et des magasins

franchisés de Mark's Work Wearhouse.



2. Notre plan stratégique



2.1 Plan stratégique quinquennal jusqu'en 2013 (plan 2009-2013)



Le plan 2009-2013 décrit notre stratégie qui vise à développer Canadian Tire en accordant une attention soutenue à la croissance et à la productivité pendant toute la durée du plan 2009-2013. Les principales initiatives de

croissance du plan 2009-2013 comprennent l'agrandissement du réseau de toutes nos entreprises de détail (le Groupe détail et PartSource, la Division

pétrolière et Mark's Work Wearhouse), le renouvellement des concepts de magasin, ainsi que le développement continu des produits et services offerts

par les Services Financiers. Les principales initiatives de productivité comprennent la poursuite de la mise à niveau de la chaîne d'approvisionnement

pour ce qui est des pièces automobiles, le renouvellement de l'infrastructure technologique et la rationalisation de notre structure organisationnelle.



Les objectifs précis liés à ces programmes sont décrits aux sections 3.2

et 3.3 du présent rapport de gestion et à la section 4 du rapport de gestion compris dans le Rapport financier 2008.



2.2 Aspirations financières



Le plan 2009-2013 comprend les aspirations financières de la Société pour la période de cinq ans qui se terminera en décembre 2013. À la lumière de l'incertitude causée par le ralentissement économique, la direction réévalue

actuellement ses aspirations financières à long terme dans le cadre de son examen annuel du plan stratégique et de son évaluation continue de la conjoncture économique.



3. Notre rendement en 2009



3.1 Résultats consolidés



(en millions de

dollars, sauf Cumul Cumul

les montants T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

par action) 2009 2008(1) tion de 2009 de 2008(1) tion

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au

détail(2) 2 449,0 $ 2 605,0 $ (6,0)% 7 027,9 $ 7 394,8 $ (5,0)%

Produits

bruts

d'exploi-

tation 2 165,9 2 257,5 (4,1)% 6 248,8 6 533,5 (4,4)%

BAIIA(3) 218,8 223,9 (2,4)% 625,0 615,0 1,6 %

Bénéfice

avant impôts 119,0 149,0 (20,2)% 337,8 393,2 (14,1)%

Taux

d'imposition

effectif 28,2 % 26,8 % 29,3 % 30,3 %

Bénéfice net 85,4 $ 109,1 $ (21,8)% 238,8 $ 273,9 $ (12,8)%

Bénéfice de

base par

action 1,04 $ 1,34 $ (21,9)% 2,92 $ 3,36 $ (13,0)%

Bénéfice de

base par

action

ajusté(3) 1,11 $ 1,42 $ (21,8)% 2,98 $ 3,27 $ (8,7)%

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de

la mise en œuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé

"Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications

apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements

conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter aux

sections 14.1 et 14.2 pour obtenir de plus amples renseignements.

(2) Représente les ventes au détail du Groupe détail (y compris celles de

PartSource), ainsi que celles des succursales et des magasins

franchisés de Mark's Work Wearhouse et des établissements de la

Division pétrolière.

(3) Veuillez vous reporter à la rubrique 15, "Mesures non définies par

les PCGR".



Produits bruts d'exploitation consolidés



Pour le trimestre, les produits bruts d'exploitation ont diminué de 4,1

pour cent par rapport à l'exercice précédent, principalement en raison d'une

diminution de 22,3 pour cent des produits de la Division pétrolière,

attribuable à la baisse considérable des prix de l'essence à la pompe par

rapport au troisième trimestre de 2008. Les produits bruts d'exploitation de

Mark's Work Wearhouse ont diminué de 2,6 pour cent en raison de l'incidence

du ralentissement économique sur les ventes de vêtements pour hommes et de

vêtements de travail. Les produits bruts d'exploitation du Groupe détail,

malgré une économie plus lente et le temps inhabituellement froid et

pluvieux, ont connu une légère augmentation de 0,7 pour cent. Les produits

des Services Financiers sont demeurés solides au cours du troisième

trimestre, les produits bruts d'exploitation s'étant accrus de 12,2 pour cent

grâce à un meilleur rendement et à l'augmentation des soldes des comptes.



Bénéfice net consolidé



Le bénéfice net consolidé du trimestre a diminué de 21,8 pour cent par

rapport à l'exercice précédent. Cette diminution s'explique essentiellement

par l'accroissement des provisions pour pertes sur prêts des Services

Financiers compte tenu de la conjoncture économique et de la hausse des

intérêts débiteurs découlant de l'expansion rapide des dépôts auprès de

courtiers, qui servent à préfinancer l'augmentation des créances sur cartes

de crédit à l'échéance des billets de GCCT (Glacier Credit Card Trust) et les

CPG venant à échéance, à la fin de 2009. La diminution du bénéfice des

Services Financiers a été compensée en partie par les légères augmentations

du bénéfice des activités du Groupe détail et de la Division pétrolière.

Le bénéfice net consolidé a aussi subi l'incidence des éléments hors

exploitation, comme suit.



Incidence des éléments hors exploitation



Le tableau qui suit présente notre bénéfice consolidé ajusté avant et

après impôts.



Bénéfice consolidé ajusté avant et après impôts(1)



(en millions de

dollars, sauf Cumul Cumul

les montants T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

par action) 2009 2008(2) tion de 2009 de 2008(2) tion

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

avant impôts 119,0 $ 149,0 $ (20,2)% 337,8 $ 393,2 $ (14,1)%

Moins les

ajustements

avant impôts

au titre des

éléments

suivants :

Obligation au

titre des

prestations

de retraite

de l'ancien

chef de

l'adminis-

tration(3) 0,0 0,2 0,5 1,1

Amortissement

du dénouement

des swaps de

taux

d'intérêt(3) 1,6 - 1,6 -

Incidence

nette des

activités de

titrisa-

tion(4) (9,0) (9,1) (6,8) 7,7

Gain (perte)

à la cession

d'immobili-

sations

corporelles (0,8) (1,3) (2,3) 2,4

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

ajusté avant

impôts(1) 127,2 $ 159,2 $ (20,1)% 344,8 $ 382,0 $ (9,7)%

Impôts sur les

bénéfices 36,2 43,2 101,2 115,7

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

ajusté après

impôts(1) 91,0 $ 116,0 $ (21,6)% 243,6 $ 266,3 $ (8,5)%

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice de

base par

action 1,04 $ 1,34 $ (21,9)% 2,92 $ 3,36 $ (13,0)%

Bénéfice de

base par

action

ajusté(1) 1,11 $ 1,42 $ (21,8)% 2,98 $ 3,27 $ (8,7)%

-------------------------------------------------------------------------

(1) Veuillez vous reporter à la rubrique 15, "Mesures non définies par

les PCGR".

(2) Les données 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de la

mise en oeuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Écarts

d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications apportées

au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements

conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter aux

sections 14.1 et 14.2 pour obtenir de plus amples renseignements.

(3) L'obligation au titre des prestations de retraite de l'ancien chef de

l'administration et l'amortissement du dénouement des swaps de taux

d'intérêt ont été constatés dans les résultats du Groupe détail.

Veuillez vous reporter à la section 3.3.1.

(4) Comprend le gain (la perte) initial(e) à la vente de créances sur

prêts, l'amortissement du passif de gestion, la variation de la

réserve au titre de la titrisation et le gain (la perte) au titre des

réinvestissements.



Le bénéfice net consolidé pour le troisième trimestre a subi l'incidence

positive d'un montant de 1,6 million de dollars, qui représente la portion

amortie du gain au titre de la juste valeur réalisé sur le dénouement des

swaps de taux d'intérêt relativement au rachat anticipé de débentures à long

terme, ainsi que d'une diminution de 0,5 million de la perte à la cession

d'immobilisations corporelles par rapport à l'exercice précédent. Bien que

les résultats du troisième trimestre de 2009 aient profité principalement

d'une réduction de 4,5 millions de dollars de la provision au titre des

impôts attribuable à la révision de la charge d'impôts estimative de

l'exercice précédent en fonction des déclarations de revenus, laquelle est

normalement reflétée au troisième trimestre, la provision constatée au

troisième trimestre de 2008 avait bénéficié principalement de l'incidence

fiscale nette des ajustements des impôts sur la cession-bail de diverses

propriétés (6,6 millions) et des révisions des provisions au titre des

impôts.



Analyse des tendances saisonnières



Nos entreprises de détail enregistrent normalement des produits

d'exploitation et un bénéfice plus soutenus aux deuxième et quatrième

trimestres de chaque exercice, en raison du caractère saisonnier de certaines

marchandises du Groupe détail et de Mark's Work Wearhouse ainsi que du

calendrier de mise en œuvre des programmes de marketing. Le tableau

suivant présente notre rendement financier par trimestre pour les deux

derniers exercices.



Résultats trimestriels consolidés(1)



(en millions de dollars,

sauf les montants par T3 T2 T1 T4

action) 2009 2009 2009 2008

-------------------------------------------------------------------------

Produits bruts

d'exploitation 2 165,9 $ 2 324,8 $ 1 758,1 $ 2 587,8 $

Bénéfice net 85,4 103,7 49,7 101,5

Bénéfice de base et

dilué par action 1,04 1,27 0,61 1,24

-------------------------------------------------------------------------





(en millions de dollars,

sauf les montants par T3 T2 T1 T4

action) 2008 2008 2008 2007

-------------------------------------------------------------------------

Produits bruts

d'exploitation 2 257,5 $ 2 450,7 $ 1 825,3 $ 2 503,1 $

Bénéfice net 109,1 97,7 67,1 131,3

Bénéfice de base et

dilué par action 1,34 1,20 0,82 1,61

-------------------------------------------------------------------------



(1) Les données trimestrielles de 2008 ont été retraitées,

rétroactivement, par suite de la mise en œuvre du chapitre

3064 du

Manuel de l'ICCA, intitulé "Écarts d'acquisition et actifs

incorporels", et des modifications apportées au chapitre 1000 du

Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements conceptuels des états

financiers". Veuillez vous reporter aux sections 14.1 et 14.2 pour

obtenir de plus amples renseignements. Les données de 2007 n'ont pas

été retraitées puisque les renseignements nécessaires aux calculs sur

une base trimestrielle n'étaient pas facilement accessibles.



Les résultats saisonniers habituels dont il a été question précédemment

ont notamment subi l'incidence des éléments suivants :



- Les résultats du deuxième trimestre de 2008 ont subi l'incidence

négative d'un ajustement de 12,0 millions de dollars avant impôts lié

à l'écart entre les stocks physiques et les stocks comptables de

Mark's Work Wearhouse;



- Les résultats du deuxième trimestre de 2008 ont subi l'incidence

négative d'une charge de 9,7 millions de dollars avant impôts liée au

relancement des cartes MasterCard Options des Services Financiers;



- Les résultats du troisième trimestre de 2008 ont profité de

l'incidence positive d'une diminution de 8,6 millions de dollars de

la provision au titre des impôts, dont la majeure partie est liée à

l'incidence des opérations de cession-bail conclues depuis 2005;



- Les résultats du quatrième trimestre de 2008 ont subi l'incidence

négative d'une charge de 28,7 millions de dollars avant impôts liée à

l'ajustement au titre des swaps de taux d'intérêt différés;



- Les résultats du premier trimestre de 2009 ont profité de l'incidence

positive d'une diminution de 4,6 millions de dollars de la provision

au titre des impôts liée à une modification rétroactive de

l'imposition des gains réalisés à la vente d'actions en 2006 et en

2007;



- Les résultats du troisième trimestre de 2009 ont profité de

l'incidence positive d'une diminution de 4,5 millions de dollars de

la provision au titre des impôts principalement attribuable à la

révision de la charge d'impôts estimative de l'exercice précédent.



3.2 Aperçu du rendement des unités commerciales pour le troisième

trimestre de 2009



-------------------------------------------------------------------------

Groupe détail Canadian Tire Mark's Work Wearhouse

-------------------------------------------------------------------------

Aperçu du rendement pour le Aperçu du rendement pour le

troisième trimestre de 2009 troisième trimestre de 2009



- poursuite de l'élaboration de - ouverture d'un nouveau magasin

nouveaux concepts de magasins et mixte et fermeture d'une

préparation en vue de l'ouverture succursale de Mark's Work

de 25 magasins intelligents Wearhouse et d'une succursale

convertis au quatrième trimestre Work World;

de 2009; - augmentation d'environ 5,2 pour

- agrandissement d'un magasin cent de la superficie totale de

traditionnel pour en faire un l'aire de vente sur 12 mois; le

magasin intelligent et ouverture réseau compte maintenant 374

d'un nouveau magasin pour petit emplacements;

marché supplémentaire. - amélioration de 50 points de base

de la marge bénéficiaire brute

principalement grâce à une

meilleure gestion des réductions

de prix.

Aperçu du rendement de PartSource

pour le troisième trimestre de 2009



- ouverture d'une nouvelle

succursale à Welland, en Ontario,

qui est un magasin de nouveau

format, agrandissement d'un

magasin pour en faire un magasin

pivot et fermeture de deux

magasins;

- augmentation d'environ 7,5 pour

cent de la superficie consacrée à

la vente au détail d'un exercice

à l'autre en raison de

l'expansion du réseau en cours.

-------------------------------------------------------------------------

Services Financiers Canadian Tire Division pétrolière

-------------------------------------------------------------------------

Aperçu du rendement pour le Aperçu du rendement pour le

troisième trimestre de 2009 troisième trimestre de 2009



- augmentation de 4,6 pour cent des - expansion du réseau de magasins

créances moyennes brutes de grâce à l'ajout de quatre postes

l'ensemble du portefeuille géré; d'essence (depuis le troisième

- croissance continue du trimestre de 2008);

portefeuille de CPG auprès de - augmentation de 15,4 pour cent

courtiers; des activités des dépanneurs par

- lancement des cartes de crédit rapport à l'exercice précédent.

pilotes "Curve" et "GoPlay" dans

des marchés-tests.

-------------------------------------------------------------------------



Les sections suivantes décrivent le rendement des secteurs d'activité de

la Société en soulignant les progrès accomplis par chacun d'eux en regard des

initiatives clés déterminées dans le plan 2009-2013. Les initiatives ont été

classées en deux catégories : celles qui contribuent à la croissance

(augmentation des ventes principalement grâce à la croissance du réseau, à

l'ouverture de nouveaux magasins et à l'offre de nouveaux articles) et celles

qui contribuent à l'augmentation de la productivité (amélioration des mesures

du service à la clientèle, des niveaux de service, de la rentabilité et des

taux de rendement).



3.3 Rendement de nos secteurs d'activité



3.3.1 Groupe détail Canadian Tire



3.3.1.1 Rendement à l'égard du plan stratégique pour le troisième

trimestre de 2009



La section suivante présente le rendement du Groupe détail pour le

troisième trimestre de 2009 à l'égard de notre plan 2009-2013.



-------------------------------------------------------------------------

Initiatives de croissance du Groupe détail Canadian Tire

-------------------------------------------------------------------------



Programme de nouveau magasin



Depuis 2003, les magasins Concept 20/20 ont constitué la pierre angulaire

du plan de croissance du Groupe détail Canadian Tire. Ce programme est en

grande partie terminé, et le Groupe détail a élaboré de nouveaux concepts

de magasin qui visent à tirer parti du succès des magasins Concept 20/20,

en mettant davantage l'accent sur l'augmentation des ventes et de la

productivité pour un coût en capital moindre. Les projets pour 2009

comprennent l'ouverture de nouveaux magasins intelligents convertis, qui

seront axés sur l'augmentation des ventes et de la productivité, tout en

offrant une expérience client plus stimulante, et de magasins pour petit

marché conçus pour accroître notre présence dans de plus petits marchés.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

Le déploiement des magasins Concept Troisième trimestre

20/20 s'est terminé en 2008. La

stratégie du Groupe détail Canadian Au troisième trimestre, le Groupe

Tire est maintenant axée sur l'essai détail a agrandi un magasin

et la mise en oeuvre des prochains traditionnel pour en faire un

formats de magasins du Groupe détail magasin intelligent et a ouvert un

et prévoit la construction de nouveau magasin pour petit marché

nouveaux magasins intelligents et de supplémentaire intégrant un magasin

magasins pour petit marché, ainsi Mark's Work Wearhouse de format

que la conversion de magasins à ces régulier. À la fin du troisième

formats qui constituent un élément trimestre, notre réseau comptait

crucial du plan 2009-2013. dix magasins intelligents et six

magasins pour petit marché.



Le réseau de magasins compte

maintenant un total de 476

magasins. De ce nombre, 49

comportent une section Mark's Work

Wearhouse.

-------------------------------------------------------------------------

Expérience client



Canadian Tire a pris l'engagement de fidéliser ses clients en leur

offrant une expérience positive, uniforme et mémorable. En 2008, le

Groupe détail a commencé à travailler à l'élaboration d'un nouveau modèle

pour la stratégie d'entreprise, afin de mettre davantage l'accent sur le

service à la clientèle.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

Améliorer l'expérience de service à Troisième trimestre

la clientèle en mettant en oeuvre

l'Indice de satisfaction de la Au cours du troisième trimestre, le

clientèle, qui nous permettra de Groupe détail a mis fin à la

cibler nos principaux atouts et les méthode de sondage consistant à

occasions d'accroître les ventes. approcher les clients en magasin

(les entrevues individuelles). Les

équipes de soutien des magasins et

de la Division des relations avec

les marchands associés collaborent

plutôt avec les marchands Canadian

Tire afin d'élaborer une version en

ligne du programme Indice de

satisfaction de la clientèle, qui

sera lancée au quatrième trimestre.

-------------------------------------------------------------------------



Expansion du réseau PartSource



PartSource poursuivra son expansion dans de nouveaux marchés, grâce à

l'ouverture de nouveaux magasins et à l'acquisition de petites

entreprises. La stratégie de PartSource consistant à acquérir de petites

entreprises locales et à les convertir à l'enseigne PartSource a donné

lieu à un taux de fidélisation de la clientèle élevé après la conversion.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

Certaines des initiatives clés pour Troisième trimestre

PartSource comprennent

l'établissement du Groupe détail en Au cours du trimestre, PartSource a

tant que compte commercial pour les continué de faire des progrès

livraisons d'urgence, la mise à jour relativement à l'établissement du

de la structure organisationnelle, compte commercial du Groupe détail.

l'essai de nouveaux systèmes L'ensemble du réseau PartSource

d'exploitation et l'élaboration (qui est constitué de magasins

d'un nouveau catalogue de pièces pivots, de succursales et de

automobiles. magasins franchisés) assure

désormais l'approvisionnement

d'urgence en pièces automobiles

pour environ 210 magasins Canadian

Tire.



PartSource a ouvert une nouvelle

succursale à Welland, en Ontario,

qui est un magasin de nouveau

format, a converti un magasin

franchisé en succursale, a converti

une succursale indépendante à

l'enseigne PartSource, a agrandi un

magasin pour en faire un magasin

pivot et a fermé deux magasins

PartSource au cours du trimestre,

ce qui porte à 87 le total de

magasins du réseau, y compris dix

magasins pivots. (La section

portant sur l'initiative de la

Division automobile ci-dessous

fournit plus de détails sur les

magasins pivots.)

-------------------------------------------------------------------------



-------------------------------------------------------------------------

Initiatives de productivité du Groupe détail Canadian Tire

-------------------------------------------------------------------------



Programme de remaniement du Groupe détail



Au cours de 2007, le Groupe détail a entrepris la mise en oeuvre d'une

initiative s'étendant sur plusieurs années visant à améliorer la

productivité, en réalisant des projets conçus pour réviser et mettre à

niveau les processus internes et les systèmes de technologie de

l'information. Grâce à ces projets, nous pourrons prendre de meilleures

décisions plus rapidement et améliorer notre agilité et notre rapidité

sur le plan de la commercialisation.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

En 2009, le Groupe détail prévoit Troisième trimestre

mettre en oeuvre des initiatives en

matière de productivité et de L'avancement des travaux dans le

contrôle dans les domaines de la cadre du programme de remaniement

planification des ventes et des du Groupe détail comprenait ce qui

activités, ainsi que procéder à suit :

l'analyse et à la définition des - achèvement et mise en oeuvre de

exigences en matière de la mise à niveau du logiciel;

planification promotionnelle et de - conception de la solution

gestion des relations avec les technologique liée à la fonction

fournisseurs en vue d'une mise en de planification promotionnelle;

oeuvre en 2010. début de la mise en oeuvre des

processus et de la mise à l'essai

de la technologie;

- poursuite des activités liées aux

nouveaux processus et

technologies afin d'améliorer les

pratiques au comptoir des retours

dans les magasins et en ligne.

-------------------------------------------------------------------------



Initiative de l'infrastructure de la Division automobile



La revitalisation des activités automobiles de base constitue une

priorité absolue sur la durée du plan 2009-2013, alors que la Société

continue d'agrandir son réseau grâce à l'ouverture de magasins pivots

PartSource. Les magasins pivots régionaux sont plus grands que les

magasins PartSource traditionnels et sont conçus pour offrir un

assortiment plus vaste de pièces automobiles afin de répondre aux besoins

aussi bien des clients des magasins Canadian Tire que de ceux des

magasins PartSource. Le Groupe détail prévoit ouvrir huit magasins pivots

supplémentaires en 2009. En outre, la Société investit dans ses

infrastructures et dans les améliorations technologiques et procède au

remaniement des processus de service à la clientèle.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

La Société prévoit ouvrir huit Troisième trimestre

magasins pivots PartSource en 2009.

L'initiative de l'infrastructure de

Des investissements supplémentaires la Division automobile s'est

assureront la modernisation des poursuivie comme suit :

centres de distribution de pièces

automobiles. Mise sur pied d'un système

d'approvisionnement d'urgence :

Le système de gestion d'entrepôt - conversion d'un magasin

Manhattan sera mis en oeuvre au PartSource en magasin pivot à

centre de distribution de pièces Calgary. Dix magasins pivots

automobiles de Calgary. approvisionnent désormais 149

magasins Canadian Tire.

L'investissement dans les actifs

liés à la distribution permettra Processus de mise en place des

d'accroître de 20 pour cent le assortiments :

nombre de pièces automobiles de - stocks atteignant désormais

l'assortiment. environ 53 000 pièces dans deux

centres de distribution de pièces

Les activités entourant le lancement automobiles;

d'un catalogue de pointe de pièces - mise en oeuvre du système de

automobiles débuteront en 2009. gestion d'entrepôt pour le

centre de distribution de pièces

automobiles de Calgary.



Processus liés à l'expérience

client :

- finalisation d'une entente-cadre

sur les services avec le

fournisseur choisi et élaboration

de la moitié des normes de

conception fonctionnelle

nécessaires au soutien des

processus liés à l'expérience

client;

- conception détaillée de la

gestion des données sur les

pièces en cours.

-------------------------------------------------------------------------



3.3.1.2 Principaux indices de rendement



Voici les principales mesures de la productivité des ventes du Groupe détail :



- croissance du total des ventes dans les magasins semblables;

- ventes au détail moyennes par magasin;

- ventes au détail moyennes par pied carré de superficie consacrée à la

vente au détail.



Total des ventes au détail et ventes dans les magasins semblables du

Groupe détail



Cumul Cumul

(variation en pourcentage annuel annuel

sur 12 mois) T3 2009 T3 2008 de 2009 de 2008

-------------------------------------------------------------------------



Total des ventes au détail(1) (2,3)% 4,1 % (0,3)% 1,6 %



Ventes dans les magasins

semblables(2) (3,8)% 2,0 % (1,9)% (0,5)%

-------------------------------------------------------------------------

(1) Comprend les ventes dans les magasins Canadian Tire et PartSource,

ainsi que la composante main-d'oeuvre des ventes dans les

centres-autos du Groupe détail.

(2) Comprend les ventes dans les magasins Canadian Tire et PartSource,

mais ne comprend pas les ventes du magasin en ligne du Groupe détail,

ni la composante main-d'oeuvre des ventes dans les centres-autos du

Groupe détail.



Ventes au détail du Groupe détail



Troisième trimestre



Nos ventes au détail continuent de subir l'incidence des conditions

économiques difficiles qui ont cours actuellement au Canada et ont été

touchées par le temps inhabituellement frais pendant l'été en Ontario et au

Québec, ce qui a entraîné une diminution de 2,3 pour cent des ventes au

détail au troisième trimestre. Les ventes dans les magasins semblables ont

diminué de 3,8 pour cent par rapport au troisième trimestre de 2008.

Le temps inhabituellement frais pendant l'été a influé sur les ventes de

certains articles saisonniers, notamment les articles pour la vie au jardin,

les vélos et accessoires connexes et les articles de jardinage et de camping,

et la conjoncture difficile a eu une incidence sur certaines autres

catégories moins essentielles dont les prix sont élevés, comme les articles

de décoration, les appareils électroniques et les solutions de rangement.

Malgré des ventes généralement plus faibles, le Groupe détail a constaté une

saine augmentation des ventes pour les catégories en croissance, comme les

articles de mise en forme, les pièces automobiles, les articles de cuisine et

la nourriture pour animaux.

Encore ce trimestre, PartSource a enregistré une augmentation des ventes

par rapport à l'exercice précédent grâce à l'expansion continue du réseau et

à l'amélioration de l'assortiment d'articles. La nature des activités de

PartSource lui permet de demeurer relativement solide lors des

ralentissements économiques puisque, lors de telles périodes, les clients ont

tendance à réparer leurs véhicules plutôt qu'à les remplacer, surtout compte

tenu de l'incertitude qui plane sur l'industrie automobile en Amérique du

Nord. En outre, les livraisons de PartSource aux marchands Canadian Tire

continuent d'augmenter alors que divers éléments de la stratégie de

l'infrastructure de la Division automobile sont mis en œuvre.



Description des magasins du réseau du Groupe détail



Notre réseau de magasins a évolué, grâce à l'introduction de nouveaux

formats d'aménagement dans nos différentes classes de magasins qui se

définissent comme suit :



-------------------------------------------------------------------------

Magasins Magasins pour Magasins Magasins Magasins

intelligents petit marché rénovés et traditionnels PartSource

(fin 2008) (mi-2008) agrandis (jusqu'à (jusqu'en

Superficie Superficie (1994 à mi- 1994) 2008)

moyenne moyenne 2008) Superficie Superficie

consacrée à consacrée à Superficie moyenne moyenne

la vente au la vente au moyenne consacrée à consacrée à

détail : détail : consacrée à la vente au la vente au

61 000 pi2 18 000 pi2 la vente au détail : détail :

détail : 16 000 pi2 7 000 pi2

44 000 pi2

-------------------------------------------------------------------------

Prochain Magasins de Combinaison Magasin plus PartSource

concept de plus petites de nos petit que le est un

magasin dimensions, concepts de magasin magasin

s'inspirant lancés en magasins les rénové et spécialisé

des magasins juillet 2008, plus récents, agrandi, en dans la vente

Concept 20/20 dont la y compris les moyenne. Les de pièces

et axé sur la superficie se magasins magasins automobiles

croissance et situe entre Concept 20/20, traditionnels offrant un

l'améliora- 14 000 et "nouveau varient quant assortiment

tion de la 19 000 pieds concept" et à leur taille adapté à ses

productivité carrés. "nouvelle et à leur marchés

grâce à une Les magasins génération". aménagement. cibles,

présentation pour petit La superficie Leur c'est-à-dire

attrayante, marché de ces superficie se les monteurs

à des répondent aux magasins, situe entre profession-

assortiments besoins des auparavant 3 000 et nels et les

renouvelés et marchés en appelés 36 000 pieds bricoleurs

à des milieu rural "magasins carrés. Ils sérieux. Les

solutions insuffisamment modernes", se représentent magasins

plus desservis et situe entre environ 6,0 proposent un

écologiques. offrent une 16 000 et pour cent de assortiment

La superficie sélection 89 000 pieds la superficie d'articles

des magasins d'articles carrés. La consacrée à ciblant les

se situe adaptés à une plupart ont la vente au besoins

entre 41 000 région été ouverts détail dans locaux en

et 83 000 particulière. ou convertis l'ensemble du matière de

pieds carrés. Ils sont à ces formats réseau du pièces

Il existe caractérisés entre 1994 et Groupe détail automobiles

actuellement par des le milieu de (exception et sont

dix magasins affiches de 2008. Les faite de facilement

intelligents, direction magasins PartSource). reconnais-

le premier faciles à rénovés et sables à

ayant ouvert lire et de agrandis leur enseigne

en novembre larges allées représentent au motif de

2008. et par la environ damier.

mise en 90,2 pour Depuis 2007,

évidence des cent de la de nouveaux

rayons superficie entrepôts

traditionnels consacrée à plus grands

(comme les la vente au (les magasins

articles de détail dans pivots) ont

hockey), l'ensemble du ouvert afin

ainsi que par réseau du de mettre

des aires Groupe détail à la

extérieures (exception disposition

spacieuses faite de des clients

qui PartSource). un plus grand

permettent nombre de

d'"agrandir" pièces dans

le magasin les magasins

lors des Canadian Tire

périodes de et

pointe. Le PartSource.

réseau compte

actuellement

six magasins

pour petit

marché.

-------------------------------------------------------------------------



Nombre de magasins du Groupe détail



T3 2009(1) 2008(2) 2007(2) 2006(2) 2005(2)

-------------------------------------------------------------------------

Magasins rénovés et

agrandis(3) 388 393 381 363 345

Magasins traditionnels 72 76 92 105 117

Magasins pour petit

marché 6 4 - - -

Magasins intelligents 10 2 - - -

-------------------------------------------------------------------------

Total de magasins

rénovés et agrandis,

traditionnels, pour

petit marché et

intelligents 476 475 473 468 462

Magasins PartSource 87 86 71 63 57

-------------------------------------------------------------------------

(1) Nombre de magasins à la fin du troisième trimestre de 2009.

(2) Nombre de magasins à la fin de l'exercice.

(3) En 2009, le nombre de magasins rénovés et agrandis a diminué de cinq.

Ces magasins ont été convertis en cinq magasins intelligents (un au

premier trimestre et quatre au deuxième trimestre).



Le Groupe détail continue de convertir son réseau de magasins en mettant

l'accent sur la conversion de magasins traditionnels et de magasins rénovés

et agrandis existants au format le plus récent. L'implantation du format

Concept 20/20 s'est terminée à la fin de 2008 et deux nouveaux concepts de

magasin (les magasins pour petit marché et les magasins intelligents) ont été

mis à l'essai à la fin de 2008 et au début de 2009. Ces plus récents formats

ont reçu un accueil favorable de la part de nos clients jusqu'à présent. Par

exemple, les neuf premiers magasins intelligents, qu'il s'agisse de nouveaux

magasins ou de magasins de remplacement, ont connu une hausse de plus de 25

pour cent des ventes, le montant moyen des transactions ayant augmenté de 15

pour cent. Les ventes de certaines catégories clés ont connu des hausses

marquées, notamment les articles et la nourriture pour animaux, les articles

de mise en forme, l'équipement de hockey et les articles de cuisine. Nous

sommes satisfaits des résultats obtenus jusqu'à présent par le projet pilote

visant les boissons et aliments, qui sera élargi à cinq autres magasins cet

automne. Nous prévoyons tirer des conclusions de ces essais et décider d'une

orientation future au cours de 2010.

Pour le reste de l'exercice 2009 et au cours des années suivantes, nous

poursuivrons la mise en œuvre des deux nouveaux formats conformément aux

objectifs du plan 2009-2013. À l'automne 2009, nous ouvrirons 25 magasins

convertis au format de magasin intelligent, pour lesquels nous prévoyons une

augmentation des ventes annualisées de six à huit pour cent.





Ventes au détail moyennes par magasin Canadian Tire(1)(2)



Pour la période de Pour la période de

12 mois terminée 12 mois terminée

(en millions de dollars) le 3 octobre 2009 le 27 septembre 2008

-------------------------------------------------------------------------

Magasins rénovés et agrandis 15,9 $ 16,0 $

Magasins traditionnels 7,7 7,8

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les ventes au détail de chaque année sont présentées pour une période

de 52 semaines. Elles ne comprennent pas les ventes dans les magasins

PartSource, ni la composante main-d'oeuvre des ventes dans les

centres-autos du Groupe détail.

(2) Ne comprend que les ventes des magasins qui étaient ouverts depuis au

moins deux ans à la fin du trimestre.



Les magasins rénovés et agrandis enregistrent généralement un plus fort

achalandage et un montant moyen des transactions plus élevé que les magasins

traditionnels. Sur 12 mois, les ventes au détail moyennes par magasin rénové

et agrandi et par magasin traditionnel ont légèrement diminué.

La diminution des ventes par magasin est en partie attribuable à la

faiblesse de l'économie, puisque les clients se concentrent désormais sur

leurs besoins plutôt que sur leurs désirs.



Ventes moyennes par pied carré de superficie consacrée à la vente au

détail dans un magasin Canadian Tire(1)(2)(3)



Pour la période de Pour la période de

12 mois terminée 12 mois terminée

le 3 octobre 2009 le 27 septembre 2008

-------------------------------------------------------------------------

Superficie consacrée à la vente

au détail(1)(3) (en millions

de pieds carrés) 18,9 18,4

Magasins rénovés et

agrandis(2)(3) (ventes en

dollars par pied carré) 377 $ 382 $

Magasins traditionnels(2)(3) 492 497

-------------------------------------------------------------------------

(1) La superficie consacrée à la vente au détail se fonde sur la

superficie totale consacrée à la vente au détail, y compris celle des

magasins qui n'étaient pas ouverts depuis au moins deux ans. Il

s'agit d'une mesure ponctuelle (plutôt que sur une période de

12 mois) à la fin du trimestre.

(2) Les ventes au détail de chaque année sont présentées pour une période

de 52 semaines pour les magasins qui sont ouverts depuis au moins

deux ans à la fin du trimestre. Elles ne comprennent pas les ventes

dans les magasins PartSource, ni la composante main-d'oeuvre des

ventes dans les centres-autos du Groupe détail.

(3) La superficie consacrée à la vente au détail ne comprend pas

l'entrepôt, ni le centre du jardinage, ni le centre-auto.



La superficie consacrée à la vente au détail a augmenté d'environ 0,5

million de pieds carrés sur 12 mois, comme il a déjà été mentionné.

Les ventes moyennes par pied carré de superficie consacrée à la vente au

détail dans les magasins rénovés et agrandis sont inférieures à celles dans

les magasins traditionnels, du fait que la superficie additionnelle permet de

présenter un plus grand nombre d'articles, d'aménager des allées plus larges

et des étalages plus attrayants et d'offrir une expérience de magasinage plus

intéressante. Toutefois, les magasins rénovés et agrandis, plus grands,

génèrent en moyenne des ventes plus élevées.



3.3.1.3 Résultats financiers du Groupe détail



Cumul Cumul

(en millions T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

de dollars) 2009 2008(1) tion de 2009 de 2008(1) tion

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au

détail 1 818,3 $ 1 860,3 $ (2,3)% 5 239,4 $ 5 253,6 $ (0,3)%

Livraisons

nettes

(variation

en

pourcentage

par rapport

à l'exercice

précédent) 0,3 % 7,6 % 0,1 % 3,8 %

Produits

bruts

d'exploi-

tation 1 408,5 1 399,3 0,7 % 4 057,8 4 032,7 0,6 %

BAIIA(2) 161,2 152,6 5,6 % 421,1 397,9 5,8 %

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

avant impôts 95,6 94,0 1,6 % 223,6 222,7 0,4 %

Moins les

ajustements

au titre des

éléments

suivants :

Amortissement

du

dénouement

des swaps

de taux

d'intérêt 1,6 - 1,6 -

Gain (perte)

à la cession

d'immobili-

sations

corporelles 0,3 (0,3) (0,4) 3,7

Obligations

au titre des

prestations

de retraite

de l'ancien

chef de

l'adminis-

tration 0,0 0,2 0,5 1,1

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

ajusté avant

impôts(2) 93,7 $ 94,1 $ (0,4)% 221,9 $ 217,9 $ 1,9 %

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de

la mise en oeuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé

"Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications

apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements

conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter aux

sections 14.1 et 14.2 pour obtenir de plus amples renseignements.

(2) Veuillez vous reporter à la rubrique 15, "Mesures non définies par

les PCGR".



Explication des résultats financiers du Groupe détail



Troisième trimestre



Les livraisons et les produits bruts d'exploitation ont connu de modestes

augmentations au troisième trimestre, devançant les ventes au détail, puisque

les marchands ont commencé à accroître leurs stocks vers la fin du trimestre

en prévision des besoins liés aux ventes hivernales et à l'occasion des

Fêtes. Ils ont également ajusté à la hausse leurs niveaux de stocks, qui

avaient été réduits au cours des trimestres antérieurs en raison de la

conjoncture économique.

Le bénéfice avant impôts s'est amélioré de 1,6 pour cent par rapport à

l'exercice précédent, en partie grâce au montant de 1,6 million de dollars,

qui représente la portion amortie du gain au titre de la juste valeur réalisé

sur le dénouement des swaps de taux d'intérêt relativement au rachat anticipé

de débentures d'un montant de 150 millions (veuillez vous reporter à la

section 16.1 du présent rapport de gestion). Le bénéfice ajusté avant impôts

a diminué de 0,4 pour cent par rapport au troisième trimestre de 2008. Les

marges sur les produits ont diminué en partie en raison d'une légère

augmentation du pourcentage des ventes provenant des articles soldés. Les

charges d'exploitation ont légèrement augmenté, l'augmentation des charges

liées au nouveau centre de distribution de l'est du Canada, la hausse des

charges locatives des magasins et les investissements continus dans les

initiatives importantes (infrastructure de la Division automobile, programme

de remaniement du Groupe détail, renouvellement des technologies de

l'information et expansion continue du réseau de magasins de PartSource)

ayant été contrebalancés en partie par un contrôle des coûts efficace dans

d'autres secteurs, tels que la publicité et la chaîne d'approvisionnement.



3.3.1.4 Risques d'entreprise du Groupe détail



Dans le cours normal de ses activités, le Groupe détail est exposé à un

certain nombre de risques pouvant éventuellement nuire à son rendement. Ces

risques comprennent, sans s'y limiter, le risque d'interruption de la chaîne

d'approvisionnement, le risque lié à la saisonnalité et le risque

environnemental. Veuillez vous reporter à la section 5.3.1.6 de notre Rapport

financier 2008 pour plus de détails sur les risques propres aux activités des

unités commerciales. Veuillez également vous reporter à la section 11 du

présent rapport de gestion, qui présente une analyse de la gestion des

risques d'entreprise, et à la section 14 de notre Rapport financier 2008 pour

une analyse d'autres risques à l'échelle de l'industrie et de la Société

auxquels nous sommes exposés.



3.3.2 Mark's Work Wearhouse



3.3.2.1 Rendement à l'égard du plan stratégique pour le troisième

trimestre de 2009



La section suivante présente le rendement de Mark's Work Wearhouse pour

le troisième trimestre de 2009 à l'égard de notre plan 2009-2013.



-------------------------------------------------------------------------

Initiatives de croissance de Mark's Work Wearhouse

-------------------------------------------------------------------------



Expansion du réseau



Un aspect crucial du plan de croissance de Mark's Work Wearhouse a trait

à son objectif d'accaparer une part de plus en plus considérable des

ventes globales de vêtements dans chacun des marchés où elle exerce une

concurrence. Pour intensifier la présence de Mark's Work Wearhouse sur le

marché, la Société prévoit poursuivre la mise en oeuvre d'un plan

d'expansion du réseau de magasins Mark's Work Wearhouse.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

Mark's Work Wearhouse poursuivra Troisième trimestre

l'expansion du réseau en ouvrant de

nouveaux magasins, en déménageant - ouverture d'un nouveau magasin

ou en agrandissant les magasins mixte;

existants et en rénovant les - déménagement de quatre

magasins plus désuets pour les succursales;

convertir à la nouvelle formule - agrandissement d'un magasin

Mark's Work Wearhouse. En 2009, franchisé;

nous avions initialement prévu : - fermeture d'un magasin Mark's

- ouvrir 14 nouveaux magasins; Work Wearhouse et d'une

- déménager dix magasins; succursale Work World.

- agrandir trois magasins;

- accroître de cinq pour cent la À la fin du trimestre, la

superficie consacrée à la vente superficie totale consacrée à la

au détail. vente au détail de Mark's Work

Wearhouse s'établissait à 3,3

millions de pieds carrés, en hausse

de 5,2 pour cent par rapport au

troisième trimestre de 2008.



Compte tenu du contexte économique

actuel, nous avons réduit nos

activités de construction de

magasins prévues pour 2009 comme

suit :

- ouverture de dix nouveaux

magasins;

- déménagement de neuf magasins;

- agrandissement de deux magasins;

- accroissement de 2,9 pour cent de

la superficie consacrée à la

vente au détail.

-------------------------------------------------------------------------



Nouveaux concepts de magasin



En plus d'ajouter des magasins à l'ensemble de son réseau, Mark's Work

Wearhouse est en train d'élaborer de nouveaux concepts de magasin qui

seront mis en oeuvre sur la durée du plan.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

En plus de contribuer au Troisième trimestre

développement de la section Mark's

Work Wearhouse des nouveaux Le magasin mixte ouvert au

concepts pour les magasins mixtes troisième trimestre fait partie des

Canadian Tire/Mark's Work Wearhouse, nouveaux magasins intelligents. La

comme les magasins intelligents et chaîne Mark's Work Wearhouse a

pour petit marché, Mark's Work ouvert son premier prototype de

Wearhouse travaille à l'élaboration magasin sous l'enseigne "Toujours

d'un nouveau magasin autonome sous le bon vêtement(MD)" au cours du

l'enseigne "Toujours le bon trimestre. Le nouveau magasin

vêtement(MD)", qui sera mis à d'Edmonton a aménagé une "chambre

l'essai en 2009. froide", maintenant une température

glaciale, dans laquelle les clients

peuvent entrer pour tester les

vêtements de notre plus récente

collection hivernale. Cette

innovation a été bien reçue par nos

clients.

-------------------------------------------------------------------------



Expansion des catégories



Les objectifs de croissance de Mark's Work Wearhouse pour la durée du

plan 2009-2013 seront appuyés par l'expansion des catégories dans ses

trois principales gammes d'articles. Bien que la progression des

vêtements pour femmes ait été modeste en 2007, en 2008 et depuis le début

de l'exercice 2009, les vêtements pour femmes devraient constituer le

segment qui connaîtra la croissance la plus rapide de l'entreprise sur la

durée du plan, du fait qu'il s'agit de la catégorie la moins développée

de Mark's Work Wearhouse. Les améliorations qui seront apportées à

l'assortiment d'articles dans la catégorie des vêtements pour femmes

devraient permettre une croissance continue sur la durée du plan.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

En 2009, Mark's Work Wearhouse Troisième trimestre - ventes dans

continuera d'élargir son les succursales

assortiment d'articles dans ses

trois principales catégories de - augmentation de 6,1 pour cent des

vêtements et de chaussures, en ventes de vêtements pour femmes;

mettant l'accent sur la stratégie - diminution de 5,0 pour cent des

"Toujours le bon vêtement". ventes de vêtements de travail;

- diminution de 5,7 pour cent des

ventes de vêtements pour hommes.



Au troisième trimestre de 2009,

Mark's Work Wearhouse a lancé sa

campagne publicitaire télévisée de

l'automne 2009, dont la plupart des

publicités sont axées sur la

promotion des vêtements de la

collection "Toujours le bon

vêtement", comme les chandails Soft

de Denver Hayes pour femmes, les

sous-vêtements DH U35(MC) et la

culotte de coupe parfaite. La

technologie dri-WEAR(MD) est

désormais intégrée aux

sous-vêtements, aux chaussettes,

aux t-shirts et aux polos de Mark's

Work Wearhouse et à la doublure de

certains de ses vêtements

d'extérieur. La technologie

CURVETECH(MC), qui définit la

silhouette, a été intégrée à la

catégorie des vêtements pour

femmes. La technologie QUAD

COMFORT(MD) est utilisée dans les

chaussures pour hommes et femmes de

Mark 's Work Wearhouse.

-------------------------------------------------------------------------



3.3.2.2 Principaux indices de rendement



Voici les principaux indices de rendement de Mark's Work Wearhouse :



- la croissance des ventes au détail et des ventes dans les magasins

semblables;

- les ventes moyennes par succursale;

- les ventes au détail moyennes par pied carré de superficie consacrée

à la vente au détail.



Croissance des ventes au détail et des ventes dans les magasins

semblables de Mark's Work Wearhouse



Cumul Cumul

(variation en pourcentage annuel annuel

sur 12 mois) T3 2009 T3 2008 de 2009 de 2008

-------------------------------------------------------------------------



Total des ventes au détail(1) (2,5)% 2,6 % (5,3)% 1,9 %



Ventes dans les magasins

semblables(2) (3,7)% (1,0)% (6,7)% (2,0)%

-------------------------------------------------------------------------

(1) Comprend les ventes au détail dans les succursales et les magasins

franchisés.

(2) Les ventes dans les magasins semblables de Mark's Work Wearhouse ne

comprennent pas les nouveaux magasins, ni les magasins qui n'étaient

pas ouverts pendant toute la période visée pour chaque année, ni les

magasins fermés.



Troisième trimestre



Au troisième trimestre de 2009, les ventes au détail de Mark's Work

Wearhouse ont continué de subir l'incidence de la conjoncture économique

fragile à l'échelle du Canada, les ventes ayant considérablement baissé en

Colombie-Britannique et en Alberta, tandis qu'elles ont connu une modeste

croissance presque partout ailleurs au pays. Avec une croissance de 6,1 pour

cent des ventes dans les succursales, la catégorie des vêtements pour femmes

a été la moins touchée par le ralentissement économique au troisième

trimestre. Les accessoires pour femmes, les chandails de tricot et les

vêtements pour le personnel médical ont enregistré les plus fortes

augmentations en dollars des ventes dans les succursales. Les ventes de

vêtements de travail dans les succursales ont diminué de 5,0 pour cent, la

catégorie des vêtements de travail et des chaussures de travail pour hommes

subissant la plus importante diminution des ventes en dollars. Ces

diminutions reflètent la faiblesse du marché du travail en

Colombie-Britannique et en Alberta, deux provinces axées sur les ressources

naturelles. Les ventes de vêtements de loisirs pour hommes dans les

succursales ont diminué de 5,7 %, les articles comme les jeans, les vêtements

d'extérieur, les t-shirts, les pantalons décontractés et les shorts ayant

connu les diminutions les plus marquées.

Mark's Work Wearhouse continue de mettre l'accent sur la stratégie

"Toujours le bon vêtement" et a maintenu ses prix afin de soutenir la marque

et d'optimiser ses marges plutôt que d'accroître le volume des ventes sans

engendrer de profit.



Ventes au détail moyennes dans les succursales(1)



Pour la période Pour la période Pour la période

de 12 mois de 12 mois de 12 mois

terminée le terminée le terminée le

3 octobre 27 septembre 29 septembre

2009 2008 2007

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au détail moyennes

par magasin (en milliers

de dollars)(2) 2 589 $ 2 712 $ 2 862 $

Ventes moyennes par pied

carré (en dollars)(3) 296 318 341

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les chiffres sont calculés sur 12 mois.

(2) Les ventes au détail moyennes par succursale comprennent celles dans

les succursales qui étaient ouvertes depuis au moins 12 mois.

(3) Les ventes moyennes par pied carré de superficie sont basées sur les

ventes dans les succursales. Le nombre de pieds carrés de superficie

a été calculé au prorata pour les succursales qui étaient ouvertes

depuis moins de 12 mois.



Les ventes au détail moyennes par magasin et les ventes moyennes par pied

carré chez Mark's Work Wearhouse diminuent depuis la fin du deuxième

trimestre de 2007, principalement en raison du ralentissement économique qui

s'est alors amorcé. À cela s'ajoute le fait que Mark's Work Wearhouse a

augmenté de 21,4 pour cent la superficie consacrée à la vente au détail dans

les succursales au cours de cette période, notamment grâce à l'ajout de

nouveaux magasins, au déménagement et à l'agrandissement de magasins, ainsi

qu'au rapatriement de franchises.

Selon les dernières données disponibles, une entreprise spécialisée dans

les études de marché qui suit les tendances dans l'industrie du vêtement au

détail a établi qu'en 2008, Mark's Work Wearhouse a continué d'accroître sa

part du marché des vêtements au Canada et qu'elle a maintenu ou légèrement

accru sa part de marché durant le premier semestre de 2009. Mark's Work

Wearhouse estime qu'en poursuivant l'expansion de son réseau, la chaîne sera

bien positionnée pour accroître sa part de marché et augmenter de nouveau ses

ventes au détail moyennes par magasin et par pied carré lorsque le marché du

vêtement au Canada se remettra de la récession actuelle.



3.3.2.3 Résultats financiers de Mark's Work Wearhouse



Cumul Cumul

(en millions T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

de dollars) 2009 2008(1) tion de 2009 de 2008(1) tion

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au

détail(2) 189,6 $ 194,5 $ (2,5)% 568,3 $ 600,1 $ (5,3)%

Produits bruts

d'exploi-

tation(3) 164,2 168,7 (2,6)% 493,5 516,8 (4,5)%

BAIIA(4) 3,8 6,9 (47,1)% 20,0 24,1 (17,1)%

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

(perte) avant

impôts (3,8) (0,1) s.o. (1,6) 3,8 (142,7)%

Moins les

ajustements

au titre de

l'élément

suivant :

Perte à la

cession

d'immobili-

sations

corporelles (0,5) (0,3) (0,8) (0,4)

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

(perte)

ajusté(e)

avant

impôts(4) (3,3)$ 0,2 $ s.o. (0,8)$ 4,2 $ (120,1)%

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de

la mise en oeuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé

"Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications

apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements

conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter aux

sections 14.1 et 14.2 pour obtenir de plus amples renseignements.

(2) Comprend les ventes au détail dans les succursales et les magasins

franchisés.

(3) Les produits bruts d'exploitation comprennent les ventes au détail

dans les succursales seulement.

(4) Veuillez vous reporter à la rubrique 15, "Mesures non définies par

les PCGR".



Explication des résultats financiers de Mark's Work Wearhouse



Troisième trimestre



Les produits bruts d'exploitation ont diminué de 2,6 pour cent au

troisième trimestre par rapport au trimestre correspondant de l'exercice

précédent. Cette diminution correspond au ralentissement des ventes au détail

susmentionné.

Le bénéfice avant impôts de Mark's Work Wearhouse a diminué au troisième

trimestre de 2009 principalement en raison de la baisse des produits bruts

d'exploitation et de la hausse des charges liées à l'expansion du réseau et

des investissements dans l'infrastructure au cours des dernières années.

La marge bénéficiaire brute sur les marchandises vendues s'est améliorée

au cours du trimestre, en hausse de 50 points de base grâce à des réductions

de prix moins grandes qu'au troisième trimestre de 2008, mais elle a

toutefois été contrebalancée dans une certaine mesure par l'incidence des

activités de couverture de change. La marge bénéficiaire brute depuis le

début de l'exercice a augmenté de 280 points de base, profitant de

l'incidence favorable de la réduction de valeur moins importante des stocks

au cours de l'inventaire annuel de Mark's Work Wearhouse effectué au deuxième

trimestre et des plus faibles réductions de prix grâce à la mise en place

d'un nouveau système évolué de planification intégrée des activités de

commercialisation, mais elle a ici encore été contrebalancée dans une

certaine mesure par des majorations de prix moins importantes découlant

principalement des activités de couverture de change.

Les charges totales ont augmenté de 2,5 millions de dollars, ou 3,3 pour

cent, au troisième trimestre de 2009. Les coûts d'occupation, les charges au

titre de l'amortissement et les coûts liés aux systèmes ont augmenté en

raison de l'ajout de dix succursales dans le réseau depuis le troisième

trimestre de 2008 et de la hausse des coûts liés aux nouveaux systèmes et à

la transition de Mark's Work Wearhouse vers une solution externalisée pour

l'exploitation de ses systèmes auprès d'un fournisseur de services à

l'étranger. Les augmentations des coûts liés au réseau de magasins et des

coûts liés aux systèmes ont été compensées en partie par des économies de

coûts sur les plans de la rémunération, de la publicité et des intérêts. Les

coûts salariaux dans les magasins ont continué de faire l'objet d'une gestion

rigoureuse au troisième trimestre, compte tenu de la baisse de l'achalandage.



3.3.2.4 Risques d'entreprise de Mark's Work Wearhouse



Dans le cours normal de ses activités, Mark's Work Wearhouse est exposée

à un certain nombre de risques pouvant éventuellement nuire à son rendement.

Ces risques comprennent, sans s'y limiter, le risque lié à la saisonnalité et

le risque lié à l'obsolescence du marché. Veuillez vous reporter à la section

5.3.2.5 de notre Rapport financier 2008 pour plus de détails sur les risques

propres aux activités des unités commerciales. Veuillez également vous

reporter à la section 11 du présent rapport de gestion, qui présente une

analyse de la gestion des risques d'entreprise, et à la section 14 de notre

Rapport financier 2008 pour une analyse d'autres risques à l'échelle de

l'industrie et de la Société auxquels nous sommes exposés.



3.3.3 Division pétrolière de Canadian Tire



3.3.3.1 Rendement à l'égard du plan stratégique pour le troisième

trimestre de 2009



La Division pétrolière joue un rôle stratégique pour ce qui est de

fidéliser davantage la clientèle et de stimuler l'achalandage et le nombre de

transactions dans les magasins du Groupe détail et auprès des Services

Financiers. La Division pétrolière renforce la proposition de valeur totale

de Canadian Tire, car elle offre des primes de fidélisation au moyen de

l'"argent" Canadian Tire lors des achats d'essence payés en espèces ou au

moyen de la carte MasterCard Options de Canadian Tire. La Division pétrolière

appuie également d'autres promotions et lancements de produits conjoints,

tels que la carte MasterCard Avantage Essence de Canadian Tire, qui est

devenue très populaire depuis son lancement en Ontario au milieu de 2006. Les

clients qui possèdent une carte MasterCard de Canadian Tire et qui font le

plein aux postes d'essence de la Division pétrolière sont les clients les

plus fidèles et les plus rentables de Canadian Tire.



La section suivante présente le rendement de la Division pétrolière au

troisième trimestre de 2009 dans le cadre du plan 2009-2013.



-------------------------------------------------------------------------

Initiatives de croissance de la Division pétrolière de Canadian Tire

-------------------------------------------------------------------------

Renouvellement du réseau et mise en oeuvre de nouveaux concepts

-------------------------------------------------------------------------

La Division pétrolière fait partie intégrante de l'organisation Canadian

Tire puisque les clients qui fréquentent ses postes d'essence stimulent

les ventes et favorisent l'achalandage dans les autres entreprises. Sur

la durée du plan 2009-2013, la Division pétrolière continuera à élaborer

son plan immobilier qui sera axé sur l'introduction de nouveaux concepts

au sein du réseau existant, tout en poursuivant le renouvellement des

postes actuels, afin d'améliorer l'expérience des clients.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

En 2009, la Division pétrolière Troisième trimestre

continuera de renforcer son réseau

actuel en ouvrant de nouveaux - ouverture d'un nouveau dépanneur;

postes et en rénovant des postes - ouverture d'un poste d'essence et

existants. rénovation de cinq postes

existants;

- fermeture d'un poste d'essence.



À la fin du trimestre, la Division

pétrolière comptait 273 postes

d'essence, y compris 37 postes

repositionnés.

-------------------------------------------------------------------------



-------------------------------------------------------------------------

Initiatives de productivité de la Division pétrolière de Canadian Tire

-------------------------------------------------------------------------

Accroître l'interdépendance

-------------------------------------------------------------------------

Les activités de la Division pétrolière sont liées à celles du Groupe

détail et des Services Financiers grâce à l'"argent" Canadian Tire et aux

divers programmes de promotions conjointes visant à fidéliser la

clientèle. La Division pétrolière est en train d'accroître la portée de

sa stratégie d'interdépendance pour que l'ensemble de la Société profite

de la vigueur des activités de marketing de la Division pétrolière.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

En 2009, la Division pétrolière Troisième trimestre

recherchera activement d'autres

occasions de promotions conjointes - lancement d'un concours de

de manière à tirer davantage profit promotion conjointe dans les

de sa stratégie d'interdépendance postes d'essence à l'échelle

et ainsi stimuler l'achalandage et nationale afin de stimuler

le volume des transactions, l'achalandage dans les magasins

fidéliser sa clientèle et accroître Canadian Tire et Mark's Work

le bénéfice à l'échelle de Wearhouse/L'Équipeur et

l'entreprise. l'utilisation de la carte

MasterCard(MD) Options(MD)

Canadian Tire des Services

Financiers;

- émission de bons multiplicateurs

qui augmentent les primes en

"argent" Canadian Tire offertes

lors des achats d'essence payés

en espèces ou à l'aide de la

carte MasterCard Options de

Canadian Tire.

-------------------------------------------------------------------------



3.3.3.2 Principaux indices de rendement



Le volume des ventes d'essence, qui correspond au nombre de litres

d'essence vendus, est un indice de rendement essentiel pour la Division

pétrolière. Les fluctuations des prix de gros et de détail de l'essence

pourraient donner lieu à des fluctuations de la marge bénéficiaire et de la

rentabilité de la Division pétrolière.



Volume des ventes d'essence



Cumul Cumul

T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

2009 2008 tion de 2009 de 2008 tion

-------------------------------------------------------------------------

Volume des

ventes (en

millions de

litres) 433,5 414,5 4,6 % 1 277,5 1 257,9 1,6 %

-------------------------------------------------------------------------



Au troisième trimestre, le volume des ventes d'essence a augmenté de 4,6

pour cent, les consommateurs ayant profité de la baisse des prix à la pompe

et de leur plus grande stabilité par rapport au troisième trimestre de 2008.



Ventes dans les dépanneurs et ventes liées aux lave-autos de la Division

pétrolière



Cumul Cumul

(variation en pourcentage annuel annuel

sur 12 mois) T3 2009 T3 2008 de 2009 de 2008

-------------------------------------------------------------------------

Total des ventes au détail

Ventes dans les dépanneurs 15,4 % 10,7 % 17,0 % 9,0 %

Ventes liées aux lave-autos 7,7 % (14,3)% 8,3 % (16,5)%

-------------------------------------------------------------------------

Ventes dans les postes semblables

Dépanneurs 13,3 % 9,1 % 14,5 % 7,3 %

Lave-autos 16,5 % (14,1)% 8,5 % (16,5)%



Les ventes dans les dépanneurs ont été très vigoureuses au troisième

trimestre de 2009, particulièrement dans les catégories des friandises, des

produits du tabac et de la loterie, qui résistent mieux en périodes de

ralentissement économique. Les ventes liées aux lave-autos ont été très

vigoureuses par rapport à celles du troisième trimestre de 2008. Comme les

prix à la pompe étaient plus bas au troisième trimestre de 2009, les clients

ont pu se permettre plus de dépenses discrétionnaires, comme les lavages

d'auto.



3.3.3.3 Résultats financiers de la Division pétrolière



Cumul Cumul

(en millions T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

de dollars) 2009 2008 tion de 2009 de 2008 tion

-------------------------------------------------------------------------

Ventes au

détail 441,1 $ 550,2 $ (19,8)% 1 220,2 $ 1 541,1 $ (20,8)%

Produits bruts

d'exploi-

tation 403,6 519,3 (22,3)% 1 116,3 1 456,9 (23,4)%

BAIIA(1) 13,1 11,7 12,7 % 35,6 32,8 8,6 %

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice avant

impôts 8,5 7,5 13,9 % 22,3 20,5 9,0 %

Moins les

ajustements

au titre de

l'élément

suivant :

Perte à la

cession

d'immobili-

sations

corporelles (0,1) (0,1) (0,4) (0,3)

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

ajusté avant

impôts(1) 8,6 $ 7,6 $ 13,4 % 22,7 $ 20,8 $ 9,1 %

-------------------------------------------------------------------------

(1) Veuillez vous reporter à la rubrique 15, "Mesures non définies par

les PCGR".



Explication des résultats financiers de la Division pétrolière



Troisième trimestre



Les ventes au détail et les produits d'exploitation bruts ont diminué de

plus de 19 pour cent au cours du troisième trimestre de 2009 en raison d'une

diminution de 26,1 pour cent des prix de détail de l'essence d'un exercice à

l'autre. Malgré la diminution des prix à la pompe, le bénéfice avant impôts

de la Division pétrolière a augmenté de 13,9 pour cent, grâce à de fortes

ventes dans les dépanneurs, à la relative stabilité des marges sur l'essence

et à une bonne gestion des charges d'exploitation, lesquelles sont demeurées

relativement stables malgré l'expansion du réseau de la Division pétrolière.



3.3.3.4 Risques d'entreprise de la Division pétrolière



Dans le cours normal de ses activités, la Division pétrolière est exposée

à un certain nombre de risques pouvant éventuellement nuire à son rendement.

Ces risques comprennent, sans s'y limiter, le risque lié au prix des

marchandises et le risque d'interruption, ainsi que le risque

environnemental. Veuillez vous reporter à la section 5.3.3.5 de notre Rapport

financier 2008 pour plus de détails sur les risques propres aux activités des

unités commerciales. Veuillez également vous reporter à la section 11 du

présent rapport de gestion, qui présente une analyse de la gestion des

risques d'entreprise, et à la section 14 de notre Rapport financier 2008 pour

une analyse d'autres risques à l'échelle de l'industrie et de la Société

auxquels nous sommes exposés.



3.3.4 Services Financiers Canadian Tire



3.3.4.1 Rendement à l'égard du plan stratégique pour le troisième

trimestre de 2009



La section suivante présente le rendement des Services Financiers pour le

troisième trimestre de 2009 à l'égard de notre plan 2009-2013.



-------------------------------------------------------------------------

Initiatives de croissance des Services Financiers Canadian Tire

-------------------------------------------------------------------------



Total du portefeuille géré des créances sur prêts (créances sur cartes de

crédit, prêts personnels, prêts hypothécaires et prêts au titre de marges

de crédit)



Les Services Financiers prévoient accroître leur portefeuille par la

hausse du solde moyen des comptes, l'acquisition de nouveaux comptes et

le lancement de nouvelles cartes de crédit.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

En 2009, les Services Financiers Troisième trimestre

ciblent l'accroissement des

créances moyennes brutes, Les créances sur prêts moyennes

principalement grâce à la hausse du brutes ont atteint 4,1 milliards de

solde moyen des comptes. dollars au troisième trimestre.

Cette hausse reflète une

augmentation de 8,7 pour cent du

solde moyen des comptes,

contrebalancée en partie par une

diminution du nombre de comptes

ayant un solde non réglé par

rapport au trimestre correspondant

de l'exercice précédent.

-------------------------------------------------------------------------



Services bancaires de détail



En octobre 2006, les Services Financiers ont commencé à offrir, dans deux

marchés pilotes, leurs produits de services bancaires de détail, qui

comprennent des comptes d'épargne à taux d'intérêt élevé, des CPG et des

prêts hypothécaires résidentiels. En 2007, le projet pilote a été étendu

à un troisième marché en Ontario en même temps que le compte tout-en-un

de Canadian Tire a été introduit. Les activités des services bancaires de

détail misent sur la confiance et la crédibilité que les Services

Financiers Canadian Tire ont acquises au cours des 40 dernières années

dans la prestation de services financiers à des millions de clients.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

Pour ce qui est des services Troisième trimestre

bancaires de détail, les Services

Financiers visent à accroître le À la fin du troisième trimestre de

solde de clôture du portefeuille de 2009, les Services Financiers

prêts hypothécaires et à augmenter avaient accumulé des dépôts de

les soldes des dépôts de détail. détail de plus de 590 millions de

dollars et des prêts hypothécaires

En 2009, les Services Financiers d'une valeur de plus de 164

engageront des dépenses nettes millions. Par la suite, les

d'environ 17 millions de dollars Services Financiers ont vendu leur

relativement aux activités de portefeuille de prêts hypothécaires

marketing et d'exploitation des à la Banque Nationale du Canada (se

services bancaires de détail. reporter à la section 16.2 du

présent rapport de gestion pour de

plus amples renseignements). Les

dépôts de détail constituent une

source de financement rentable des

créances sur cartes de crédit.



Au troisième trimestre de 2009, les

Services Financiers ont engagé des

dépenses nettes de 4,2 millions de

dollars relativement à

l'exploitation et à la

commercialisation de l'initiative

des services bancaires de détail.

-------------------------------------------------------------------------



Produits d'assurance et services connexes



Les Services Financiers prévoient enrichir la gamme de produits

d'assurance et de garantie offerts aux titulaires de cartes de crédit.

Les produits d'exploitation tirés des produits d'assurance et de garantie

ont augmenté considérablement au cours des cinq dernières années, grâce

au marketing direct s'adressant à la clientèle croissante de Canadian

Tire.

-------------------------------------------------------------------------

Initiatives clés pour 2009 Rendement pour 2009

-------------------------------------------------------------------------

En 2009, les Services Financiers Troisième trimestre

prévoient accroître les produits

d'exploitation tirés des produits Les produits d'exploitation tirés

d'assurance et de garantie. des produits d'assurance et de

garantie ont diminué de 4,8 pour

cent au troisième trimestre par

rapport au trimestre correspondant

de l'exercice précédent. Toutefois,

depuis le début de l'exercice, les

produits ont augmenté de 2,6 pour

cent par rapport à la période

correspondante de l'exercice

précédent.

-------------------------------------------------------------------------



3.3.4.2 Principaux indices de rendement



Les principaux indices de rendement des Services Financiers sont les

suivants :



- la valeur du total du portefeuille géré;

- le rendement du portefeuille;

- la qualité du portefeuille.



Total du portefeuille géré des créances sur prêts des Services Financiers



(en millions de

dollars, sauf Cumul Cumul

indication T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

contraire) 2009 2008 tion de 2009 de 2008 tion

-------------------------------------------------------------------------

Nombre moyen

de comptes

ayant un solde

non réglé (en

milliers) 1 791 1 862 (3,8)% 1 798 1 857 (3,2)%

Soldes moyens

des comptes

(en dollars) 2 308 $ 2 123 $ 8,7 % 2 260 $ 2 087 $ 8,3 %

Créances

moyennes

brutes 4 132,6 3 951,8 4,6 % 4 063,2 3 876,1 4,8 %

Total du

portefeuille

géré, à la

fin 4 174,4 4 002,3 4,3 %

Portefeuille

net géré, à

la fin 4 052,2 3 903,2 3,8 %

-------------------------------------------------------------------------



La direction estime qu'il faut évaluer le rendement des portefeuilles de

créances sur prêts aussi bien titrisées que non titrisées pour obtenir un

portrait complet des tendances qui caractérisent les activités des Services

Financiers. Par conséquent, toutes les créances sur prêts titrisées ont été

reflétées. Les Services Financiers présentent l'information concernant les

créances sur prêts sur la base du montant géré afin d'évaluer le rendement

des créances et le rendement financier général des prêts sous-jacents.

Les créances moyennes brutes des Services Financiers ont augmenté de 4,6

pour cent au troisième trimestre, en raison surtout de hausses sélectives des

limites de crédit, d'offres de transfert de soldes et de la baisse du taux de

paiement des comptes.

Les Services Financiers sont d'avis que leur croissance sera stimulée par

la hausse des soldes moyens des comptes, les augmentations modérées du nombre

de nouveaux comptes et le lancement de nouvelles cartes de crédit et de

nouveaux produits d'assurance. La direction considère que les produits de

dépôt des services bancaires de détail constituent une source de financement

rentable des créances sur cartes de crédit.



Portefeuille des créances sur cartes de crédit des Services Financiers



(en millions de

dollars, sauf Cumul Cumul

indication T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

contraire) 2009 2008 tion de 2009 de 2008 tion

-------------------------------------------------------------------------

Nombre moyen

de comptes

ayant un solde

non réglé (en

milliers) 1 767 1 826 (3,2)% 1 771 1 820 (2,7)%

Soldes moyens

des comptes

(en dollars) 2 204 $ 2 041 $ 8,0 % 2 156 $ 2 013 $ 7,1 %

Créances

moyennes

brutes 3 896,0 3 727,9 4,5 % 3 818,1 3 663,1 4,2 %

Total du

portefeuille

géré, à la

fin 3 945,8 3 772,5 4,6 %

-------------------------------------------------------------------------



Les créances moyennes brutes sur cartes de crédit ont augmenté de 4,5

pour cent pour s'établir à 3,9 milliards de dollars à la fin du trimestre, en

raison surtout de l'augmentation de 8,0 pour cent des soldes moyens des

comptes au cours du trimestre par rapport au trimestre correspondant de

l'exercice précédent. La hausse des soldes moyens des comptes est surtout

attribuable aux programmes de commercialisation conçus à cette fin, mais

aussi à une légère détérioration de la durée de recouvrement, découlant du

ralentissement des paiements effectués par les clients.



Rentabilité des Services Financiers



La rentabilité des Services Financiers s'exprime en pourcentage des

créances moyennes brutes, comme le démontre le tableau suivant.



Rendement du total du portefeuille géré(1)



T3 2009 T3 2008 T3 2007 T3 2006 T3 2005

-------------------------------------------------------------------------

Total des produits

d'exploitation en

pourcentage des créances

moyennes brutes(2) 25,05 % 24,30 % 24,88 % 25,01 % 25,81 %

Marge bénéficiaire brute

en pourcentage des

créances moyennes

brutes(2) 10,86 % 12,40 % 13,19 % 13,06 % 13,30 %

Charges d'exploitation en

pourcentage des créances

moyennes brutes(3) 6,98 % 7,65 % 7,75 % 8,12 % 8,68 %

Rendement du total du

portefeuille géré

moyen(2)(3)(4) 3,88 % 4,75 % 5,45 % 4,93 % 4,61 %

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données sont calculées sur 12 mois et comprennent le total du

portefeuille géré de créances sur prêts.

(2) Ne comprend pas l'incidence nette des activités de titrisation, ni le

gain à la cession/au rachat de placements.

(3) Les données ont été retraitées, rétroactivement, par suite de la mise

en oeuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Écarts

d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications apportées

au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements

conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter aux

sections 14.1 et 14.2 pour obtenir de plus amples renseignements.

(4) Le rendement est calculé à titre de bénéfice ajusté avant impôts, en

pourcentage des créances moyennes brutes.



Le rendement du total du portefeuille géré a diminué par rapport à celui

du troisième trimestre de 2008. L'économie canadienne continue d'être touchée

par l'augmentation du nombre de faillites personnelles et la détérioration de

la durée de recouvrement des créances, qui donnent lieu à une augmentation

des radiations. Les autres coûts variables ont également augmenté, comme les

intérêts débiteurs, qui ont augmenté par suite de la hausse des dépôts auprès

de courtiers afin de préfinancer les billets à terme de GCCT et les CPG

venant à échéance au quatrième trimestre.

Les comptes de cartes de crédit des Services Financiers (les cartes

MasterCard et les cartes de crédit personnelles Canadian Tire) offrent des

possibilités accrues de dégager des produits d'exploitation grâce à la vente

croisée de produits d'assurance dont la prime est fonction du solde et

d'autres produits financiers offerts par les Services Financiers. À mesure

que les Services Financiers lanceront des cartes de crédit et des prêts à

taux d'intérêt réduit, la diminution de la marge brute, en pourcentage des

produits bruts d'exploitation, sera neutralisée par la croissance soutenue

des créances sur prêts, les ventes accrues de produits d'assurance et de

garantie et les améliorations continues au chapitre du ratio des charges

d'exploitation.

Dans le cadre du processus de planification stratégique, la direction

s'est fixé un objectif à long terme relatif au rendement avant impôts du

total moyen du portefeuille géré des Services Financiers dans la fourchette

cible de 4,5 à 5,0 pour cent. Comme l'indique le tableau précédent, les

Services Financiers ont atteint ou dépassé cet objectif au troisième

trimestre de quatre des cinq derniers exercices, mais ne l'ont pas atteint en

2009 pour les raisons susmentionnées. La direction est d'avis que le

rendement avant impôts du total du portefeuille géré moyen se situera de

nouveau dans la fourchette cible à plus long terme, lorsque le taux de

chômage et les dépenses de consommation reviendront à des niveaux

historiques.



Qualité du portefeuille



T3 2009 T3 2008 T3 2007 T3 2006 T3 2005

-------------------------------------------------------------------------

Taux de radiation nette

(sur 12 mois) 7,30 % 6,04 % 5,87 % 5,94 % 5,95 %

Soldes de comptes en

souffrance depuis moins

de 30 jours, à la fin 95,85 % 96,32 % 96,26 % 96,14 % 96,31 %

Taux de provision 2,93 % 2,48 % 2,44 % 2,60 % 2,56 %

-------------------------------------------------------------------------



Le taux de radiation nette devrait se situer dans une fourchette de 5,0 à

6,0 pour cent. Exception faite de 2009, la tendance historique sur cinq ans

témoigne de notre capacité à gérer le taux de radiation grâce à des

initiatives telles que l'amélioration des recouvrements et la sélection de

clients ayant des cotes de solvabilité élevées. En 2009, le taux de radiation

nette sur 12 mois sur le total du portefeuille de prêts a subi l'incidence

négative de l'augmentation des radiations et des faillites personnelles

attribuable à une conjoncture nettement plus difficile et à la hausse du taux

de chômage.

Bien que les coûts liés aux faillites aient augmenté, une analyse du

rendement de ce secteur d'activité en regard des statistiques nationales

indique que les coûts des Services Financiers ont été plus bas que ce qui

avait été prévu par certains de leurs pairs, grâce à leurs stratégies

efficaces en matière de gestion des risques de crédit qui ont permis

d'améliorer la qualité du portefeuille de prêts.

Il est possible que les radiations, la durée de recouvrement et les

provisions fluctuent en raison de divers facteurs économiques dont la

croissance ou le recul de l'emploi, le niveau d'endettement des particuliers,

le nombre de faillites personnelles et des changements découlant

d'ajustements des stratégies de recouvrement. L'augmentation du taux de la

provision pour pertes sur créances par rapport au troisième trimestre de 2008

est imputable à un accroissement de la durée de recouvrement du portefeuille

de cartes de crédit. Un certain nombre de mesures ont toutefois déjà été

mises en place afin de gérer la qualité du portefeuille et les taux de

radiation devraient, à long terme, retrouver des niveaux acceptables.



3.3.4.3 Résultats financiers des Services Financiers



Cumul Cumul

(en millions T3 T3 Varia- annuel annuel Varia-

de dollars) 2009 2008(1) tion de 2009 de 2008(1) tion

-------------------------------------------------------------------------

Produits bruts

d'exploi-

tation 222,0 $ 197,8 $ 12,2 % 672,2 $ 608,0 $ 10,6 %

BAIIA(2) 40,7 52,7 (23,0)% 148,3 160,2 (7,5)%

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice avant

impôts 18,7 47,6 (60,8)% 93,5 146,2 (36,1)%

Moins les

ajustements

au titre des

éléments

suivants :

Perte à la

cession

d'immobili-

sations

corporelles (0,5) (0,6) (0,7) (0,6)

Incidence

nette des

activités

de titrisa-

tion(3) (9,0) (9,1) (6,8) 7,7

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice

ajusté avant

impôts(2) 28,2 $ 57,3 $ (50,9)% 101,0 $ 139,1 $ (27,4)%

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de

la mise en oeuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé

"Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications

apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements

conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter aux

sections 14.1 et 14.2 pour obtenir de plus amples renseignements.

(2) Veuillez vous reporter à la rubrique 15, "Mesures non définies par

les PCGR".

(3) Comprend le gain (la perte) initial(e) à la vente de créances sur

prêts, l'amortissement du passif de gestion, la réserve au titre de

la titrisation et le gain (la perte) au titre des réinvestissements.



Explication des résultats financiers des Services Financiers



Troisième trimestre



Les produits bruts d'exploitation des Services Financiers ont affiché une

hausse de 12,2 pour cent par rapport au troisième trimestre de 2008, en

grande partie en raison de l'accroissement des revenus d'intérêts découlant

de la hausse du rendement et de la croissance générale du solde des créances

moyennes brutes. Cette hausse a été contrebalancée en partie par une légère

diminution des produits tirés de l'assurance.

Le bénéfice avant impôts du troisième trimestre a diminué de façon

considérable comparativement à celui du trimestre correspondant de l'exercice

précédent. La diminution de la croissance du bénéfice pour le trimestre

résulte principalement de l'augmentation de la provision pour pertes sur

prêts découlant du ralentissement économique et des conditions du marché du

crédit ainsi que de leur incidence sur le nombre de faillites personnelles et

sur les taux de radiation, dont il a déjà été question. Elle est également

imputable à une augmentation considérable des intérêts débiteurs découlant de

la croissance rapide des dépôts auprès de courtiers des Services Financiers,

qui servent à préfinancer les billets de GCCT et les CPG venant à échéance à

la fin de 2009. Le coût de cette démarche prudente (désignée comme le

"portage négatif") s'élève à environ 5 millions de dollars pour le trimestre.

Ces hausses de coûts liés au financement et au nombre de faillites ont été

compensées en partie par l'effort soutenu consacré à la réduction des charges

d'exploitation courantes, en particulier les coûts liés au personnel. Le

ratio des charges d'exploitation en pourcentage des créances moyennes brutes

est de 6,98 %, comparativement à 7,65 % à la fin du troisième trimestre de

2008. Les frais de financement liés aux liquidités excédentaires seront

diminués au quatrième trimestre de 2009, alors que des fonds seront consacrés

aux CPG venant à échéance et au remboursement des billets de GCCT venant à

échéance.



3.3.4.4 Risques d'entreprise des Services Financiers



Dans le cours normal de leurs activités, les Services Financiers sont

exposés à un certain nombre de risques pouvant éventuellement nuire à leur

rendement. Ces risques comprennent, sans s'y limiter, le risque de crédit lié

à la consommation, le risque de financement lié à la titrisation, le risque

de taux d'intérêt et le risque lié à la réglementation. Veuillez vous

reporter à la section 5.3.4.8 de notre Rapport financier 2008 pour plus de

détails sur les risques propres aux activités des unités commerciales, ainsi

qu'à la section 5.1.4 du présent rapport de gestion pour obtenir une

description du programme de titrisation et des renseignements sur les

liquidités de Canadian Tire et ses activités sur les marchés financiers.

Veuillez également vous reporter à la section 11 du présent rapport de

gestion, qui présente une analyse de la gestion des risques d'entreprise, et

à la section 14 de notre Rapport financier 2008 pour une analyse d'autres

risques à l'échelle de l'industrie et de la Société auxquels nous sommes

exposés.



4. Gestion du capital



Afin de soutenir son plan de croissance et de respecter les objectifs de

son plan 2009-2013, la Société gère son capital de façon active. Les

objectifs de la Société sont les suivants :



- réduction du coût du capital après impôts;

- maintien de réserves de liquidités saines et d'un bon accès au

capital;

- maintien de la flexibilité de la structure du capital pour assurer la

mise en oeuvre continue de notre plan 2009-2013.



La conjoncture économique actuelle n'a pas eu d'incidence sur les

objectifs de la Société en matière de gestion du capital.

Le capital peut être défini de différentes façons selon l'entité et le

secteur d'activité. En ce qui nous concerne, le capital comprend la tranche à

court terme de la dette à long terme, la dette à long terme, les dépôts à

long terme, le passif à long terme qui correspond à des instruments dérivés

ou à des instruments de couverture liés aux éléments du capital seulement, le

capital-actions, le surplus d'apport, les composantes du cumul des autres

éléments du résultat étendu liées aux éléments du capital seulement, ainsi

que les bénéfices non répartis. Pour une liste complète de ces montants et

pour plus d'information, veuillez vous reporter à la note 11 des états

financiers consolidés.

En vertu des ententes d'emprunt existantes, des clauses restrictives

financières clés font l'objet d'une surveillance continue de la part de la

direction afin d'assurer la conformité à ces ententes. Au troisième trimestre

de 2009, la Société se conformait à ces clauses restrictives.

La filiale en propriété exclusive de la Société, la Banque Canadian Tire,

gère son capital conformément aux lignes directrices établies par le Bureau

du surintendant des institutions financières Canada (le "BSIF"). Les lignes

directrices concernant le capital réglementaire mesurent le capital par

rapport aux risques de crédit, aux risques de marché et aux risques

opérationnels. La Banque a mis en oeuvre une politique de gestion du capital,

un programme de dépenses en immobilisations et des procédures et des

contrôles concernant le capital pour atteindre ses objectifs. Les objectifs

de la Banque sont les suivants :



- disposer d'un capital suffisant pour garder la confiance des

déposants;

- posséder une structure du capital appropriée, selon les évaluations

effectuées à l'interne, selon les définitions des organismes de

réglementation et par rapport aux autres institutions financières;

- obtenir le coût global le plus bas pour le capital tout en préservant

une composition appropriée d'éléments de capital pour atteindre les

niveaux de capitalisation cibles.



Au cours du troisième trimestre de 2009 et de la période correspondante,

la Banque s'est conformée aux lignes directrices concernant le capital du

BSIF en vertu des normes Bâle II énoncées dans le document intitulé

"Convergence internationale de la mesure des normes de fonds propres :

dispositif révisé".

Pour plus d'information sur la gestion du capital, veuillez vous reporter

à la note 11 des états financiers consolidés et à la rubrique 7, intitulée

"Gestion du capital", de notre Rapport financier 2008.



5. Financement



Les marchés du crédit se sont nettement améliorés au cours des derniers

mois, et les capacités de Canadian Tire en matière de financement demeurent

solides, comme le démontre l'émission de billets à moyen terme d'un montant

de 200 millions de dollars d'une durée de sept ans, effectuée en mai 2009, et

l'obtention en juin 2009 d'une facilité de crédit consentie d'une durée de

deux ans. Nous disposons de diverses sources de financement de rechange afin

de nous assurer que nous avons accès au niveau de liquidité nécessaire pour

atteindre nos objectifs stratégiques. Le tableau suivant décrit sommairement

ces sources de financement.



Sommaire des sources de financement de Canadian Tire



-------------------------------------------------------------------------

Montant

Source de financement disponible Détails

-------------------------------------------------------------------------

Marges de crédit 1,17 milliard Consenties par dix

bancaire consenties de dollars institutions financières

nationales et internationales

et assurant notamment le

soutien du programme de papier

commercial de 800 millions de

dollars décrit plus loin,

couvert intégralement par les

marges de crédit bancaire. Au

3 octobre 2009, aucun montant

n'avait été tiré des marges de

crédit bancaire et le montant

total était disponible.



Programme de papier 800 millions Canadian Tire n'avait aucun

commercial de dollars papier commercial en

circulation au 3 octobre 2009.



Programme de billets 750 millions Un nouveau prospectus

à moyen terme de dollars préalable de base a été déposé

le 8 avril 2009, permettant à

la Société d'accéder à un

montant maximal de

750 millions de dollars au

cours des 25 prochains mois.

Une tranche de 200 millions de

dollars a été tirée en juin

2009 afin de procéder à

l'émission de billets à moyen

terme.



Titrisation de créances Selon Par le passé, les opérations

l'opération de titrisation effectuées par

l'intermédiaire de Glacier

Credit Cart Trust (GCCT) ont

fait leurs preuves en tant que

source de financement

relativement rentable. À ce

jour, les Services Financiers

n'ont pas titrisé de créances

sur cartes de crédit en 2009.



Dépôts de CPG auprès de Sans limite Le recours à cette source de

courtiers définie financement s'est accru au

second semestre de 2008, et

les fonds continuent d'être

accessibles immédiatement

grâce aux réseaux de

courtiers. À la fin du

troisième trimestre de 2009,

les dépôts de CPG auprès de

courtiers des Services

Financiers s'élevaient à

1,7 milliard de dollars.



Comptes d'épargne à Sans limite Le recours à cette source de

taux d'intérêt élevé et définie financement s'est accru au

comptes d'épargne libres troisième trimestre de 2009. À

d'impôt la fin du troisième trimestre

de 2009, les dépôts dans des

comptes d'épargne à taux

d'intérêt élevé et comptes

d'épargne libres d'impôt des

Services Financiers

totalisaient 541 millions de

dollars.



Opérations de Selon Des sources de financement

cession-bail l'opération supplémentaires sont

disponibles pour certaines

opérations stratégiques

touchant des propriétés

appartenant à la Société, au

besoin.



Les dépôts de CPG auprès de courtiers et les comptes d'épargne à taux

d'intérêt élevé visent à fournir des liquidités à la Banque.

Comme l'indique le tableau précédent, au 3 octobre 2009, la Société

disposait de marges de crédit bancaire consenties de 1,17 milliard de

dollars. Ces marges comprennent une tranche de 800 millions de dollars en

vertu d'une facilité de crédit syndiqué d'une durée de deux ans, consentie

jusqu'en juin 2011, mais elle peut être prolongée d'une année supplémentaire

à chaque date anniversaire. Les autres marges de crédit relatives aux

facilités de crédit bilatérales obtenues en juin 2009 ont une durée initiale

de un an, mais elles peuvent être prolongées de un trimestre à chaque

trimestre.

Au 3 octobre 2009, le programme de papier commercial de GCCT donnait

accès à une tranche allant jusqu'à 800 millions de dollars du total des

marges de crédit consenties de Canadian Tire. GCCT se conformait aux normes

de DBRS(MD) en matière de liquidités.



Conditions du marché des titres de créance



Les marchés du crédit ont montré des signes d'amélioration marquée depuis

le début de 2009, comme en font foi la diminution des écarts de taux et la

hausse de la demande des investisseurs relativement aux opérations sur

obligations. Bien que peu d'opérations sur titres adossés à des créances

aient été réalisées en 2009, les écarts de taux se sont également resserrés

sur ce marché et la demande des investisseurs s'accroît. Canadian Tire est

active sur les marchés des titres adossés à des créances du fait qu'elle

utilise du papier commercial et qu'elle émet des billets à moyen terme. En

2008 et depuis le début de 2009, GCCT a continué de refinancer son papier

commercial arrivant à échéance et avait 63 millions de dollars de papier

commercial en circulation au 3 octobre 2009, entièrement garanti par les

marges de crédit bancaire. Le calendrier ne prévoit l'arrivée à échéance

d'aucun titre de créance de la Société en 2009. En novembre 2009, une série

de billets à moyen terme de 625 millions de dollars d'une durée de cinq ans,

émis par GCCT, viendra à échéance. Conformément à la convention d'achat des

billets de séries, GCCT doit déposer les montants requis aux fins de

règlement du capital dans le compte de financement du règlement du capital de

ces billets en les prélevant à même les recouvrements liés aux cartes de

crédit réalisés au cours des trois mois précédant l'échéance. À la fin du

troisième trimestre, GCCT avait accumulé des remboursements de capital

d'environ 417 millions de dollars provenant des recouvrements liés aux cartes

de crédit et, à une semaine de la fin du trimestre, les fonds nécessaires au

remboursement de ces billets avaient été mis de côté et ils seront versés aux

détenteurs de billets le 20 novembre 2009.

À supposer que la Société ne cherche pas à mener à bien une opération de

titrisation de carte de crédit à court ou à moyen terme, elle aurait accès à

d'autres sources de financement suffisantes, comme l'illustre le tableau

précédent.

En décembre 2008, Canadian Tire a obtenu confirmation de ses deux agences

de notation relativement à ses divers programmes de financement, qui avaient

tous une perspective stable. Au 3 octobre 2009, il n'y avait eu aucun

changement dans les cotes.



Sommaire des cotes de crédit DBRS S&P

-------------------------------------------------------------------------

Canadian Tire

Papier commercial R-1 (faible) A-1 (faible) (CA)

Débentures A (faible) BBB+

Billets à moyen terme A (faible) BBB+



Glacier Credit Card Trust(1)

Papier commercial adossé à

des créances R-1 (élevée) -

Billets de premier rang adossés

à des créances AAA AAA

Billets subordonnés adossés

à des créances A A



Tendance ou perspective Stable Stable

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les billets subordonnés et les billets de premier rang de série 2002

adossés à des créances ont été annulés le 2 janvier 2008.



Dette à long terme



Le 1er juin 2009, la Société a émis des billets à moyen terme d'un

montant de 200 millions de dollars, d'une durée de sept ans, qui viennent à

échéance et sont remboursables le 1er juin 2016. Ces billets portent intérêt

au taux de 5,65 pour cent, payable chaque semestre.



Rachat de débentures



Après la fin du trimestre, le 22 octobre 2009, la Société a racheté la

totalité de ses débentures, d'un montant de 150 millions de dollars (veuillez

vous reporter à la section 16.1 pour de plus amples renseignements).



Dépôts auprès de courtiers



L'initiative d'émission de CPG auprès de courtiers par la Banque a été

très fructueuse depuis le quatrième trimestre de 2007. Les dépôts de la

Banque auprès de courtiers permettent de générer des flux de trésorerie grâce

à la vente de CPG par l'entremise de courtiers plutôt que directement aux

clients des services bancaires de détail. Les CPG de la Banque offerts par

les courtiers sont d'une durée allant de 30 jours à cinq ans et ne prévoient

aucune disposition de remboursement par anticipation, sauf en de rares

circonstances. Compte tenu du fait que l'ensemble du marché canadien des CPG

de courtiers s'élève à environ 66 milliards de dollars, la Banque est d'avis

que ce marché est assez vaste pour qu'elle puisse recourir aux dépôts de CPG

de la Banque auprès de courtiers à titre de solution de rechange économique à

la titrisation des créances sur cartes de crédit comme source de financement.

À la fin du troisième trimestre de 2009, la Banque comptait des dépôts de

CPG à court et à long terme non encaissés auprès de courtiers totalisant

environ 1,7 milliard de dollars.



Dépôts dans des comptes d'épargne à taux d'intérêt élevé et des comptes

d'épargne libres d'impôt



Plus récemment, la Banque est parvenue à augmenter le solde des dépôts

dans des comptes d'épargne à taux d'intérêt élevé et dans des comptes

d'épargne libres d'impôt (les "CELI") qui, à la fin du troisième trimestre,

se chiffrait à 541 millions de dollars. Les dépôts dans des comptes d'épargne

à taux d'intérêt élevé et dans des CELI constituent une autre solution de

rechange économique à la titrisation des créances sur cartes de crédit et aux

dépôts auprès de courtiers.



Vente du portefeuille de prêts hypothécaires



Après la fin du trimestre, la Banque a vendu son portefeuille de prêts

hypothécaires à la Banque Nationale du Canada, avec prise d'effet le 6

novembre 2009 (veuillez vous reporter à la section 16.2 pour de plus amples

renseignements).



5.1 Programme de financement



5.1.1 Exigences en matière de financement



Nous faisons appel à diverses sources afin d'assurer le financement des

dépenses en immobilisations, des besoins en fonds de roulement, du versement

de dividendes et d'autres besoins financiers, comme les remboursements sur la

dette et les rachats d'actions de catégorie A sans droit de vote en vertu de

l'offre publique de rachat dans le cours normal des activités (décrite plus

loin, à la section 6). Au cours du troisième trimestre de 2009, le

financement provenait principalement des sources suivantes :



- trésorerie de 159 millions de dollars provenant de l'augmentation des

dépôts nets;

- trésorerie de 9 millions de dollars liée au produit tiré de la

cession d'immobilisations corporelles.



5.1.2 Trésorerie et équivalents de trésorerie



Au 3 octobre 2009, le montant de la trésorerie et des équivalents de

trésorerie de la Société s'établissait à 875,8 millions de dollars,

comparativement à 2,1 millions au 27 septembre 2008. Cette variation du solde

de la trésorerie traduit l'incidence positive de l'augmentation des dépôts

nets. Le solde de la trésorerie sert en partie à financer les créances

financées par GCCT à l'échéance des billets de série 2004-1 aux troisième et

quatrième trimestres de 2009. À la fin du troisième trimestre de 2009, il n'y

avait pas de papier commercial en circulation, comparativement à du papier

commercial d'un montant de 367,2 millions de dollars à la fin du troisième

trimestre de 2008. Au cours du troisième trimestre de 2009, nous avons

utilisé la trésorerie principalement aux fins suivantes :



- 75 millions de dollars pour l'investissement dans des créances sur

prêts;

- 49 millions de dollars pour les ajouts aux immobilisations

corporelles;

- 17 millions de dollars pour le versement de dividendes;

- 11 millions de dollars pour les ajouts aux actifs incorporels,

principalement les logiciels.



5.1.3 Fonds de roulement



L'optimisation de notre fonds de roulement continue d'être une priorité à

long terme afin de maximiser les flux de trésorerie servant à l'exploitation

de la Société. Le tableau suivant présente la variation de la valeur des

composantes de notre fonds de roulement à la fin du troisième trimestre de

2009, par rapport au troisième trimestre de 2008.



Composantes comparables du fonds de roulement



Augmentation

Au (diminution)

Au 3 octobre 27 septembre du fonds de

(en millions de dollars) 2009 2008(1) roulement

-------------------------------------------------------------------------

Placements à court terme 190,9 $ - $ 190,9 $

Débiteurs 682,5 584,1 98,4

Stocks de marchandises 1 216,9 1 301,2 (84,3)

Impôts à recouvrer 116,1 83,7 32,4

Charges payées d'avance

et dépôts 70,1 56,3 13,8

Créditeurs et autres (1 396,8) (1 417,5) 20,7

-------------------------------------------------------------------------

271,9 $

-------------------------------------------------------------------------

(1) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de

la mise en oeuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé

"Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications

apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements

conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter aux

sections 14.1 et 14.2 pour obtenir de plus amples renseignements.



L'augmentation des placements à court terme est attribuable aux fonds

provenant de l'augmentation des dépôts de la Banque qui serviront

ultérieurement à financer l'augmentation des créances sur cartes de crédit à

l'échéance des billets adossés à des créances de GCCT en novembre 2009 (voir

plus loin) et à l'échéance des CPG au quatrième trimestre. Le coût de cette

démarche prudente (désignée comme le " portage négatif ") s'élève à environ 5

millions de dollars pour le trimestre.

L'augmentation des débiteurs résulte du prolongement temporaire de la

durée de paiement accordé à nos marchands dans le cadre d'un programme visant

à ramener à des niveaux optimaux les stocks des marchands, qui avaient été

réduits en raison du ralentissement économique.

La diminution des stocks de marchandises a été ressentie principalement

dans les centres de distribution du Groupe détail et reflète une rigoureuse

gestion à la baisse des niveaux de stock, conformément aux objectifs de

gestion du fonds de roulement.



5.1.4 Créances sur prêts



Notre programme de titrisation des créances sur prêts vise à procurer aux

Services Financiers une source de financement à peu de frais. Les créances

sur prêts étaient les suivantes aux dates indiquées :



Au 3 octobre Au 27 septembre

(en millions de dollars) 2009 2008

-------------------------------------------------------------------------

Créances sur prêts titrisées 1 798,6 $ 2 471,3 $

Créances sur prêts non titrisées 2 253,6 1 431,9

-------------------------------------------------------------------------

Portefeuille géré des

créances sur prêts, montant net 4 052,2 $ 3 903,2 $

-------------------------------------------------------------------------



La progression de nos créances nettes sur prêts gérées s'est poursuivie

au cours des 12 derniers mois, car les clients ont eu de plus en plus recours

aux cartes MasterCard(MD) Options(MD) et MasterCard(MD) Avantage Essence(MD)

de Canadian Tire et le volume des prêts hypothécaires a augmenté. Ainsi, à la

fin du troisième trimestre de 2009, les créances nettes sur prêts gérées

étaient plus élevées de 3,8 pour cent que celles à la fin du trimestre

correspondant de 2008.

La Banque vend des participations en copropriété dans des créances sur

cartes de crédit à GCCT. Comme nous ne détenons pas une participation

conférant le contrôle dans GCCT, nous n'incluons pas ses résultats financiers

dans nos états financiers consolidés.

Nous constatons la vente des créances sur prêts selon les dispositions de

la note d'orientation concernant la comptabilité no 12 intitulée "Cessions de

créances" de l'ICCA. Veuillez vous reporter à la note 1 des états financiers

consolidés de 2008.

Nous prévoyons que la croissance continue du solde moyen des comptes de

cartes de crédit de Canadian Tire mènera à une hausse du total des créances

sur prêts en 2009. Les Services Financiers prévoient continuer de financer

cette hausse à long terme en cédant des participations en copropriété dans

des créances sur cartes de crédit à GCCT et en augmentant les dépôts de la

Banque. GCCT est une fiducie indépendante qui a été constituée dans le but

d'acheter nos créances sur cartes de crédit et elle émet aussi des titres de

créance au profit d'investisseurs indépendants pour financer ses acquisitions

de créances sur cartes de crédit. Le succès du programme de titrisation

dépend de la capacité de GCCT d'obtenir des fonds auprès de tierces parties

en émettant des titres de créance ayant des cotes de crédit élevées. Veuillez

vous reporter au tableau des cotes de crédit de la présente section pour

consulter une liste des cotes attribuées à GCCT ainsi qu'un aperçu des

conditions actuelles du marché.

La Société de fiducie Computershare du Canada, fiduciaire et dépositaire

pour GCCT, gère les participations en copropriété et agit à titre d'agent

pour, et au nom de, la Banque et GCCT, qui sont les propriétaires des

participations en copropriété. La Compagnie Trust BNY Canada, à titre de

fiduciaire désigné par l'acte de fiducie à l'égard de GCCT, gère les sûretés

des détenteurs des billets de premier rang et subordonnés émis par GCCT. À

l'heure actuelle, nous ne sommes au fait d'aucun événement ni engagement,

d'aucune tendance ni incertitude qui pourraient avoir des conséquences

défavorables sur notre entente avec GCCT.



6. Capitaux propres



La valeur comptable des actions ordinaires et des actions de catégorie A

sans droit de vote, à la fin du troisième trimestre de 2009, s'élevait à

44,33 $ l'action, comparativement à 41,41 $ l'action à la fin du troisième

trimestre de 2008.

Nous avons comme politique de racheter des actions de catégorie A sans

droit de vote pour compenser l'effet de dilution qu'ont les actions que nous

émettons en vue de nous acquitter de nos obligations en vertu des divers

régimes de participation aux bénéfices des employés et des régimes d'options

sur actions, d'achat d'actions et de réinvestissement des dividendes. À

longue échéance, ces rachats devraient neutraliser les nouvelles émissions

d'actions de catégorie A sans droit de vote. De plus, la Société peut

racheter des actions de catégorie A sans droit de vote additionnelles si le

conseil d'administration établit, après avoir pris en considération la

conjoncture du marché ainsi que la souplesse financière et les occasions

d'investissement de la Société, qu'un tel rachat constitue un moyen approprié

d'accroître la valeur des actions de catégorie A sans droit de vote

résiduelles.

Le 12 février 2009, nous avons annoncé notre intention de racheter

jusqu'à 3,4 millions d'actions de catégorie A sans droit de vote émises et en

circulation au cours de la période de 12 mois qui se terminera le 18 février

2010, au moyen d'une offre publique de rachat dans le cours normal des

activités. Au cours de l'exercice précédent, environ 0,5 million d'actions de

catégorie A sans droit de vote ont été rachetées dans le cadre de la

précédente offre publique de rachat dans le cours normal des activités.

Une offre publique de rachat dans le cours normal des activités est une

offre faite par une société cotée visant à racheter ses actions sur le marché

boursier, sous réserve d'un nombre maximal prescrit et de certaines règles

protégeant les investisseurs.



Actions en circulation



Au 3 octobre Au 27 septembre

2009 2008

-------------------------------------------------------------------------

Actions de catégorie A sans

droit de vote (CTC.A)

Actions en circulation au début 78 178 066 78 048 062

Actions émises en vertu des régimes(1) 622 612 495 043

Actions rachetées dans le cadre d'une

offre publique de rachat (480 800) (494 800)

-------------------------------------------------------------------------

Actions en circulation à la fin 78 319 878 78 048 305

Actions ordinaires (CTC)

Actions en circulation

au début et à la fin 3 423 366 3 423 366

-------------------------------------------------------------------------

(1) Nous émettons des actions en vertu de divers régimes de participation

aux bénéfices des employés et d'achat d'actions et du régime de

réinvestissement des dividendes.



Dividendes



Nous avons déclaré des dividendes d'environ 17,2 millions de dollars sur

nos actions ordinaires et sur nos actions de catégorie A sans droit de vote

au troisième trimestre de 2009, comparativement à des dividendes d'environ

17,0 millions au troisième trimestre de 2008, ce qui reflète la décision du

conseil d'administration, en février 2009, de maintenir le dividende

annualisé à 0,84 $ l'action.

Le tableau suivant donne un aperçu de nos distributions trimestrielles de

dividendes en 2009, payables aux actionnaires à la date de clôture des

registres.



Dividende Date de Date de clôture Date de Montant versé

trimestriel déclaration des registres versement par action

-------------------------------------------------------------------------

Premier trimestre 12 février 30 avril 1er juin 0,21 $

2009 2009 2009



Deuxième trimestre 14 mai 31 juillet 1er septembre 0,21 $

2009 2009 2009



Troisième trimestre 13 août 30 octobre 1er décembre 0,21 $

2009 2009 2009

-------------------------------------------------------------------------



Politique de dividendes



La politique de dividendes de Canadian Tire vise à établir les paiements

de dividendes entre 15 et 20 pour cent environ du bénéfice net de base par

action normalisé de l'exercice précédent, compte tenu de la situation de

trésorerie à la fin du trimestre, de même que des exigences liées aux flux de

trésorerie futurs, des conditions du marché financier et des occasions

d'investissement qui se présenteront. Le bénéfice par action normalisé exclut

les gains et les pertes à la vente de créances sur cartes de crédit et de

créances sur prêts ainsi que les éléments non récurrents, mais il comprend

les gains et les pertes résultant de toute cession d'immobilisations

corporelles dans le cours normal des activités.



7. Activités d'investissement



7.1 Programme de dépenses en immobilisations pour le troisième trimestre

de 2009



Au troisième trimestre de 2009, les dépenses en immobilisations de

Canadian Tire, selon la méthode de la comptabilité d'exercice, ont totalisé

64 millions de dollars (y compris les actifs incorporels tels que les

acquisitions de logiciels), soit environ 51 pour cent de moins que les 131

millions engagés au troisième trimestre de 2008. Les dépenses en

immobilisations comprennent ce qui suit :



- 35 millions de dollars affectés aux projets immobiliers, notamment

des projets liés au déploiement de nouveaux concepts de magasin du

Groupe détail;

- 14 millions de dollars destinés aux technologies de l'information;

- 4 millions de dollars destinés aux centres de distribution du Groupe

détail;

- 3 millions de dollars destinés à l'infrastructure de la Division

automobile;

- 8 millions de dollars affectés à d'autres fins.



Dans l'ensemble, les dépenses en immobilisations ont diminué depuis le

troisième trimestre de 2008, puisque la construction du centre de

distribution de l'est du Canada et le déploiement des magasins du Concept

20/20 sont achevés. Nous avons commencé à nous concentrer sur le

développement de nos prochains concepts de magasin, soit les magasins

intelligents et les magasins pour petit marché, qui sont moins

capitalistiques que le Concept 20/20.



7.2 Programme de dépenses en immobilisations pour 2009



Compte tenu de la conjoncture actuelle, le programme de dépenses en

immobilisations de 2009 a été réduit. D'abord établi à 390 millions de

dollars, le programme de dépenses en immobilisations a été ramené à 360

millions à la fin du premier trimestre et a été réduit davantage pour se

chiffrer à 326 millions à la fin du deuxième trimestre. À la fin du troisième

trimestre, notre programme de dépenses en immobilisations avait été ramené à

environ 300 millions. Notre programme de dépenses en immobilisations révisé

comprend les éléments suivants :



- 155 millions de dollars affectés aux projets immobiliers, dont 122

millions pour le déploiement des nouveaux concepts de magasin du

Groupe détail;

- 59 millions de dollars destinés aux technologies de l'information;

- 25 millions de dollars pour les centres de distribution du Groupe

détail;

- 15 millions de dollars pour l'infrastructure de la Division

automobile;

- 14 millions de dollars pour la gestion énergétique et les systèmes

d'éclairage;

- 32 millions de dollars affectés à d'autres fins.



8. Activités à l'étranger



La Société exerce des activités à l'extérieur du Canada, notamment aux

Bermudes et sur la côte du Pacifique. Pour un aperçu de nos activités à

l'étranger, veuillez vous reporter à la section 11 du rapport de gestion

contenu dans notre Rapport financier 2008.



9. Questions fiscales



Dans le cours normal de ses activités, la Société fait régulièrement

l'objet de vérifications menées par l'administration fiscale. Bien que la

Société estime que les déclarations fiscales qu'elle produit sont appropriées

et justifiables, il existe toutefois la possibilité que certains éléments

fassent l'objet d'une révision et soient contestés par l'administration

fiscale.

Les principales questions contestées par l'Agence du revenu du Canada

(l'"ARC") ont trait au traitement fiscal des commissions versées à des

filiales étrangères de la Société (pour les années d'imposition allant de

1995 à 2007) et aux dividendes reçus relativement à un investissement réalisé

par une filiale en propriété exclusive de la Société lié à la réassurance

(pour les années d'imposition allant de 1999 à 2003). Les autorités fiscales

provinciales compétentes ont établi de nouvelles cotisations et on s'attend à

ce qu'elles en établissent d'autres à l'égard de ces questions pour ces mêmes

années.

La Société a convenu avec l'ARC de régler la question des commissions

versées entre 1995 et 2003. Toutefois, certains renseignements fournis par la

Société devront faire l'objet d'une vérification par l'ARC avant que ne soit

déterminé le montant définitif des impôts à payer par suite du règlement. La

Société est d'avis que les autorités fiscales provinciales établiront aussi

de nouvelles cotisations selon les mêmes critères. La Société ne fait pas

l'objet d'un risque important en ce qui concerne cette question pour les

années d'imposition postérieures à 2003.

Les nouvelles cotisations relatives à la question des dividendes reçus

reposent sur plusieurs motifs, dont certains sont très inhabituels. La

Société a porté en appel ces nouvelles cotisations, et la question est en

instance devant la Cour canadienne de l'impôt. Si l'ARC et les autorités

fiscales provinciales compétentes avaient gain de cause pour l'ensemble de

ces nouvelles cotisations - un dénouement que la Société et ses conseillers

fiscaux croient improbable - nous estimons que l'obligation totale de la

Société quant aux impôts supplémentaires à payer, aux intérêts et aux

pénalités pourrait s'établir à environ 192,8 millions de dollars. Bien que la

Société ait porté en appel ces nouvelles cotisations, les lois fiscales

actuelles exigent de la Société qu'elle verse à l'ARC et à ses homologues

provinciaux un montant d'environ 119,7 millions de dollars lié à cette

question, lequel avait été payé en entier à la fin du trimestre.

La Société examine périodiquement la possibilité de dénouements

défavorables en matière de questions fiscales. La Société est d'avis que la

décision finale relativement aux règlements, à la résolution de la question

des commissions, à la résolution de la question des dividendes reçus et aux

autres questions fiscales n'aura pas d'incidence défavorable importante sur

ses liquidités, sur sa situation financière consolidée ni sur ses résultats

d'exploitation consolidés, car elle croit qu'elle a établi des provisions

adéquates à l'égard de ces questions fiscales. Si le passif fiscal définitif

différait sensiblement des provisions établies, le taux d'imposition effectif

de la Société et son bénéfice pourraient en subir les répercussions positives

ou négatives dans la période au cours de laquelle les questions seront en fin

de compte résolues.

La provision pour charge d'impôts accumulée depuis le début de l'exercice

a été diminuée de 9,1 millions de dollars en raison de l'application

rétroactive d'un changement législatif relatif à l'imposition des gains

réalisés à la cession d'actions en 2006 et en 2007 et de la révision de la

charge d'impôts estimative de l'exercice précédent.



10. Arrangements hors bilan



10.1 Glacier Credit Card Trust



Comme il en a été fait mention précédemment, GCCT a été constituée dans

le but d'acheter nos créances sur cartes de crédit, et elle émet des titres

de créance au profit d'investisseurs indépendants pour financer ses

acquisitions de créances sur cartes de crédit. Veuillez vous reporter à la

section 5.1.4 du présent rapport de gestion pour obtenir de plus amples

renseignements sur GCCT.



10.2 Prêts de la fiducie consentis aux marchands



Un programme de financement vise à procurer aux marchands un moyen

efficace et économique d'accéder à la majeure partie des fonds dont ils ont

besoin pour l'exploitation de leur magasin. L'entente avec la fiducie et les

banques participantes relative au programme de financement de la fiducie à

l'intention des marchands a été modifiée et prolongée jusqu'au 31 décembre

2010.

Veuillez vous reporter à la section 13.2 du rapport de gestion du Rapport

financier 2008 pour plus de renseignements sur ce programme.



10.3 Financement bancaire des marchands



Nous avons garanti les emprunts bancaires de certains marchands. Le total

s'élève à environ 37 millions de dollars. Veuillez vous reporter à la section

13.3 de notre Rapport financier 2008 pour plus de renseignements sur ce

programme.



11. Gestion des risques d'entreprise



La Société adopte une approche stratégique à l'égard de la gestion des

risques en accord avec son modèle de gestion des risques d'entreprise (la

"GRE") afin d'atténuer l'incidence des risques principaux sur ses affaires et

sur ses activités. Lancé en 2003, le modèle de la GRE énonce les principes et

les outils permettant de cerner, d'évaluer, de prioriser, de surveiller et de

gérer les risques au sein de la Société d'une manière efficace et uniforme.

Les sections 14 et 14.2, respectivement, du rapport de gestion du Rapport

financier 2008 présentent en détail le modèle de la GRE et les risques

principaux gérés de manière constante par la Société.

La direction examine les risques de façon continue et n'a relevé aucun

nouveau risque principal au cours du troisième trimestre de 2009. En 2009,

une éclosion de grippe attribuable au virus H1N1 s'est produite et des cas

ont été recensés au Canada. Les structures et les protocoles de gestion de

crise et d'intervention en cas d'urgence de la Société sont en place afin de

réagir à ces menaces et à d'autres types de dangers et d'interruptions des

activités. Ces pratiques ont été appliquées depuis le début de l'épidémie

afin de protéger nos employés, nos clients et nos fournisseurs, et la Société

a profité de cette occasion pour revoir et améliorer les pratiques

existantes.



11.1 Instruments financiers



Les paragraphes suivants, qui portent sur les risques et la gestion des

risques, comportent certaines des informations requises en vertu du chapitre

3862 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Instruments financiers - informations à

fournir", en ce qui a trait à la nature et à l'ampleur des risques découlant

des instruments financiers comme le requiert la norme. Veuillez vous reporter

à la note 12 des états financiers consolidés pour de plus amples

renseignements.

La Société est exposée à un certain nombre de risques liés aux

instruments financiers, lesquels risques peuvent avoir une incidence sur ses

résultats d'exploitation et sa performance financière. La provision pour

pertes sur créances et le risque d'illiquidité constituent les principaux

risques découlant des instruments financiers auxquels est exposée la Société.

Cette dernière a recours à des instruments financiers dérivés en vue de gérer

son exposition au risque de change et, dans une moindre mesure, au risque de

taux d'intérêt. La Société peut aussi utiliser des contrats dérivés sur

actions pour couvrir certaines charges futures de rémunération à base

d'actions. La Société n'utilise pas les instruments financiers dérivés à des

fins de négociation ou de spéculation, mais plutôt à titre d'outils de

gestion des risques. Veuillez vous reporter à la section 13.4 du rapport de

gestion figurant dans le Rapport financier 2008 pour obtenir des

renseignements supplémentaires sur les instruments financiers dérivés.



Provision pour pertes sur créances



La provision relative aux créances de la Société est maintenue à un

niveau considéré comme suffisant pour couvrir les pertes sur créances

futures. La continuité de la provision pour pertes sur créances de la Société

se présente comme suit :



Créances sur cartes

de crédit Autres prêts(1)

---------------------------------------------

3 oct. 27 sept. 3 oct. 27 sept.

(en millions de dollars) 2009 2008 2009 2008

---------------------------------------------

Solde au début 51,8 $ 51,5 $ 3,5 $ 2,7 $

Provision pour pertes

sur créances 124,5 47,1 4,3 8,2

Recouvrements 13,7 10,7 0,6 0,4

Radiations (110,9) (59,3) (5,8) (7,5)

---------------------------------------------

Solde à la fin 79,1 $ 50,0 $ 2,6 $ 3,8 $

---------------------------------------------

---------------------------------------------





Débiteurs Total

---------------------------------------------

3 oct. 27 sept. 3 oct. 27 sept.

(en millions de dollars) 2009 2008 2009 2008

---------------------------------------------

Solde au début 3,3 $ 5,0 $ 58,6 $ 59,2 $

Provision pour pertes

sur créances 0,9 0,8 129,7 56,1

Recouvrements 0,2 0,3 14,5 11,4

Radiations (2,2) (2,5) (118,9) (69,3)

---------------------------------------------

Solde à la fin 2,2 $ 3,6 $ 83,9 $ 57,4 $

---------------------------------------------

---------------------------------------------



(1) Les autres prêts comprennent les prêts personnels, les prêts

hypothécaires et les prêts au titre de marges de crédit.



Risque de change



La Société a un besoin considérable de dollars américains, en raison de

l'approvisionnement à l'étranger. Afin de limiter l'incidence des

fluctuations des taux de change sur le coût de nos marchandises acquises sur

les marchés mondiaux et, conséquemment, sur le bénéfice, la Société s'est

dotée d'une politique complète de gestion du risque de change qui établit des

fourchettes définissant la proportion d'achats prévus en dollars américains

devant être couverte pour diverses périodes. Par conséquent, en vue

d'atténuer toute fluctuation importante des devises, la Société a déjà

couvert une partie importante des achats prévus à court terme en dollars

américains. Le portefeuille de couverture de change a permis à la Société de

profiter de marges relativement stables depuis le début de 2009, puisqu'un

montant considérable en dollars américains nécessaire pour les achats

libellés en dollars américains est disponible à des taux de couverture plus

favorables que le cours au comptant de référence moyen depuis le début de

l'exercice. Le résultat du portefeuille de couverture de la Société pour le

reste de 2009 sera tributaire de la volatilité des marchés de change et du

sens dans lequel fluctuera le dollar canadien. Il est probable que le taux de

couverture atteint sera moins favorable que le cours au comptant de référence

pour le reste de l'exercice. La Société pourrait être en mesure de transférer

aux clients les variations des taux de change en modifiant les prix, selon

l'environnement concurrentiel.



Risque d'illiquidité



Le tableau suivant présente les échéances contractuelles des passifs

financiers de la Société. Le tableau comprend les flux de trésorerie relatifs

aux intérêts et au principal.



(en millions de dollars) 1 an 2 ans 3 ans 4 ans

-------------------------------------------

Dépôts 1 015,1 $ 219,9 $ 280,8 $ 296,1 $

Créditeurs et autres 1 373,6 - - -

Dette à long terme 453,9 9,0 21,0 8,2

Versement des intérêts(1) 143,7 102,2 99,6 98,2

Autres - 0,8 - -

-------------------------------------------

Total 2 986,3 $ 331,9 $ 401,4 $ 402,5 $

-------------------------------------------

-------------------------------------------





Par

(en millions de dollars) 5 ans la suite Total

-----------------------------------

Dépôts 521,9 $ - $ 2 333,8 $

Créditeurs et autres - - 1 373,6

Dette à long terme 6,9 1 063,1 1 562,1

Versement des intérêts(1) 110,7 651,5 1 205,9

Autres 5,2 - 6,0

-----------------------------------

Total 644,7 $ 1 714,6 $ 6 481,4 $

-----------------------------------

-----------------------------------



(1) Comprend les versements d'intérêts sur les dépôts et la dette à long

terme.



Risque de taux d'intérêt



La Société est exposée au risque de taux d'intérêt, qu'elle gère au moyen

de swaps de taux d'intérêt. La Société s'est dotée d'une politique qui exige

qu'au moins 75 pour cent de sa dette à long terme (dont l'échéance est

supérieure à un an) soit à taux d'intérêt fixe plutôt qu'à taux d'intérêt

variable. La Société se conforme à cette politique.



11.2 Risque juridique



La Société et certaines de ses filiales sont parties à un certain nombre

de poursuites. De l'avis de la Société, chacune de ces poursuites représente

une question juridique courante inhérente à ses activités, et la résolution

ultime de ces poursuites n'aura pas d'incidence importante sur ses résultats,

sur ses flux de trésorerie ni sur sa situation financière consolidés.

En octobre 2004, Option Consommateurs, un groupe de consommateurs établi

au Québec, a déposé une requête en vue d'autoriser un recours collectif

contre la Banque et certaines autres banques. Les requérants allèguent que

les frais que la Banque (et d'autres banques) impute sur les opérations

d'avance de fonds sont interdits en vertu de la Loi sur la protection du

consommateur (Québec). Le recours collectif vise le remboursement de tous les

frais estimatifs qui ont été facturés aux titulaires de cartes pour les

opérations d'avance de fonds, plus les intérêts, et le versement d'un montant

de 200 $ pour dommages et intérêts à toutes les personnes inscrites au

recours collectif. Le recours collectif contre la Banque a été autorisé le

1er novembre 2006. Le recours collectif regroupe toutes les personnes du

Québec qui ont un contrat de carte de crédit avec la Banque et qui ont payé

des frais pour les opérations d'avance de fonds effectuées au Canada ou à

l'étranger depuis le 1er octobre 2001. La Banque est d'avis qu'elle a une

solide défense contre la réclamation du fait que les banques ne sont pas

assujetties à la législation provinciale, les services bancaires et

l'information sur les frais d'emprunt étant de compétence fédérale exclusive.

Par conséquent, aucune provision n'a été constituée en prévision des montants

à payer, le cas échéant, dans l'éventualité d'une décision défavorable. Si la

décision est défavorable, le risque global total actuel de la Banque devrait

s'élever à environ 15 millions de dollars.

En juin 2009, une poursuite judiciaire similaire contre une autre

institution financière, remettant en question la légalité des frais exigés

pour des opérations de change effectuées par cartes de crédit, a été entendue

par la Cour suprême du Québec. La Cour a rendu une décision en faveur du

demandeur. Cependant, la décision a été portée en appel devant la Cour

d'appel du Québec. La décision rendue pourrait avoir une incidence sur les

autres poursuites en suspens, dont la demande liée au recours collectif

d'Option Consommateurs contre la Banque mentionnée au paragraphe précédent.



11.3 Risque lié à l'environnement réglementaire



Le 30 septembre 2009, le gouvernement fédéral a promulgué de nouvelles

règles portant sur les cartes de crédit et d'autres produits de crédit à la

consommation. Ces règles imposent des obligations supplémentaires en matière

d'information à fournir sur les formulaires de demande de carte de crédit,

sur les relevés mensuels de carte de crédit et dans les conventions de

crédit. Elles imposent également des règles relatives à la répartition des

paiements, au calcul des charges d'intérêts, aux augmentations de limite de

crédit et aux pratiques en matière de recouvrement de créances. Ces règles

auront une incidence négative sur toutes les institutions financières sous

réglementation fédérale qui émettent des cartes de crédit au Canada. La mise

en oeuvre de ces règles se fera graduellement, la première série de

changements devant avoir lieu pour le 1er janvier 2010 et la deuxième étant

prévue pour le 1er septembre 2010. Les changements qui entreront en vigueur

en janvier ont trait aux pratiques en matière de recouvrement de créances et

aux obligations en matière d'information à fournir sur les formulaires de

demande et dans les conventions de crédit, et ils interdisent les

augmentations de limite de crédit sans consentement. Les changements qui

entreront en vigueur en septembre portent sur le calcul des intérêts, la

répartition des paiements et les obligations en matière d'information à

fournir sur les relevés mensuels. Les Services Financiers ont formé une

équipe de projet, qui travaille actuellement afin d'assurer leur conformité

aux règles d'ici leur échéance respective et envisage les mesures

d'atténuation qui pourraient être mises en place. Les estimations provisoires

de l'incidence négative de ces changements pour les Services Financiers en

2010 sont de l'ordre de 8 millions à 10 millions de dollars avant impôts.



11.4 Autres risques



En plus des risques principaux décrits à la section 11 ci-dessus et des

risques propres aux activités des unités commerciales décrits à la section

3.3.1.4 pour le Groupe détail, à la section 3.3.2.4 pour Mark's Work

Wearhouse, à la section 3.3.3.4 pour la Division pétrolière et à la section

3.3.4.4 pour les Services Financiers, d'autres risques pourraient avoir une

incidence considérable sur notre bénéfice, nos activités commerciales et

notre réputation. Ces autres risques comprennent, sans s'y limiter, la

capacité de la Société d'acquérir et de mettre en valeur des propriétés

immobilières, les bouleversements des marchés financiers nuisant à notre

capacité de financer l'expansion du réseau de détail, la capacité de nos

marchands d'obtenir du financement par l'intermédiaire des fiducies

indépendantes susmentionnées (veuillez vous reporter à la section 10.2) ou

par tout autre moyen, les fluctuations des prix des marchandises qui

pourraient influer sur la rentabilité de la Société, la fluctuation des taux

de change qui pourrait influer sur les habitudes de magasinage

outre-frontière et sur le prix d'achat de nos marchandises, l'interruption de

l'approvisionnement mondial en essence et l'incapacité des clients à payer

leurs comptes de cartes de crédit Canadian Tire ou leurs soldes liés aux

prêts.



12. Estimations comptables critiques



La Société estime certains des montants reflétés dans ses états

financiers en se servant de modèles financiers détaillés qui sont fondés sur

des résultats antérieurs, des tendances actuelles et d'autres hypothèses qui

sont censées être raisonnables dans les circonstances. Les résultats réels

peuvent différer de ces estimations. Nous sommes d'avis que les conventions

et estimations comptables présentées en détail à la note 1 des états

financiers consolidés pour le trimestre terminé le 3 octobre 2009 n'exigent

pas que nous formulions des hypothèses sur des questions comportant un degré

élevé d'incertitude. Par conséquent, aucune des estimations n'est considérée

comme une "estimation comptable critique" telle qu'elle est définie dans

l'Annexe 51-102A1 publiée par la Commission des valeurs mobilières de

l'Ontario, exception faite des éléments présentés ci-dessous.

À la lumière des récentes turbulences des marchés du crédit et de la

récession qui touche le Canada, la Société a révisé la provision pour pertes

sur créances des Services Financiers et l'a considérée comme une "estimation

comptable critique". La provision pour pertes sur créances ajuste la valeur

du portefeuille de prêts des Services Financiers afin de refléter sa valeur

de réalisation estimative. La provision pour prêts douteux constituée par les

Services Financiers pour chacun des portefeuilles de créances sur cartes de

crédit, de prêts personnels, de prêts hypothécaires et de prêts au titre de

marges de crédit est calculée en fonction des pertes passées sur les soldes

de comptes, selon la durée de recouvrement et l'état des paiements, en y

apportant certains ajustements se rapportant à toute autre circonstance

susceptible d'influer sur la recouvrabilité des créances sur prêts. On

utilise à cette fin un modèle robuste fondé sur la conjoncture et les

tendances particulières aux Services Financiers. La provision pour prêts

douteux au titre du portefeuille de cartes de crédit (le portefeuille le plus

important) est constituée des provisions générales et des provisions établies

pour les risques de faillites et de fraudes. Des changements de situation, y

compris, sans s'y limiter, des changements dans la durée de recouvrement des

comptes et des changements au chapitre des faillites pourraient faire en

sorte que les évaluations futures du risque de crédit diffèrent

considérablement des évaluations actuelles, ce qui pourrait nécessiter une

augmentation ou une diminution de la provision pour pertes sur créances. Les

provisions pour prêts douteux à l'égard des portefeuilles de prêts

personnels, de prêts au titre de marges de crédit et de prêts hypothécaires

sont établies de la même façon.

Pour de plus amples renseignements sur le risque de crédit à la

consommation, veuillez vous reporter à la rubrique 5.3.4.8 de notre Rapport

financier 2008, intitulée "Risques d'entreprise des Services Financiers".



13. Obligations contractuelles



Obligations contractuelles exigibles par période



Trimestre

(en millions restant

de dollars) Total de 2009 2010-2011 2012-2013 Après 2013

-------------------------------------------------------------------------

Dette à long

terme(1) 1 517,2 $ 150,1 $ 316,0 $ 1,1 $ 1 050,0 $

Obligations en

vertu de contrats

de location-

acquisition 44,9 1,9 15,0 15,1 12,9

Contrats de

location-

exploitation 2 120,8 59,5 438,6 374,6 1 248,1

Obligations d'achat 848,8 428,1 346,8 59,1 14,8

Dépôts des Services

Financiers 2 333,8 865,5 453,9 701,5 312,9

Autres obligations 30,8 2,7 12,4 6,4 9,3

-------------------------------------------------------------------------

Total des

obligations

contractuelles 6 896,3 $ 1 507,8 $ 1 582,7 $ 1 157,8 $ 2 648,0 $

-------------------------------------------------------------------------

(1) Ne comprend pas l'obligation de verser un intérêt.



14. Modifications de conventions comptables



Les données présentées dans ce rapport de gestion ont été calculées selon

les mêmes conventions et méthodes comptables que celles utilisées pour la

préparation des plus récents états financiers annuels de l'exercice de 53

semaines terminé le 3 janvier 2009 (inclus dans notre Rapport annuel 2008), à

l'exception de ce qui suit.



14.1 Fondements conceptuels des états financiers



Avec prise d'effet le 4 janvier 2009, soit le premier jour de son

exercice 2009, la Société a adopté les modifications publiées par l'ICCA au

chapitre 1000 du Manuel, intitulé "Fondements conceptuels des états

financiers", qui clarifie les critères de constatation des actifs et le

moment où il convient de constater les charges, en particulier, ce qui a pour

effet d'éliminer les lignes directrices permettant le report des coûts. Cette

nouvelle norme est en vigueur pour les états financiers intermédiaires et

annuels des exercices ouverts à compter du 1er octobre 2008. La Société a

appliqué les modifications apportées au chapitre 1000 du Manuel conjointement

avec le chapitre 3064 du Manuel, intitulé "Écarts d'acquisition et actifs

incorporels".



14.2 Écarts d'acquisition et actifs incorporels



Avec prise d'effet le 4 janvier 2009, la Société a adopté, sur une base

rétroactive avec retraitement des données antérieures, le chapitre 3064 du

Manuel de l'ICCA, intitulé "Écarts d'acquisition et actifs incorporels", en

vigueur pour les états financiers intermédiaires et annuels des exercices

ouverts à compter du 1er octobre 2008.

Cette nouvelle norme fournit des lignes directrices en matière de

comptabilisation, d'évaluation, de présentation et d'information applicables

aux écarts d'acquisition et aux actifs incorporels, y compris les actifs

incorporels générés en interne, et est conforme à la définition d'un actif et

aux critères de constatation révisés du chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA,

intitulé "Fondements conceptuels des états financiers". Conformément à la

nouvelle norme, les coûts liés aux projets de mise en valeur peuvent être

comptabilisés à titre d'actifs seulement s'ils correspondent à la définition

d'un actif incorporel.

En outre, la nouvelle norme exige que les logiciels créés à l'interne qui

ne font pas partie intégrante du matériel connexe (auparavant inclus dans les

immobilisations corporelles) figurent dans les actifs incorporels. Puisqu'ils

ont une durée de vie limitée, ces coûts continuent d'être amortis sur cinq

ans.

Par suite de la mise en oeuvre rétroactive de ces normes, l'incidence

cumulative de celle-ci sur les soldes présentés antérieurement aux dates

suivantes se détaille comme suit :



Augmentation (diminution)



Au Au Au

3 janvier 27 septembre 29 décembre

(en millions de dollars) 2009 2008 2007

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfices non répartis (3,1) $ (3,4)$ (4,3)$

Créances à long terme

et autres actifs (3,3) (4,0) (4,6)

Actifs incorporels 189,5 180,2 174,0

Immobilisations corporelles (190,9) (181,3) (175,8)

Impôts à recouvrer 0,4 0,0 0,4

Passifs d'impôts futurs (1,2) (1,7) (1,7)

-------------------------------------------------------------------------



De plus, l'incidence de la mise en oeuvre rétroactive sur l'amortissement

pour les périodes de 13 et de 39 semaines terminées le 27 septembre 2008

consiste en des diminutions de 0,8 million de dollars et de 1,9 million,

respectivement. L'incidence de la mise en oeuvre rétroactive sur le bénéfice

net pour la période de 13 semaines terminée le 27 septembre 2008 consiste en

une augmentation de 0,5 million de dollars, ou 0,01 $ par action, et pour la

période de 39 semaines terminée à cette date, elle consiste en une

augmentation de 0,9 million de dollars, ou 0,01 $ par action. Veuillez vous

reporter à la note 2 des états financiers consolidés pour obtenir de plus

amples renseignements.



14.3 Risque de crédit et détermination de la juste valeur des actifs et

des passifs financiers



Avec prise d'effet le 4 janvier 2009, la Société a adopté, sur une base

rétroactive sans retraitement des données antérieures, l'abrégé CPN-173 du

Comité sur les problèmes nouveaux (le "CPN") de l'ICCA, intitulé "Risque de

crédit et détermination de la juste valeur des actifs et des passifs

financiers", en vigueur pour les états financiers intermédiaires et annuels

des exercices se terminant le 20 janvier 2009 ou à une date ultérieure.

Ce CPN précise qu'on doit prendre en compte le risque de crédit propre à

une entité et le risque de crédit des contreparties, plutôt qu'un taux sans

risque, dans la détermination de la juste valeur des actifs et des passifs

financiers, y compris les instruments dérivés.

Les entités sont tenues de réévaluer les actifs et les passifs

financiers, y compris les instruments dérivés, au début de la période de

l'adoption du CPN-173 (c.-à-d. au début de l'exercice 2009) pour tenir compte

du risque de crédit qui leur est propre ainsi que du risque de crédit des

contreparties. Tout écart découlant de cette réévaluation serait comptabilisé

en tant qu'ajustement des bénéfices non répartis, sauf a) les dérivés inclus

dans une relation de couverture de la juste valeur comptabilisés au moyen de

la méthode "abrégée", auquel cas l'écart en résultant ajusterait la base de

l'élément couvert et b) les dérivés inclus dans une relation de couverture

des flux de trésorerie, auquel cas l'écart en résultant serait comptabilisé

dans le cumul des autres éléments du résultat étendu.

Par suite de la mise en oeuvre sur une base rétroactive de cette nouvelle

norme, le cumul des autres éléments du résultat étendu au début a diminué de

2,5 millions de dollars et les bénéfices non répartis au début ont augmenté

de 1,1 million.



14.4 Regroupements d'entreprises



En janvier 2009, l'ICCA a publié le chapitre 1582 du Manuel de l'ICCA,

intitulé "Regroupements d'entreprises", qui remplace le chapitre 1581 du

Manuel de l'ICCA, intitulé "Regroupements d'entreprises". L'ICCA a également

publié les chapitres 1601 et 1602 du Manuel de l'ICCA, intitulés "États

financiers consolidés" et "Participations sans contrôle" respectivement, qui

remplaceront le chapitre 1600 du Manuel de l'ICCA, intitulé "États financiers

consolidés". Ces nouveaux chapitres s'appliquent aux exercices ouverts à

compter du 1er janvier 2011. Une adoption anticipée est autorisée. Ces

nouvelles normes ont pour but d'harmoniser les PCGR du Canada en matière de

regroupements d'entreprises et d'états financiers consolidés avec les normes

comptables internationales et américaines. Les nouvelles normes doivent être

appliquées à titre prospectif aux regroupements d'entreprises pour lesquels

la date d'acquisition se situe dans un exercice ouvert le 1er janvier 2011 ou

à une date ultérieure. Une application anticipée est autorisée. Les actifs et

les passifs qui découlent des regroupements d'entreprises dont la date

d'acquisition précède l'entrée en vigueur des nouvelles normes ne seront pas

ajustés à la suite de l'application de ces normes.



14.5 Instruments financiers - comptabilisation et évaluation



En avril 2009, l'ICCA a modifié le chapitre 3855 du Manuel de l'ICCA,

intitulé "Instruments financiers - comptabilisation et évaluation". La

modification comprenait un paragraphe portant sur les options de règlement

anticipé incorporées. Cette modification s'applique aux états financiers

intermédiaires et annuels des exercices ouverts à compter du 1er janvier

2011. Une adoption anticipée est autorisée. La Société évalue actuellement

l'incidence éventuelle de la modification apportée à cette norme.



14.6 Instruments financiers - informations à fournir



En juin 2009, l'ICCA a modifié le chapitre 3862 du Manuel de l'ICCA,

intitulé "Instruments financiers - informations à fournir", qui intègre les

récentes modifications apportées à IFRS 7 - Instruments financiers :

informations à fournir que l'IASB a publiées en mars 2009. Ces modifications

s'appliquent aux entreprises ayant l'obligation publique de rendre des

comptes et aux entreprises privées, aux coopératives, aux entreprises à

tarifs réglementés et aux organismes sans but lucratif qui choisissent

d'appliquer le chapitre 3862.

Les modifications exigent de présenter une information plus exhaustive

sur l'évaluation de la juste valeur, y compris la fiabilité relative des

données utilisées pour effectuer ces évaluations, sur le risque d'illiquidité

et sur les instruments financiers. Les modifications s'appliquent aux états

financiers annuels des exercices se terminant après le 30 septembre 2009. Une

adoption anticipée est autorisée. Afin d'alléger les obligations des

préparateurs des états financiers, et conformément à IFRS 7, l'ICCA a décidé

de dispenser les entités, pour le premier exercice où elles appliqueront les

modifications, de fournir de manière comparative les informations

correspondant aux nouvelles obligations. La Société évalue actuellement

l'incidence éventuelle de la modification apportée à cette norme.



14.7 Instruments financiers - dépréciation d'instruments financiers



En août 2009, l'ICCA a modifié le chapitre 3855 du Manuel de l'ICCA,

intitulé "Instruments financiers - comptabilisation et évaluation",

parallèlement au chapitre 3025 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Prêts douteux".

Ces modifications touchent les catégories dans lesquelles les titres de

créance peuvent ou doivent être classifiés, ainsi que le modèle de

dépréciation pour les actifs financiers détenus jusqu'à leur échéance. Ces

modifications s'appliquent aux états financiers annuels des exercices ouverts

à compter du 1er novembre 2008. La Société évalue actuellement l'incidence

éventuelle de la modification apportée à cette norme.



14.8 Normes internationales d'information financière



En février 2008, l'ICCA a annoncé que les PCGR du Canada appliqués aux

entreprises ayant une obligation publique de rendre des comptes seront

remplacés par les Normes internationales d'information financière (les

"IFRS") pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011. Par

conséquent, la convergence des PCGR du Canada vers les IFRS sera en vigueur

pour le premier trimestre de 2011 de la Société; cette dernière préparera

alors ses informations financières courantes et comparatives selon les IFRS.

La Société prévoit que le passage aux IFRS aura une incidence sur les

méthodes de comptabilisation, la présentation de l'information financière, le

contrôle interne à l'égard de l'information financière, les impôts et les

systèmes et processus liés à l'information, ainsi que sur certains

engagements contractuels.

Compte tenu de l'ampleur des efforts déployés aux fins de cette

conversion, le projet (au cours duquel on met en oeuvre des pratiques de

gestion de projet strictes) comporte trois phases principales.



Première phase : évaluation préliminaire de la portée et de l'incidence



Cette phase consistait en une évaluation de haut niveau visant à cibler

les principales différences entre les PCGR du Canada et les IFRS qui

risquaient d'avoir une incidence sur la Société. L'évaluation a été effectuée

en 2007 et en 2008 et a permis d'assurer la priorisation des champs de

travail décrits plus bas et l'affectation des ressources nécessaires à

l'accomplissement des étapes subséquentes du processus. Cette phase

comprenait aussi l'embauche et la formation de ressources techniques clés à

l'interne qui mèneront à bien le projet de conversion et assureront par la

suite la formation continue des autres employés responsables des finances

devant composer avec les exigences techniques plus complexes des IFRS en

matière de comptabilité.



Deuxième phase : analyse détaillée et conception



Cette phase, amorcée au quatrième trimestre de 2008, comprend l'analyse

détaillée des changements découlant de la conversion aux IFRS des points de

vue de la comptabilité, de la présentation de l'information et des activités.

Au cours de cette phase ont été abordés les 13 champs de travail portant

spécifiquement sur les questions comptables les plus pertinentes pour la

Société et quatre champs de travail généraux. Cette phase comprend également

la normalisation des critères utilisés pour évaluer la pertinence des choix

en matière de conventions comptables, lorsque les IFRS permettent de faire

des choix.

Les champs de travail propres aux questions comptables portent notamment

sur la constatation des produits, les actifs corporels (y compris les baux),

la dépréciation, les provisions, les passifs et les actifs éventuels, les

regroupements d'entreprises, les consolidations, les opérations de

titrisation, les coûts d'emprunt, la rémunération et les avantages sociaux,

les instruments financiers, les impôts sur les bénéfices, les logiciels et

les actifs incorporels ainsi que les informations à fournir et la

présentation des états financiers. Les champs de travail généraux comprennent

la révision des contrats, la formation des employés, les systèmes

d'information et les communications. Les livrables liés à la conception

préparés dans le cadre de ces champs de travail propres aux questions

comptables comprennent la consignation des raisons justifiant les choix en

matière de conventions comptables, les nouvelles exigences relatives à la

présentation de l'information et leurs sources, ainsi que des directives

relatives à la mise en oeuvre à l'intention des unités commerciales et des

divers groupes au sein de la Société lorsqu'ils entreprendront la phase de

mise en oeuvre décrite ci- dessous. Les livrables de dix des champs de

travail propres aux questions comptables étaient prêts à la fin du troisième

trimestre de 2009. Les livrables des trois champs de travail propres aux

questions comptables restants seront complétés au quatrième trimestre de 2009

et ils comprendront la sélection des conventions comptables conformément aux

IFRS actuellement en vigueur, y compris les sélections transitoires. Certains

des champs de travail généraux, comme ceux ayant trait à la formation et aux

communications, se poursuivront pendant tout le projet de conversion.

L'équipe de travail portant sur les communications sera constituée non

seulement d'employés clés responsables des finances, mais aussi d'autres

employés et membres de la direction ainsi que de membres du comité de

vérification, du conseil d'administration et de tierces parties, comme des

investisseurs et des analystes.



Troisième phase : mise en oeuvre



Cette phase consiste à mettre en oeuvre les travaux effectués à la

deuxième phase en apportant des changements aux processus administratifs et

comptables et aux systèmes d'information de soutien au sein de chaque unité

commerciale et groupe, ainsi qu'à rédiger la documentation officielle portant

sur les conventions comptables et procédures définitives approuvées

conformément aux IFRS. On procède aussi à la quantification des incidences

prévues sur les activités et à l'ébauche des formats des états financiers pro

forma et des notes complémentaires qui seront présentés conformément aux

IFRS. Les détails liés à la collecte de données financières comparatives et

d'autres données en 2010 sont aussi finalisés au cours de cette phase. En

outre, c'est au cours de cette phase que le plan de formation est transmis à

tous les employés exerçant des fonctions clés en matière de comptabilité, de

présentation de l'information financière et de relations avec les

investisseurs.

Cette phase devrait se terminer d'ici la fin du quatrième trimestre de 2010.



Le tableau suivant résume les progrès accomplis à ce jour en fonction des

jalons définis dans les éléments clés du plan de transition :



Progrès de la conversion aux IFRS



-------------------------------------------------------------------------

Activité principale Étapes/date cible État au 31 octobre 2009

-------------------------------------------------------------------------

Gouvernance du projet 31 décembre 2008 - pratiques en matière

- formation du comité de gouvernance

de direction établies

- affectation de - équipe de projet,

ressources au projet comité de direction

- établissement de et comité de travail

protocoles pour la formés

présentation des - mode de présentation

progrès accomplis de l'état

- établissement de d'avancement du

pratiques en matière projet élaboré et

de gestion du projet mis en place

-------------------------------------------------------------------------

Préparation des états Prêt à commencer la - différences

financiers planification de fondamentales entre

- établissement des l'exercice 2011; les PCGR du Canada

différences entre quantification de et les IFRS

les choix en matière l'incidence de la déterminées

de conventions première adoption - critères de

comptables en vertu d'IFRS 1 sur la sélection des

des PCGR du Canada présentation de conventions

et des IFRS l'information et les comptables établis

- sélection des états financiers - mise en oeuvre des

conventions comparatifs de 2010, recommandations des

comptables de y compris principales équipes

l'entité en vertu l'information de travail affectées

des IFRS pour une présentée dans les à la sélection de

application durable notes, d'ici la fin conventions précises

- sélection des choix du premier trimestre en cours

en matière de de 2011

conventions

comptables pour la

première adoption

d'IFRS 1

- format des états

financiers, y

compris des mesures

de remplacement pour

le rendement

- modifications de

l'information

présentée dans les

notes

- quantification des

effets de la

première adoption

d'IFRS 1 sur

l'information

présentée en 2010

-------------------------------------------------------------------------

Infrastructure : Séances de formation - ressources

expertise en matière et d'information nécessaires établies

d'IFRS prêtes à être offertes - ressources internes

- formation d'appoint à l'interne au et embauchées mises

à l'intention des deuxième trimestre de en place

principaux employés 2010 - soutien en

des finances et de consultation

l'exploitation Séances de formation supplémentaire

- formation de la et d'information établi

direction, du comité prêtes à être offertes - formation initiale

de vérification et à l'externe au des ressources clés

des parties quatrième trimestre de affectées au projet,

concernées externes 2010 de la haute

à propos des direction, du conseil

conséquences de d'administration, du

l'adoption des IFRS comité de

vérification et des

membres des équipes

de travail terminée

-------------------------------------------------------------------------

Infrastructure Prêt à stocker les - poursuite de

- modifications des données comparatives l'évaluation de

systèmes de 2010 au quatrième l'incidence sur les

d'information pour trimestre de 2010 et systèmes

la prise en charge les données de 2011 parallèlement à

des exigences des d'ici la fin du l'élaboration des

IFRS quatrième trimestre de exigences

2010

-------------------------------------------------------------------------

Appréciation des Dispositions fondées - processus de

répercussions sur les PCGR à révision des

commerciales : clauses déterminer en vue de contrats établi

restrictives et renégocier avec les

pratiques financières contreparties d'ici au

(y compris le programme deuxième trimestre de

de titrisation) 2010

- révision ou La renégociation est

renégociation des une question

contrats commerciaux d'affaires qui ne

- évaluation des s'inscrit pas dans le

clauses restrictives projet de conversion

financières

- évaluation hors bilan

de la Fiducie

-------------------------------------------------------------------------

Environnement de Examen et approbation - pas encore commencée

contrôle : contrôle de tous les changements

interne à l'égard de et mise à jour du

l'information processus d'attestation

financière (le "CIIF") du chef de la direction

et du chef des finances

d'ici la fin du

quatrième trimestre de

2010

-------------------------------------------------------------------------



15. Mesures non définies par les PCGR



Les éléments qui suivent, utilisés dans ce rapport de gestion, ne sont

pas des mesures normalisées définies par les principes comptables

généralement reconnus (les "PCGR") du Canada et pourraient ne pas être

comparables à des mesures semblables présentées par d'autres sociétés :



- le BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement);

- le bénéfice ajusté;

- les ventes dans les magasins semblables.



BAIIA



Sauf en ce qui concerne les Services Financiers, nous estimons que le

BAIIA est une mesure efficace de l'apport de chacune de nos entreprises à

notre rentabilité du point de vue de l'exploitation, avant que ne soit

réparti le coût des impôts et des investissements de capitaux. Par ailleurs,

le BAIIA est fréquemment considéré comme une mesure indirecte des flux de

trésorerie liés à l'exploitation, ce qui en fait un indice appréciable du

succès de maintes entreprises.



Le tableau suivant établit le rapprochement entre le BAIIA et la mesure

la plus comparable prescrite par les PCGR (bénéfice avant impôts).



Rapprochement entre le BAIIA et la mesure prescrite par les PCGR(1)



Cumul Cumul

annuel annuel

(en millions de dollars) T3 2009 T3 2008(2) de 2009 de 2008(2)

-------------------------------------------------------------------------

BAIIA(3)

Groupe détail 161,2 $ 152,6 $ 421,1 $ 397,9 $

Services Financiers 40,7 52,7 148,3 160,2

Division pétrolière 13,1 11,7 35,6 32,8

Mark's Work Wearhouse 3,8 6,9 20,0 24,1

-------------------------------------------------------------------------

Total du BAIIA 218,8 $ 223,9 $ 625,0 $ 615,0 $

-------------------------------------------------------------------------

Moins : charge d'amortissement

Groupe détail 47,8 $ 43,0 $ 140,8 $ 127,5 $

Services Financiers 3,0 2,8 8,6 8,2

Division pétrolière 4,6 4,2 13,3 12,3

Mark's Work Wearhouse 7,1 5,9 20,2 17,1

-------------------------------------------------------------------------

Total de la charge

d'amortissement 62,5 $ 55,9 $ 182,9 $ 165,1 $

-------------------------------------------------------------------------

Intérêts débiteurs(3)

Groupe détail 17,8 $ 15,6 $ 56,7 $ 47,7 $

Services Financiers 19,0 2,3 46,2 5,8

Mark's Work Wearhouse 0,5 1,1 1,4 3,2

-------------------------------------------------------------------------

Total des intérêts

débiteurs 37,3 $ 19,0 $ 104,3 $ 56,7 $

-------------------------------------------------------------------------



Bénéfice (perte) avant impôts

Groupe détail 95,6 $ 94,0 $ 223,6 $ 222,7 $

Services Financiers 18,7 47,6 93,5 146,2

Division pétrolière 8,5 7,5 22,3 20,5

Mark's Work Wearhouse (3,8) (0,1) (1,6) 3,8

-------------------------------------------------------------------------

Total du bénéfice avant impôts 119,0 $ 149,0 $ 337,8 $ 393,2 $

-------------------------------------------------------------------------

(1) Il est possible que des écarts subsistent puisque les chiffres ont

été arrondis.

(2) Les données de 2008 ont été retraitées, rétroactivement, par suite de

la mise en oeuvre du chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé

"Écarts d'acquisition et actifs incorporels", et des modifications

apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements

conceptuels des états financiers". Veuillez vous reporter aux

sections 14.1 et 14.2 pour obtenir de plus amples renseignements.

(3) L'élimination des opérations intersociétés (par exemple, un prêt

d'une entreprise à une autre), présentée auparavant dans un poste

distinct, est désormais présentée déduction faite de ces opérations.



Mention du bénéfice ajusté



Nous faisons mention à plusieurs reprises dans le présent rapport de

gestion des notions de bénéfice ajusté avant impôts et de bénéfice ajusté

après impôts, compte non tenu de l'incidence des éléments hors exploitation.

Les éléments hors exploitation comprennent d'ordinaire l'incidence nette des

activités de titrisation et la cession d'immobilisations corporelles

excédentaires. Le moment où se produisent ces gains ou ces pertes et leur

ampleur varient d'un trimestre à l'autre. Nous estimons que ces données

ajustées permettent de brosser un tableau plus exact du bénéfice dégagé par

chacune de nos entreprises et fournissent une mesure plus significative de

nos résultats d'exploitation, sur une base consolidée et sectorielle.

De temps à autre, le bénéfice ajusté peut aussi tenir compte d'éléments

supplémentaires inhabituels ou non récurrents, qui sont expliqués en détail

le cas échéant.



Ventes dans les magasins semblables



Les ventes dans les magasins semblables sont la mesure qu'utilise la

direction, et la mesure la plus communément utilisée dans le secteur du

commerce de détail, pour comparer la croissance des ventes au détail de façon

plus uniforme à l'échelle du secteur. Les ventes dans les magasins semblables

du Groupe détail comprennent les ventes dans tous les magasins Canadian Tire

et PartSource ouverts depuis plus de 53 semaines (pour un exercice de 52

semaines) ou plus de 54 semaines (pour un exercice de 53 semaines, comme ce

fut le cas pour l'exercice terminé le 3 janvier 2009), ce qui permet une

comparaison plus uniforme avec les autres magasins ouverts au cours de la

période et avec les résultats de l'exercice précédent. Les ventes dans les

magasins semblables du Groupe détail ne comprennent pas la composante main-

d'oeuvre des ventes dans les centres-autos du Groupe détail.



16. Événements postérieurs



16.1 Rachat de débentures



Le 21 septembre 2009, la Société a annoncé qu'elle avait exercé son droit

de racheter la totalité de ses débentures à 12,10 % en cours, d'un montant de

150 millions de dollars (les "débentures"), dont la date d'échéance était le

10 mai 2010. Les débentures ont été rachetées le 22 octobre 2009 (la "date de

rachat").

Par suite de ce rachat, la Société a versé une prime de remboursement de

9,4 millions de dollars à la date de rachat. Ce montant sera inclus dans les

intérêts débiteurs à long terme du trimestre se terminant le 2 janvier 2010.

Les débentures étaient couvertes par des swaps de taux d'intérêt qui

devaient venir à échéance le 10 mai 2010. La comptabilité de couverture de

ces swaps a pris fin au moment de l'annonce du rachat. Par conséquent, un

ajustement cumulatif de 3,3 millions de dollars au titre de la comptabilité

de couverture, auparavant compris dans la valeur comptable des débentures, a

été amorti dans le résultat au cours de la période restante jusqu'à

l'échéance des débentures. Ainsi, un profit de 1,6 million de dollars est

compris dans les intérêts débiteurs à long terme du trimestre terminé le 3

octobre 2009 et un profit de 1,7 million sera constaté au trimestre se

terminant le 2 janvier 2010.



16.2 Vente du portefeuille de prêts hypothécaires



Avec prise d'effet le 6 novembre 2009, la Société a vendu son

portefeuille de prêts hypothécaires, totalisant environ 162 millions de

dollars, à la Banque Nationale du Canada, essentiellement à sa valeur

comptable. Le transfert des comptes clients sera terminé au plus tard au

début de 2010. La Société estime qu'elle subira une perte avant impôts

d'environ 6 millions de dollars pour le trimestre se terminant le 2 janvier

2010 relativement au dénouement et à d'autres coûts, laquelle sera présentée

au poste Coût des marchandises vendues et autres charges d'exploitation.



17. Contrôles et procédures



Changements au contrôle interne à l'égard de l'information financière



Au troisième trimestre de 2009, il n'y a eu aucun changement au contrôle

interne à l'égard de l'information financière de la Société qui a eu ou dont

on peut raisonnablement penser qu'il aura une incidence importante sur notre

information financière.



18. Bon départ



L'esprit caritatif de Canadian Tire se traduit par l'action de son

organisme caritatif, appelé OEuvre Bon départ de Canadian Tire. L'organisme

se nommait auparavant La Fondation Canadian Tire pour les Familles, mais il a

changé de nom en raison du succès du programme Bon départ (auparavant connu

sous le nom Place au sport). Il s'agit d'un organisme communautaire caritatif

qui aide les jeunes financièrement défavorisés à participer à des activités

sportives et récréatives organisées afin qu'ils puissent acquérir

d'importantes aptitudes sociales, notamment l'estime de soi et la confiance

en soi. Bon départ est un programme d'envergure nationale qui est géré sur le

plan local. Depuis 2005, il a offert son soutien grâce à un réseau

pancanadien de sections locales. À ce jour, 279 sections Bon départ ont été

mises sur pied dans diverses collectivités à l'échelle nationale et ont

contribué à aider plus de 184 000 enfants.

Au cours des neuf premiers mois de 2009, l'OEuvre Bon départ a recueilli

plus de 7,5 millions de dollars à l'échelle du Canada (6,2 millions au cours

des neuf premiers mois de 2008), permettant ainsi à 33 150 enfants de

participer à des activités sportives et récréatives (26 108 enfants au cours

des neuf premiers mois de 2008). Bon départ prévoit aider plus de 65 000

enfants en 2009.



19. Autre communication aux investisseurs



Mise en garde relative aux énoncés prospectifs



Le présent rapport de gestion contient des énoncés de nature prospective

qui sont fondés sur les attentes de la direction quant aux événements futurs

prévus et aux résultats financiers et d'exploitation futurs prévus de la

Société. Tous les énoncés ne portant pas sur des faits historiques qui

figurent dans le présent rapport de gestion, y compris les énoncés ayant

trait aux perspectives des secteurs dans lesquels la Société exerce ses

activités, les plans futurs, la situation financière attendue et la stratégie

commerciale de la Société, peuvent constituer des énoncés prospectifs. Les

énoncés prospectifs comprennent, sans s'y limiter, les énoncés portant sur

les résultats futurs possibles ou hypothétiques présentés dans ce rapport,

nos objectifs stratégiques et nos priorités, de même que les perspectives

économiques et commerciales pour nous, pour chacun de nos secteurs d'activité

ainsi que pour l'économie canadienne. Les énoncés prospectifs sont souvent,

mais pas toujours, signalés par des mots tels que "pouvoir", "supposer",

"estimer", "planifier", "perspective", "prévision", "anticiper", "prévoir",

"continuer" ou la forme négative de ces mots ou par des variantes similaires.

Les énoncés prospectifs reposent sur des hypothèses posées, des analyses ou

des estimations faites et des avis donnés par la direction à la lumière de

son expérience et selon sa perception des tendances, de la situation actuelle

et des faits futurs prévus ainsi que d'autres facteurs qu'elle estime

appropriés et raisonnables à la date à laquelle ces énoncés sont faits. Les

énoncés prospectifs présentés dans ce rapport de gestion visent à aider les

porteurs de titres de la Société à comprendre sa situation financière et ses

résultats d'exploitation à la fin des périodes visées et pour ces périodes,

ainsi que les priorités et objectifs stratégiques de la Société, et ils

risquent de ne pas convenir à d'autres fins. De par leur nature, les énoncés

prospectifs obligent la Société à poser des hypothèses et comportent des

risques et des incertitudes intrinsèques, ce qui pourrait faire en sorte que

les prédictions, les prévisions, les projections, les attentes ou les

conclusions de la Société ne se concrétisent pas, que les hypothèses posées

par la Société soient incorrectes et que les objectifs, stratégiques et

autres, et les priorités de la Société ne se réalisent pas. Bien que la

Société estime que les prédictions, les prévisions, les projections, les

attentes ou les conclusions exprimées par les énoncés prospectifs sont

raisonnables, elle ne peut en garantir l'exactitude. Ces énoncés prospectifs

ne constituent pas des faits, mais seulement l'expression des estimations et

des attentes de la direction. Bien que la Société estime que ces énoncés

prospectifs reposent sur des renseignements et des hypothèses qui sont

actuels, raisonnables et complets, ils sont nécessairement assujettis à un

certain nombre de facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats

réels diffèrent considérablement des prédictions, prévisions, projections,

attentes ou conclusions de la direction qu'ils expriment pour diverses

raisons. Au nombre de ces facteurs figurent a) les risques de crédit, les

risques de marché, les risques liés à l'exploitation, les risques

d'illiquidité et les risques de financement, y compris les variations des

taux d'intérêt et des taux d'imposition; b) la capacité de Canadian Tire à

attirer et à conserver des employés, des marchands, des agents de la Division

pétrolière, ainsi que des exploitants de magasins et des franchisés de

PartSource et de Mark's Work Wearhouse de qualité; c) la volonté des clients

d'effectuer leurs achats dans nos magasins ou de se procurer nos produits et

services financiers; d) les risques et incertitudes liés à la gestion de

l'information, aux technologies, à la sécurité des produits, à la

concurrence, à la saisonnalité, au prix des marchandises et à l'interruption

des activités, au crédit à la consommation, au financement lié à la

titrisation et aux devises; e) les risques et incertitudes qui pourraient

faire en sorte que les résultats réels ou les facteurs et hypothèses

importants considérés lors de la préparation des énoncés prospectifs

diffèrent considérablement des prédictions, prévisions, projections, attentes

ou conclusions, lesquels risques et incertitudes sont mentionnés à la

rubrique 11, intitulée "Gestion des risques d'entreprise", du présent rapport

de gestion. Les risques supplémentaires propres à chaque secteur d'activité

sont décrits aux rubriques 3.3.1.4, "Gestion des risques d'entreprise du

Groupe détail"; 3.3.2.4, "Gestion des risques d'entreprise de Mark's Work

Wearhouse"; 3.3.3.4, "Gestion des risques d'entreprise de la Division

pétrolière" et 3.3.4.4, "Gestion des risques d'entreprise des Services

Financiers".

Pour de plus amples renseignements sur les risques, les incertitudes et

les hypothèses qui pourraient faire en sorte que les résultats réels de la

Société diffèrent considérablement des attentes actuelles, veuillez aussi

vous reporter aux documents publics déposés par la Société, disponibles sur

les sites suivants : www.sedar.com et

http://corp.canadiantire.ca/fr/investors. Il est important de noter que la

liste de facteurs qui précède n'est pas exhaustive et que d'autres facteurs

pourraient avoir une incidence défavorable sur nos résultats. Les

investisseurs et les autres lecteurs sont priés de tenir compte des risques,

incertitudes et hypothèses susmentionnés au moment d'évaluer les énoncés

prospectifs et sont mis en garde de ne pas se fier indûment à ceux-ci. Les

déclarations qui contiennent des énoncés prospectifs ne tiennent pas compte

de l'incidence des opérations, des éléments non récurrents ou des autres

éléments inhabituels annoncés ou survenus après la date de présentation de

ces déclarations sur les activités de la Société. Par exemple, elles ne

reflètent pas l'incidence des cessions, des acquisitions, des autres

opérations commerciales, des radiations d'actifs ou d'autres charges

annoncées ou engagées après que ces énoncés eurent été formulés. Les énoncés

prospectifs présentés dans ce rapport de gestion reflètent les hypothèses et

les attentes de la direction au 12 novembre 2009 et sont susceptibles de

changer après cette date. La Société ne s'engage pas à mettre à jour quelque

énoncé prospectif que ce soit, verbal ou écrit, qu'elle peut formuler à

l'occasion ou qui peut être fait en son nom, pour tenir compte de nouveaux

renseignements ou d'événements futurs ou pour un autre motif, sauf si les

lois sur les valeurs mobilières en vigueur l'exigent.



L'information disponible sur les sites Web susmentionnés ou pouvant être

obtenue par l'intermédiaire de ces sites ne fait pas partie de ce rapport de

gestion. Les références à des sites Web dans le présent rapport ne

constituent pas des hyperliens et ne sont faites qu'à titre d'information

pour le lecteur, et à aucune autre fin.



Engagement en matière de présentation de l'information et de

communication aux investisseurs



Canadian Tire s'efforce de respecter des normes élevées en matière de

présentation de l'information et de communication aux investisseurs, et ses

méthodes de publication de l'information financière ont été reconnues comme

exemplaires. Dans bien des cas, les méthodes de présentation de l'information

de la Société dépassent les exigences des lois en vigueur. Reflet de notre

engagement à fournir une information intégrale et transparente, le site Web

de la Société fournit toute l'information pertinente pour les investisseurs,

notamment les documents suivants :



- notice annuelle;

- circulaire d'information de la direction;

- rapports trimestriels;

- fiches d'information trimestrielles;

- présentations Web (archivées pendant un an).



Il est également possible de consulter la notice annuelle, la circulaire

d'information de la direction et les rapports trimestriels de la Société sur

le site SEDAR (Système électronique de données, d'analyse et de recherche) à

l'adresse www.sedar.com.



Pour communiquer avec le service des relations avec les investisseurs,

veuillez communiquer avec Karen Meagher au 416 480-8058 ou envoyer un

courriel à investor.relations@cantire.com.



États consolidés des résultats (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------

Périodes de Périodes de

(en millions de 13 semaines terminées 39 semaines terminées

dollars, sauf le 3 le 27 le 3 le 27

les montants par octobre septembre octobre septembre

action) 2009 2008 2009 2008

-------------------------------------------------------------------------

(retraité - (retraité -

note 2) note 2)

Produits bruts

d'exploitation 2 165,9 $ 2 257,5 $ 6 248,8 $ 6 533,5 $

-------------------------------------------------------------------------

Charges d'exploitation

Coût des marchandises

vendues et autres

charges d'exploit-

ation à l'exception

de ce qui suit (note

14) : 1 939,8 2 024,3 5 603,5 5 895,4 $

Intérêts débiteurs,

montant net (note 8) 37,3 19,0 104,3 56,7

Amortissement 62,5 55,9 182,9 165,1

Régime de participation

aux bénéfices des

employés 7,3 9,3 20,3 23,1

-------------------------------------------------------------------------

Total des charges

d'exploitation 2 046,9 2 108,5 5 911,0 6 140,3



Bénéfice avant impôts 119,0 149,0 337,8 393,2



Impôts sur les bénéfices

Impôts exigibles 29,3 61,9 85,4 141,3

Impôts futurs 4,3 (22,0) 13,6 (22,0)

-------------------------------------------------------------------------

Impôts sur les bénéfices 33,6 39,9 99,0 119,3



-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice net 85,4 $ 109,1 $ 238,8 $ 273,9 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



Bénéfice de base et

dilué par action 1,04 $ 1,34 $ 2,92 $ 3,36 $

-------------------------------------------------------------------------



Nombre moyen pondéré

d'actions ordinaires

et d'actions de

catégorie A sans

droit de vote en

circulation 81 706 279 81 512 981 81 674 281 81 510 371

-------------------------------------------------------------------------







États consolidés des flux de trésorerie (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------

Périodes de Périodes de

13 semaines terminées 39 semaines terminées

le 3 le 27 le 3 le 27

(en millions octobre septembre octobre septembre

de dollars) 2009 2008 2009 2008

-------------------------------------------------------------------------

(retraité - (retraité -

note 2) note 2)

Flux de trésorerie

liés aux activités

suivantes :



Exploitation

Bénéfice net 85,4 $ 109,1 $ 238,8 $ 273,9 $

Éléments sans effet

sur la trésorerie

Amortissement 48,5 41,6 143,0 123,4

Dotation nette à

la provision pour

pertes relatives

aux créances sur

prêts (note 3) 55,5 25,1 128,9 55,3

Amortissement des

actifs incorporels 14,0 14,3 39,9 41,8

Impôts futurs 4,3 (22,0) 13,6 (22,0)

Charge au titre des

avantages sociaux

futurs (note 5) 1,5 1,6 4,5 4,8

Moins-value des

immobilisations

corporelles 0,7 1,4 1,5 1,7

Perte (gain) à la

cession d'immobi-

lisations corp-

orelles - (0,1) 0,6 (4,1)

Moins-value des

autres placements

à long terme (note

13) - - 0,5 1,0

Autres (4,7) (1,8) (3,7) (1,5)

Variation de la

juste valeur des

instruments

dérivés (18,7) 1,7 (23,1) 16,5

Titrisation de

créances sur prêts (10,2) (13,8) (31,3) (40,3)

Gain à la vente de

créances sur prêts

(note 3) (8,7) (17,4) (31,8) (63,5)

-------------------------------------------------------------------------

167,6 139,7 481,4 387,0

-------------------------------------------------------------------------

Variation des autres

éléments du fonds de

roulement (227,6) (287,2) (420,9) (659,6)

-------------------------------------------------------------------------

Flux de trésorerie

liés aux activités

d'exploitation (60,0) (147,5) 60,5 (272,6)

-------------------------------------------------------------------------



Investissement

Titrisation de

créances sur prêts,

montant net (422,2) (382,1) (420,7) 240,3

Placements à court

terme 3,6 - (168,0) -

Ajouts aux

immobilisations

corporelles (49,4) (99,7) (168,0) (325,1)

Placement dans des

créances sur prêts,

montant net (75,1) (56,3) (82,8) (35,4)

Autres placements à

long terme (0,2) - (50,6) -

Ajouts aux actifs

incorporels (11,2) (21,8) (48,8) (50,2)

Autres (4,2) (1,6) (5,9) (3,5)

Acquisition de

magasins (1,1) (10,4) (3,8) (28,5)

Créances à long

terme et autres

actifs 1,1 9,6 (1,6) 1,5

Produit de la

cession d'immobi-

lisations

corporelles 9,1 215,0 12,3 231,1

Produit de la

cession d'actifs

incorporels - (0,5) - (0,5)

-------------------------------------------------------------------------

Flux de trésorerie

liés aux activités

d'investissement (549,6) (347,8) (937,9) 29,7

-------------------------------------------------------------------------



Financement

Variation nette

des dépôts 158,6 120,9 1 182,3 185,7

Émission de titres

de créance à long

terme (note 4) - - 200,1 0,2

Opérations sur

actions de cat-

égorie A sans

droit de vote 4,4 (0,5) 6,9 1,0

Remboursement sur

la dette à long

terme (6,4) (1,6) (13,5) (154,3)

Dividendes (17,2) (17,1) (51,6) (49,3)

Papier commercial - 367,2 - 367,2

-------------------------------------------------------------------------

Flux de trésorerie

liés aux activités

de financement 139,4 468,9 1 324,2 350,5

-------------------------------------------------------------------------



Flux de trésorerie

au cours de la

période (470,2) (26,4) 446,8 107,6

Trésorerie et

équivalents de

trésorerie,

au début 1 346,0 28,5 429,0 (105,5)

-------------------------------------------------------------------------

Trésorerie et

équivalents de

trésorerie, à

la fin (note 9) 875,8 $ 2,1 $ 875,8 $ 2,1 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------







États consolidés du résultat étendu (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------

Périodes de Périodes de

13 semaines terminées 39 semaines terminées

le 3 le 27 le 3 le 27

(en millions octobre septembre octobre septembre

de dollars) 2009 2008 2009 2008

-------------------------------------------------------------------------

(retraité - (retraité -

note 2) note 2)



Bénéfice net 85,4 $ 109,1 $ 238,8 $ 273,9 $

Autres éléments du

résultat étendu,

déduction faite des

impôts

Gain (perte) sur

les dérivés désignés

comme couvertures des

flux de trésorerie,

déduction faite des

impôts de 18,3 $ et

de 23,5 $ (8,1 $ et

12,2 $ en 2008),

respectivement (39,1) 14,3 (57,1) 22,3

Reclassement dans les

actifs non financiers

de la perte (du gain)

lié(e) aux dérivés

désignés comme cou-

vertures des flux

de trésorerie,

déduction faite des

impôts de (2,0) $ et

de 39,0 $ (3,3 $ et

8,4 $ en 2008),

respectivement 4,1 (6,1) (75,0) 17,9

Reclassement dans les

résultats de la perte

(du gain) lié(e) aux

dérivés désignés comme

couvertures des flux

de trésorerie,

déduction faite des

impôts de 0,3 $ et

de 1,0 $ (0,6 $ et

2,8 $ en 2008),

respectivement (0,7) 1,3 (2,0) 6,0

-------------------------------------------------------------------------

Autres éléments du

résultat étendu (35,7) 9,5 (134,1) 46,2

-------------------------------------------------------------------------

Résultat étendu 49,7 $ 118,6 $ 104,7 $ 320,1 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------







États consolidés de la variation des capitaux propres (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------

Périodes de

39 semaines terminées

le 3 le 27

octobre septembre

(en millions de dollars) 2009 2008

-------------------------------------------------------------------------

(retraité -

note 2)



Capital-actions

Solde au début 715,4 $ 700,7 $

Opérations, montant net (note 6) 12,9 5,8

-------------------------------------------------------------------------

Solde à la fin 728,3 $ 706,5 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------

Surplus d'apport

Solde au début - $ 2,3 $

Opérations, montant net 0,1 (2,3)

-------------------------------------------------------------------------

Solde à la fin 0,1 $ - $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfices non répartis

Solde au début, montant présenté antérieurement 2 755,5 $ 2 455,1 $

Ajustement transitoire lié à l'adoption de

nouvelles normes comptables - chapitres 1000 et

3064 (note 2) (3,1) (4,3)

-------------------------------------------------------------------------

Solde au début, montant retraité 2 752,4 2 450,8

Ajustement transitoire lié à l'adoption de

nouvelles normes comptables - CPN 173 (note 2) 1,1 -

Bénéfice net de la période 238,8 273,9

Dividendes (51,6) (51,3)

Rachat d'actions de catégorie A sans droit de vote (6,1) (2,5)

-------------------------------------------------------------------------

Solde à la fin 2 934,6 $ 2 670,9 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



Cumul des autres éléments du résultat étendu

Solde au début 97,2 $ (50,0)$

Ajustement transitoire lié à l'adoption de

nouvelles normes comptables - CPN 173 (note 2) (2,5) -

Autres éléments du résultat étendu pour la période (134,1) 46,2

-------------------------------------------------------------------------

Solde à la fin (39,4)$ (3,8)$

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------

Bénéfices non répartis et cumul des autres

éléments du résultat étendu 2 895,2 $ 2 667,1 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------







Bilans consolidés (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------

Au Au 27 Au

3 octobre septembre 3 janvier

(en millions de dollars) 2009 2008 2009

-------------------------------------------------------------------------

(retraité - (retraité -

note 2) note 2)



ACTIF

Actif à court terme

Trésorerie et équivalents de

trésorerie (note 9) 875,8 $ 2,1 $ 429,0 $

Placements à court terme

(note 9) 190,9 - -

Débiteurs 682,5 584,1 824,1

Créances sur prêts (note 3) 2 164,1 1 314,6 1 683,4

Stocks de marchandises 1 216,9 1 301,2 917,5

Impôts à recouvrer 116,1 83,7 64,6

Charges payées d'avance et

dépôts 70,1 56,3 40,2

Impôts futurs 75,6 53,6 20,2

-------------------------------------------------------------------------

Total de l'actif à court terme 5 392,0 3 395,6 3 979,0

-------------------------------------------------------------------------

Créances à long terme et autres

actifs (note 3) 184,6 231,5 262,1

Autres placements à long terme,

montant net (note 13) 52,4 6,6 25,2

Écart d'acquisition 71,6 72,2 70,7

Actifs incorporels 262,2 232,7 247,9

Immobilisations corporelles,

montant net 3 184,0 3 138,7 3 198,9

-------------------------------------------------------------------------

Total de l'actif 9 146,8 $ 7 077,3 $ 7 783,8 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



PASSIF

Passif à court terme

Papier commercial - $ 367,2 $ - $

Dépôts (note 10) 1 005,7 186,5 540,7

Créditeurs et autres 1 396,8 1 417,5 1 444,2

Tranche à court terme de la

dette à long terme 453,9 10,5 14,8

-------------------------------------------------------------------------

Total du passif à court terme 2 856,4 1 981,7 1 999,7

-------------------------------------------------------------------------

Dette à long terme 1 116,1 1 370,3 1 373,5

Impôts futurs 49,5 49,6 44,7

Dépôts à long terme (note 10) 1 318,7 114,5 598,7

Autres passifs à long terme 182,5 187,6 202,2

-------------------------------------------------------------------------

Total du passif 5 523,2 3 703,7 4 218,8

-------------------------------------------------------------------------



CAPITAUX PROPRES

Capital-actions (note 6) 728,3 706,5 715,4

Surplus d'apport 0,1 - -

Cumul des autres éléments du

résultat étendu (39,4) (3,8) 97,2

Bénéfices non répartis 2 934,6 2 670,9 2 752,4

-------------------------------------------------------------------------

Total des capitaux propres 3 623,6 3 373,6 3 565,0

-------------------------------------------------------------------------

Total du passif et des capitaux

propres 9 146,8 $ 7 077,3 $ 7 783,8 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



Notes complémentaires (non vérifié)

-------------------------------------------------------------------------



1. Mode de présentation



Les présents états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés

(les "états financiers") ont été préparés par la direction

conformément aux principes comptables généralement reconnus (les

"PCGR") du Canada et englobent les comptes de La Société Canadian

Tire Limitée et de ses filiales, désignées collectivement comme la

"Société". Ces états financiers ne renferment pas toutes les

informations requises en vertu des PCGR du Canada qui s'appliquent

aux états financiers annuels; par conséquent, ils doivent être lus

conjointement avec les états financiers annuels les plus récents

publiés pour l'exercice de 53 semaines terminé le 3 janvier 2009

figurant dans notre Rapport annuel 2008.



La préparation des états financiers selon les PCGR du Canada exige

que la direction procède à des estimations et pose des hypothèses

qui influent sur les montants présentés de l'actif et du passif, sur

la présentation des actifs et des passifs éventuels à la date des

états financiers ainsi que sur les montants présentés des produits

et des charges pendant la période visée par les états financiers. Les

résultats réels peuvent différer de ces estimations. Les estimations

servent à comptabiliser plusieurs éléments comprenant, sans toutefois

s'y limiter, les impôts sur les bénéfices, la perte de valeur

d'actifs (y compris l'écart d'acquisition), les avantages sociaux,

les garanties de produits, les provisions pour désuétude des stocks,

l'amortissement, les prêts irrécouvrables, les provisions pour

préservation de l'environnement, les obligations liées à la mise hors

service d'immobilisations, les instruments financiers et l'obligation

de la Société à l'égard de ses programmes de fidélisation.



2. Modifications de conventions comptables



Ces états financiers sont préparés selon les mêmes conventions et

méthodes comptables que celles utilisées pour les états financiers

annuels les plus récents publiés pour l'exercice de 53 semaines

terminé le 3 janvier 2009, à l'exception de ce qui suit.



Fondements conceptuels des états financiers



Avec prise d'effet le 4 janvier 2009, soit le premier jour de son

exercice 2009, la Société a adopté les modifications apportées par

l'Institut Canadien des Comptables Agréés (l'"ICCA") au chapitre 1000

du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements conceptuels des états

financiers", qui clarifie les critères de constatation des actifs et

le moment où il convient de constater les charges, en particulier,

ce qui a pour effet d'éliminer les lignes directrices permettant le

report des coûts. Les nouvelles exigences s'appliquent aux états

financiers intermédiaires et annuels des exercices ouverts à compter

du 1er octobre 2008. La Société a appliqué les modifications

apportées au chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA conjointement avec le

chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Écarts d'acquisition et

actifs incorporels".



Écarts d'acquisition et actifs incorporels



Avec prise d'effet le 4 janvier 2009, la Société a adopté, sur une

base rétroactive avec retraitement des données antérieures, le

chapitre 3064 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Écarts d'acquisition et

actifs incorporels", en vigueur pour les états financiers

intermédiaires et annuels des exercices ouverts à compter du 1er

octobre 2008.



Cette nouvelle norme fournit des lignes directrices en matière de

comptabilisation, d'évaluation, de présentation et d'information

applicables aux écarts d'acquisition et aux actifs incorporels, y

compris les actifs incorporels générés en interne, et est conforme à

la définition d'un actif et aux critères de constatation révisés du

chapitre 1000 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Fondements conceptuels

des états financiers". Conformément à la nouvelle norme, les coûts

liés aux projets de mise en valeur peuvent être comptabilisés à titre

d'actifs seulement s'ils correspondent à la définition d'un actif

incorporel.



En outre, par le passé, les logiciels créés à l'interne qui ne font

pas partie intégrante du matériel connexe étaient inclus dans les

immobilisations corporelles. Selon la nouvelle norme, ces coûts

doivent figurer dans les actifs incorporels. Puisqu'ils ont une durée

de vie limitée, ces coûts continuent d'être amortis sur cinq ans.





Par suite de la mise en oeuvre rétroactive de ces normes, l'incidence

cumulative de celle-ci sur les soldes présentés antérieurement aux

dates suivantes se détaille comme suit :



(en millions de dollars) Augmentation (diminution)

----------------------------------------

le le le

3 janvier 27 septembre 29 décembre

2009 2008 2007

----------------------------------------

Bénéfices non répartis (3,1)$ (3,4)$ (4,3)$

Créances à long terme et

autres actifs (3,3) (4,0) (4,6)

Actifs incorporels 189,5 180,2 174,0

Immobilisations corporelles (190,9) (181,3) (175,8)

Impôts à recouvrer 0,4 0,0 0,4

Passifs d'impôts futurs (1,2) (1,7) (1,7)



De plus, l'incidence de la mise en oeuvre rétroactive sur

l'amortissement pour les périodes de 13 semaines et de 39 semaines

terminées le 27 septembre 2008 consiste en une diminution de

0,8 million de dollars et de 1,9 million, respectivement. L'incidence

de la mise en oeuvre rétroactive de la radiation des frais de

développement reportés associés au coût des marchandises vendues et

autres charges d'exploitation pour les périodes de 13 semaines et de

39 semaines terminées le 27 septembre 2008 a consisté en une

augmentation de néant et de 0,4 million de dollars, respectivement.

L'incidence de la mise en oeuvre rétroactive sur le bénéfice net

consiste en une augmentation de 0,5 million de dollars, soit 0,01

dollar par action, pour la période de 13 semaines terminée le

27 septembre 2008 et consiste en une augmentation de 0,9 million de

dollars, soit 0,01 dollar par action, pour la période de 39 semaines

terminée le 27 septembre 2008.



Risque de crédit et détermination de la juste valeur des actifs et

des passifs financiers



Avec prise d'effet le 4 janvier 2009, la Société a adopté, sur une

base rétroactive sans retraitement des données antérieures, l'abrégé

CPN-173 du Comité sur les problèmes nouveaux (le "CPN") de l'ICCA,

intitulé "Risque de crédit et détermination de la juste valeur des

actifs et des passifs financiers", en vigueur pour les états

financiers intermédiaires et annuels des exercices se terminant le

20 janvier 2009 ou à une date ultérieure.



Ce CPN précise qu'on doit prendre en compte le risque de crédit

propre à une entité et le risque de crédit des contreparties dans la

détermination de la juste valeur des actifs et des passifs

financiers, y compris les instruments dérivés, plutôt que d'utiliser

un taux sans risque.



Les entités sont tenues de réévaluer les actifs et les passifs

financiers, y compris les instruments dérivés, au début de la période

de l'adoption du CPN-173 (c.-à-d. au début de l'exercice 2009) pour

tenir compte du risque de crédit qui leur est propre ainsi que du

risque de crédit des contreparties. Tout écart découlant de cette

réévaluation serait comptabilisé en tant qu'ajustement des bénéfices

non répartis, sauf a) les dérivés inclus dans une relation de

couverture de la juste valeur comptabilisés au moyen de la méthode

"abrégée", auquel cas l'écart en résultant ajusterait la valeur

comptable de l'élément couvert et b) les dérivés inclus dans une

relation de couverture des flux de trésorerie, auquel cas l'écart en

résultant serait comptabilisé dans le cumul des autres éléments du

résultat étendu.



Par suite de la mise en oeuvre sur une base rétroactive de cette

nouvelle norme, le cumul des autres éléments du résultat étendu au

début a diminué de 2,5 millions de dollars et les bénéfices non

répartis au début ont augmenté de 1,1 million.



Modifications comptables futures



Normes internationales d'information financière



En février 2008, l'ICCA a annoncé que les PCGR du Canada appliqués

aux entreprises ayant une obligation publique de rendre des comptes

seront remplacés par les Normes internationales d'information

financière (les "IFRS") pour les exercices ouverts à compter du

1er janvier 2011. Par conséquent, la convergence des PCGR du Canada

vers les IFRS sera en vigueur pour le premier trimestre de 2011 de

la Société; cette dernière préparera alors ses informations

financières courantes et comparatives de 2010 selon les IFRS. La

Société prévoit que le passage aux IFRS aura une incidence sur les

méthodes de comptabilisation, la présentation de l'information

financière, le contrôle interne à l'égard de l'information

financière, l'imposition, les systèmes et processus liés à

l'information, ainsi que sur certains engagements contractuels. La

Société étudie actuellement l'incidence du passage aux IFRS sur les

éléments susmentionnés. De plus, elle s'est dotée de personnel

supplémentaire formé en la matière et a établi des pratiques de

gestion de projet et des principes de gouvernance pour assurer la

conversion aux IFRS en temps voulu.



Regroupements d'entreprises



En janvier 2009, l'ICCA a publié le chapitre 1582 du Manuel de

l'ICCA, intitulé "Regroupements d'entreprises", qui remplace le

chapitre 1581 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Regroupements

d'entreprises". L'ICCA a également publié les chapitres 1601 et 1602

du Manuel de l'ICCA, intitulés "États financiers consolidés" et

"Participations sans contrôle" respectivement, qui remplaceront le

chapitre 1600 du Manuel de l'ICCA, intitulé "États financiers

consolidés". Les nouvelles normes s'appliquent aux exercices ouverts

à compter du 1er janvier 2011. Une adoption anticipée est autorisée.

Ces nouvelles normes ont pour but d'harmoniser les PCGR du Canada en

matière de regroupements d'entreprises et de présentation d'états

financiers consolidés avec les normes comptables internationales et

américaines. Les nouvelles normes doivent être appliquées à titre

prospectif aux regroupements d'entreprises pour lesquels la date

d'acquisition se situe dans un exercice ouvert à compter du

1er janvier 2011. Une application anticipée est autorisée. Les actifs

et les passifs qui découlent des regroupements d'entreprises dont la

date d'acquisition précède l'entrée en vigueur des nouvelles normes

ne seront pas ajustés à la suite de l'application de ces normes.



Instruments financiers - comptabilisation et évaluation



En avril 2009, l'ICCA a modifié le chapitre 3855 du Manuel de l'ICCA,

intitulé "Instruments financiers - comptabilisation et évaluation".

La modification comprenait un paragraphe portant sur les options de

règlement anticipé incorporées. Cette modification s'applique aux

états financiers intermédiaires et annuels des exercices ouverts à

compter du 1er janvier 2011. Une adoption anticipée est autorisée.

La Société évalue actuellement l'incidence éventuelle de la

modification apportée à cette norme.



Instruments financiers - informations à fournir



En juin 2009, l'ICCA a modifié le chapitre 3862 du Manuel de l'ICCA,

intitulé "Instruments financiers - informations à fournir", qui

intègre les récentes modifications apportées à IFRS 7 - Instruments

financiers : Informations à fournir que l'International Accounting

Standards Board (l'"IASB") a publiées en mars 2009. Ces modifications

s'appliquent aux entreprises ayant l'obligation publique de rendre

des comptes et aux entreprises privées, aux coopératives, aux

entreprises à tarifs réglementés et aux organismes sans but lucratif

qui choisissent d'appliquer le chapitre 3862.



Les modifications exigent de présenter une information plus

exhaustive sur l'évaluation de la juste valeur, y compris la

fiabilité relative des données utilisées pour effectuer ces

évaluations, sur le risque d'illiquidité et sur les instruments

financiers. Les modifications s'appliquent aux états financiers

annuels des exercices se terminant après le 30 septembre 2009. Une

adoption anticipée est autorisée. Afin d'alléger les obligations des

préparateurs des états financiers, et conformément à IFRS 7, l'ICCA

a décidé de dispenser les entités, pour le premier exercice où elles

appliqueront les modifications, de fournir de manière comparative

les informations correspondant aux nouvelles obligations. La Société

évalue actuellement l'incidence éventuelle de la modification

apportée à cette norme.



Instruments financiers - dépréciation d'instruments financiers



En août 2009, l'ICCA a modifié le chapitre 3855 du Manuel de l'ICCA,

intitulé "Instruments financiers - comptabilisation et évaluation",

parallèlement au chapitre 3025 du Manuel de l'ICCA, intitulé "Prêts

douteux". Ces modifications touchent les catégories dans lesquelles

les titres de créance peuvent ou doivent être classifiés, ainsi que

le modèle de dépréciation pour les actifs financiers détenus jusqu'à

leur échéance. Ces modifications s'appliquent aux états financiers

annuels des exercices ouverts à compter du 1er novembre 2008. La

Société évalue actuellement l'incidence éventuelle de la modification

apportée à cette norme.



3. Créances sur prêts



La Société vend des regroupements de créances sur prêts (les "prêts")

à des fiducies indépendantes (les "fiducies") dans le cadre

d'opérations de titrisation. Les opérations sont comptabilisées à

titre de ventes, conformément à la note d'orientation de l'ICCA

concernant la comptabilité no 12 intitulée "Cession de créances" (la

"NOC-12"), et les prêts ne figurent plus aux bilans consolidés.



La Société conserve le coupon d'intérêt et, pour ce qui est de la

titrisation des prêts personnels, elle conserve un droit subordonné

dans les prêts vendus (la "participation du vendeur") en plus des

espèces déposées auprès de l'une des fiducies (la "réserve au titre

de la titrisation"), tous ces éléments constituant les droits

conservés. Le coupon d'intérêt représente la valeur actualisée de

l'écart prévu à réaliser sur la période de recouvrement des créances

sur prêts vendues. L'écart prévu correspond au rendement réalisé,

moins les radiations nettes et les intérêts débiteurs des créances

sur prêts vendues. En ce qui concerne la titrisation des prêts

personnels, la participation du vendeur et la réserve au titre de la

titrisation confèrent à la fiducie une source de liquidités advenant

le cas où les intérêts et le capital recouvrés sur les prêts ne

suffiraient pas à rembourser les créanciers de la fiducie. Le droit

de recours dont disposent les fiducies contre la Société se limite

au coupon d'intérêt, à la participation du vendeur et à la réserve

au titre de la titrisation et, dans le cas de la titrisation de prêts

sur cartes de crédit, aux prêts supplémentaires devant être

maintenus.



Le produit de la vente est réputé correspondre aux sommes en espèces

reçues, au coupon d'intérêt et à la réserve au titre de la

titrisation, déduction faite de toute obligation de gestion prise en

charge. Le passif de gestion représente les frais estimatifs de la

Société pour assurer la gestion des prêts titrisés et il est amorti

sur la durée de vie des prêts titrisés. Le produit est réparti entre

les prêts, le coupon d'intérêt, la participation du vendeur et la

réserve au titre de la titrisation en fonction de leur juste valeur

relative à la date de la vente, et tout excédent ou insuffisance est

comptabilisé à titre de gain ou de perte à la vente, respectivement.



Les fiducies n'ont pas été consolidées dans les présents états

financiers parce qu'elles satisfont aux critères d'une structure

d'accueil admissible (qui n'a pas à être consolidée) ou parce que la

Société n'en est pas le principal bénéficiaire.



Les renseignements quantitatifs se rapportant aux prêts gérés et

titrisés par la Société sont les suivants :



Soldes moyens pour

les périodes de

(en millions Total du capital 39 semaines

de dollars) des créances aux(1) terminées les

----------------------------------- ----------------------

3 27 3 3 27

octobre septembre janvier octobre septembre

2009 2008 2009 2009 2008

----------------------------------- ----------- ----------

Total des

créances sur

cartes de

crédit gérées,

montant net 3 826,8 $ 3 677,6 $ 3 780,4 $ 3 711,4 $ 3 571,1 $

Créances sur

cartes de

crédit

vendues (1 798,6) (2 471,2) (2 216,0) (2 166,0) (2 704,6)

----------- ----------- ----------- ----------- ----------

Créances sur

cartes de

crédit

détenues 2 028,2 1 206,4 1 564,4 1 545,4 866,5



Total des prêts

personnels gérés,

montant net(2) 43,8 101,1 83,8 62,0 121,5

Prêts personnels

vendus - - - - (23,7)

----------- ----------- ----------- ----------- ----------

Prêts personnels

détenus 43,8 101,1 83,8 62,0 97,8



Total des prêts

hypothécaires

gérés, montant

net(3) 164,7 102,3 138,8 160,7 61,4

----------- ----------- ----------- ----------- ----------



Total des prêts

au titre de

marges de crédit

gérés, montant

net 16,9 22,1 20,6 18,7 24,5

----------- ----------- ----------- ----------- ----------



Total des

créances

sur prêts 2 253,6 1 431,9 1 807,6 1 786,8 $ 1 050,2 $

----------- ----------

----------- ----------

Moins : tranche

à long terme(4) (89,5) (117,3) (124,2)

----------- ----------- -----------



Tranche à court

terme des

créances sur

prêts 2 164,1 $ 1 314,6 $ 1 683,4 $

----------- ----------- -----------

----------- ----------- -----------



(1) Les montants sont présentés déduction faite des provisions pour

pertes sur créances.

(2) Les prêts personnels sont des prêts non garantis qui sont

accordés aux titulaires de cartes de crédit admissibles pour des

durées de trois à cinq ans. Les prêts personnels prévoient des

mensualités fixes composées du capital et des intérêts; ils

peuvent toutefois être remboursés en tout temps sans pénalité.

(3) Les prêts hypothécaires sont accordés pour une durée maximale de

dix ans, à des taux d'intérêt fixes ou variables, ils sont

garantis et comprennent une combinaison de prêts à ratio élevé et

de prêts à faible ratio. Les prêts à ratio élevé sont entièrement

assurés, et les prêts à faible ratio sont partiellement assurés.

(4) La tranche à long terme des prêts est comprise dans les créances

à long terme et autres actifs.





Les pertes nettes sur créances du portefeuille détenu en propriété

pour les périodes de 13 semaines et de 39 semaines terminées le

3 octobre 2009 se sont élevées à 55,5 millions de dollars

(25,1 millions en 2008) et à 128,9 millions (55,3 millions en 2008),

respectivement. Les pertes nettes sur créances du total du

portefeuille géré pour les périodes de 13 semaines et de 39 semaines

terminées le 3 octobre 2009 se sont élevées à 89,9 millions de

dollars (60,6 millions en 2008) et à 251,5 millions (181,6 millions

en 2008), respectivement. Les pertes nettes sur créances représentent

le total des radiations (y compris les radiations courantes, les

radiations liées aux faillites et les propositions de consommateur),

déduction faite des recouvrements et de tout changement relatif aux

provisions.



4. Dette à long terme



Le 1er juin 2009, la Société a émis des billets à moyen terme d'un

montant de 200,0 millions de dollars, d'une durée de sept ans, qui

viennent à échéance et sont remboursables le 1er juin 2016. Ces

billets portent intérêt au taux de 5,65 pour cent, payable chaque

semestre.



5. Avantages sociaux futurs



La charge nette au titre des avantages sociaux futurs pour les

périodes de 13 semaines et de 39 semaines terminées le 3 octobre

2009 s'est établie à 1,5 million de dollars (1,6 million en 2008) et

à 4,5 millions (4,8 millions en 2008), respectivement.



6. Capital-actions



3 octobre 27 septembre 3 janvier

(en millions de dollars) 2009 2008 2009

---------- ------------- -----------



Autorisées

3 423 366 actions ordinaires

100 000 000 d'actions de

catégorie A sans droit de vote



Émises

3 423 366 actions ordinaires

(3 423 366 au 27 septembre 2008) 0,2 $ 0,2 $ 0,2 $

78 319 878 actions de

catégorie A sans droit de

vote (78 048 305 au

27 septembre 2008) 728,1 706,3 715,2

---------- ------------- -----------

728,3 $ 706,5 $ 715,4 $

---------- ------------- -----------

---------- ------------- -----------



La Société émet et rachète des actions de catégorie A sans droit de

vote. L'excédent net du prix d'émission sur le prix de rachat donne

lieu à un surplus d'apport. L'excédent net du prix de rachat sur le

prix d'émission est d'abord imputé au surplus d'apport, jusqu'à

concurrence de tout excédent net antérieur du prix d'émission

d'actions, le montant résiduel étant imputé aux bénéfices non

répartis.



Les opérations suivantes ont eu lieu à l'égard des actions de

catégorie A sans droit de vote :



Pour la période de Pour la période de

39 semaines 39 semaines

terminée le terminée le

(en millions de dollars) 3 octobre 2009 27 septembre 2008

------------------- -------------------

Nombre Nombre

d'actions $ d'actions $

----------- ------- ----------- -------

Actions en circulation

au début 78 178 066 715,2 78 048 062 700,5

Émises 622 612 29,8 495 043 29,8

Rachetées (480 800) (22,9) (494 800) (28,8)

Excédent du prix de rachat

sur le prix d'émission - 6,0 - 4,8

----------- ------- ----------- -------

Actions en circulation

à la fin 78 319 878 728,1 78 048 305 706,3

----------- ------- ----------- -------

----------- ------- ----------- -------



7. Régimes de rémunération à base d'actions



Tous les régimes de rémunération à base d'actions sont tels qu'ils

ont été présentés dans les états financiers annuels les plus récents

publiés pour l'exercice de 53 semaines terminé le 3 janvier 2009, à

l'exception de ce qui suit :



Régime d'octroi d'unités d'actions au rendement de 2009



La Société a attribué à certains de ses employés des unités d'actions

au rendement de 2009. Pour chaque unité d'actions au rendement de

2009 qu'il détient, le participant peut choisir de recevoir un

paiement en espèces équivalant au cours de clôture moyen pondéré des

actions de catégorie A sans droit de vote négociées à la Bourse de

Toronto, pour la période de 20 jours précédant et comprenant le

dernier jour de la période de rendement, multiplié par un coefficient

de multiplication établi selon des critères précis axés sur le

rendement. La charge de rémunération se rapportant aux unités

d'actions au rendement de 2009 est imputée aux résultats sur la

durée de la période de rendement en fonction de la rémunération

totale dont le versement est projeté à la fin de la période de

rendement. La charge de rémunération comptabilisée pour les périodes

de 13 semaines et de 39 semaines terminées le 3 octobre 2009

relativement aux unités d'actions au rendement de 2009 s'est élevée

à 1,7 million de dollars et à 3,7 millions, respectivement.



8. Information sectorielle - État des résultats



-------------------------------------------------------------------------

Pour la Pour la

période de période de

Pour la 13 semaines Pour la 39 semaines

période de terminée le période de terminée le

13 semaines 27 septembre 39 semaines 27 septembre

terminée le 2008 terminée le 2008

(en millions 3 octobre (retraité - 3 octobre (retraité -

de dollars) 2009 note 2) 2009 note 2)

-------------------------------------------------------------------------



Produits bruts

d'exploitation

Groupe détail 1 408,5 $ 1 399,3 $ 4 057,8 $ 4 032,7 $

Services Financiers 222,0 197,8 672,2 608,0

Division pétrolière 403,6 519,3 1 116,3 1 456,9

Mark's Work Wearhouse 164,2 168,7 493,5 516,8

Éliminations (32,4) (27,6) (91,0) (80,9)

---------------------------------------------------

Total des produits

bruts

d'exploitation 2 165,9 $ 2 257,5 $ 6 248,8 $ 6 533,5 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



Bénéfice (perte)

avant impôts

Groupe détail 95,6 $ 94,0 $ 223,6 $ 222,7 $

Services Financiers 18,7 47,6 93,5 146,2

Division pétrolière 8,5 7,5 22,3 20,5

Mark's Work Wearhouse (3,8) (0,1) (1,6) 3,8

---------------------------------------------------

Total du bénéfice

avant impôts 119,0 149,0 337,8 393,2

Impôts sur les

bénéfices 33,6 39,9 99,0 119,3

---------------------------------------------------

Bénéfice net 85,4 $ 109,1 $ 238,8 $ 273,9 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



Intérêts débiteurs,

montant net(1)

Groupe détail 17,8 $ 15,6 $ 56,7 $ 47,7 $

Services Financiers 19,0 2,3 46,2 5,8

Mark's Work Wearhouse 0,5 1,1 1,4 3,2

---------------------------------------------------

Total des intérêts

débiteurs 37,3 $ 19,0 $ 104,3 $ 56,7 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



Charge d'amortissement

Groupe détail 47,8 $ 43,0 $ 140,8 $ 127,5 $

Services Financiers 3,0 2,8 8,6 8,2

Division pétrolière 4,6 4,2 13,3 12,3

Mark's Work Wearhouse 7,1 5,9 20,2 17,1

---------------------------------------------------

Total de la charge

d'amortissement 62,5 $ 55,9 $ 182,9 $ 165,1 $

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



(1) Le montant net des intérêts débiteurs comprend les intérêts sur

la dette à court terme et sur la dette à long terme, contrebalancés

par les revenus d'intérêts hors exploitation, y compris les revenus

d'intérêts provenant des dépôts bancaires et des placements connexes

et les revenus d'intérêts des activités intersociétés. Les intérêts

sur la dette à long terme pour les périodes de 13 semaines et de 39

semaines terminées le 3 octobre 2009 se sont établis à 32,0 millions

de dollars (18,6 millions en 2008) et à 90,5 millions (57,6 millions

en 2008), respectivement.





Information sectorielle - Actifs totaux



---------------------------------------------------------------------

3 octobre 27 septembre 3 janvier

2009 2008 2009

(retraité - (retraité -

(en millions de dollars) note 2) note 2)

---------------------------------------------------------------------

Groupe détail 6 248,7 $ 6 208,1 $ 5 801,8 $

Services Financiers 3 804,5 2 143,8 2 550,6

Division pétrolière 274,5 281,5 352,9

Mark's Work Wearhouse 613,5 567,7 509,0

Éliminations (1 794,4) (2 123,8) (1 430,5)

---------------------------------------------------------------------

Total 9 146,8 $ 7 077,3 $ 7 783,8 $

---------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------



9. Trésorerie et équivalents de trésorerie



La trésorerie et les équivalents de trésorerie se composent des

éléments suivants :



3 octobre 27 septembre 3 janvier

(en millions de dollars) 2009 2008 2009

----------- -------------- ------------

Trésorerie (découvert bancaire) (59,7)$ (58,0)$ 59,2 $

Emprunts sur la marge de crédit - (49,8) -

Équivalents de trésorerie 935,5 109,9 369,8

----------- -------------- ------------

Trésorerie et équivalents de

trésorerie 875,8 $ 2,1 $ 429,0 $

----------- -------------- ------------

----------- -------------- ------------



Les équivalents de trésorerie sont des certificats de dépôt très

liquides d'entités assorties de cotes élevées ou du papier commercial

ayant une échéance de trois mois ou moins.



Les placements dans des certificats de dépôt très liquides d'entités

assorties de cotes élevées ou du papier commercial ayant une échéance

de plus de trois mois et de moins de un an sont classés en tant que

placements à court terme.



10. Dépôts



Les dépôts se composent des dépôts auprès de courtiers et des dépôts

de détail.



Les flux de trésorerie provenant des dépôts auprès de courtiers sont

générés par la vente de certificats de placement garantis (les "CPG")

par l'entremise de courtiers plutôt que directement aux clients des

services bancaires de détail, ces CPG étant généralement assortis

d'un taux d'intérêt plus élevé que celui des CPG offerts au détail.

Les soldes individuels allant jusqu'à 100 000 $ sont assurés par la

Société d'assurance-dépôts du Canada (la "SADC"). Les CPG offerts par

les courtiers sont d'une durée allant de 30 jours à cinq ans et ne

prévoient aucune disposition de remboursement par anticipation, sauf

en certaines circonstances exceptionnelles. Au 3 octobre 2009, le

total des dépôts à court terme et à long terme non encaissés auprès

des courtiers s'élevait à 1 733,5 millions de dollars (142,5 millions

en 2008).



Les dépôts de détail se composent des dépôts dans les comptes

d'épargne à intérêt élevé, des CPG et des dépôts dans les comptes

d'épargne libres d'impôt. Au 3 octobre 2009, le total des dépôts de

détail non encaissés s'élevait à 590,9 millions de dollars

(158,5 millions en 2008).



11. Informations à fournir concernant la gestion du capital



Les objectifs de la Société en matière de gestion du capital sont

les suivants :



- réduction du coût du capital après impôts;

- maintien de réserves de liquidités saines et d'un bon accès au

capital;

- maintien de la flexibilité de la structure du capital pour

assurer la capacité de réaliser le plan stratégique.



La conjoncture économique actuelle n'a pas eu d'incidence sur les

objectifs de la Société en matière de gestion du capital.



La direction inclut les éléments suivants dans la définition du

capital :



27 sept-

(en millions 3 octobre % du embre % du 3 janvier % du

de dollars) 2009 total 2008 total 2009 total

------------------- ------------------- -------------------

Tranche à

court terme

de la dette

à long terme 453,9 $ 6,9 % 10,5 $ 0,2 % 14,8 $ 0,3 %

Dette à long

terme 1 116,1 17,0 % 1 370,3 28,2 % 1 373,5 25,2 %

Dépôts à long

terme 1 318,7 20,1 % 114,5 2,4 % 598,7 11,0 %

Autres passifs

à long

terme(1) - - % 0,3 0,0 % 3,2 0,1 %

Capital-

actions 728,3 11,1 % 706,5 14,5 % 715,4 13,1 %

Surplus

d'apport 0,1 - % - - % - - %

Composantes du

cumul des

autres éléments

du résultat

étendu(2) - - % (12,1) (0,3)% - - %

Bénéfices non

répartis 2 934,6 44,9 % 2 670,9 55,0 % 2 752,4 50,3 %

------------------- ------------------- -------------------

Capital net

sous gestion 6 551,7 $ 100,0 % 4 860,9 $ 100,0 % 5 458,0 $ 100,0 %

------------------- ------------------- -------------------

------------------- ------------------- -------------------



(1) Passif à long terme qui correspond à des instruments dérivés ou à

des instruments de couverture liés aux composantes du capital

seulement.

(2) Composantes des autres éléments du résultat étendu liées aux

composantes du capital seulement.



La Société a adopté diverses politiques qui lui permettent de gérer

son capital, y compris une politique en matière de liquidité et de

levier financier ainsi qu'une politique en matière de titres de

capitaux propres et d'instruments dérivés. Dans le cadre de la

gestion générale du capital, le Comité de gestion des risques

financiers et le Comité de vérification du conseil s'assurent que la

Société se conforme à ces politiques et que son rendement à cet

égard est satisfaisant.



De plus, le Comité de gestion des risques financiers et le Comité de

vérification du conseil procèdent à des évaluations périodiques des

politiques afin de s'assurer qu'elles demeurent conformes au niveau

de tolérance au risque de la Société ainsi qu'aux tendances et aux

conditions actuelles du marché.



Pour évaluer l'efficacité avec laquelle elle gère son capital, la

direction a par le passé surveillé certains ratios clés pour

s'assurer qu'ils se situaient dans les fourchettes cibles. En raison

de la croissance des activités de la division des Services

Financiers, des changements relatifs à la façon dont les Services

Financiers obtiennent du financement et de l'incidence éventuelle

des IFRS, les ratios présentés précédemment ne sont plus considérés

comme pertinents par la direction. La direction effectue

actuellement un examen en vue de déterminer les ratios les plus

pertinents.



Dans le cadre des ententes d'emprunt existantes, des clauses

restrictives financières clés font l'objet d'une surveillance

continue par la direction afin d'assurer la conformité à ces

ententes. Les clauses restrictives clés sont les suivantes :



- Le maintien d'une couverture minimale précise des immobilisations

corporelles, établie en fonction du calcul suivant :

- total de l'actif moins les actifs incorporels, le passif à

court terme (à l'exclusion de la tranche à court terme de la

dette à long terme) et le passif au titre des avantages

sociaux futurs;

- divisé par la dette à long terme (y compris la tranche à court

terme de la dette à long terme).

- Restrictions quant à l'excédent pouvant être versé aux

actionnaires sous forme de dividendes. Par conséquent, la Société

est assujettie à des restrictions relativement aux distributions

(y compris les dividendes et le remboursement ou le rachat

d'actions) qui excèdent son bénéfice net cumulé sur une période

donnée.



Au cours de la période, la Société se conformait à ces clauses

restrictives clés.



La filiale en propriété exclusive de la Société, la Banque Canadian

Tire (la "Banque"), gère son capital conformément aux lignes

directrices établies par le Bureau du surintendant des institutions

financières Canada (le "BSIF"). Les lignes directrices concernant le

capital réglementaire mesurent le capital par rapport au risque de

crédit, au risque de marché et au risque opérationnel. La Banque

dispose de diverses politiques et procédures et de divers contrôles

concernant le capital auxquels elle a recours pour atteindre ses

objectifs.



Les objectifs de la Banque sont les suivants :



- disposer d'un capital suffisant pour garder la confiance des

déposants;

- posséder une structure du capital appropriée, selon les

évaluations effectuées à l'interne, conformément aux définitions

des organismes de réglementation et par rapport aux autres

institutions financières;

- obtenir le coût global du capital le plus bas tout en préservant

une composition appropriée d'éléments de capital pour atteindre

les niveaux de capitalisation cibles.



Le capital total de la Banque se compose de deux catégories de

capital, approuvées en vertu des actuelles lignes directrices

concernant le capital réglementaire du BSIF. Au 30 septembre 2009,

soit la fin du trimestre de la Banque, le capital de première

catégorie comprenait les actions ordinaires et les bénéfices non

répartis, moins l'exposition nette découlant de la titrisation. À

l'heure actuelle, la Banque ne détient aucun instrument dans le

capital de deuxième catégorie. Les actifs pondérés en fonction des

risques, dont il est fait mention dans les lignes directrices

réglementaires, comprennent tous les actifs figurant au bilan,

pondérés pour tenir compte du risque inhérent à chaque type d'actif,

et une composante liée au risque opérationnel fondée sur un

pourcentage des produits moyens pondérés en fonction des risques.



Le ratio du capital de première catégorie et le ratio du capital

total de la Banque se situent au-dessus de la cible minimale établie

à l'interne, soit 12 pour cent. Le ratio actif/capital se situe en

deçà de la cible maximale établie à l'interne. Les ratios minimaux

du capital de première catégorie et du capital total du BSIF pour

les banques canadiennes sont de sept pour cent et de dix pour cent,

respectivement. Au cours du trimestre terminé le 30 septembre 2009

et de la période correspondante, la Banque s'est conformée aux

lignes directrices concernant le capital du BSIF en vertu des normes

Bâle II énoncées dans le document intitulé "Convergence

internationale de la mesure des normes de fonds propres : dispositif

révisé" (l'"Accord de Bâle II").



12. Informations à fournir sur les instruments financiers



Provision pour pertes sur créances



La provision relative aux créances de la Société est maintenue à un

niveau considéré comme suffisant pour absorber les pertes sur

créances futures. La continuité de la provision pour pertes sur

créances de la Société se présente comme suit :



Créances sur

cartes de crédit Autres prêts(1)

-----------------------------------------

27 sept- 27 sept-

3 octobre embre 3 octobre embre

(en millions de dollars) 2009 2008 2009 2008

-----------------------------------------

Solde au début 51,8 $ 51,5 $ 3,5 $ 2,7 $

Dotation à la provision pour

pertes sur créances 124,5 47,1 4,3 8,2

Recouvrements 13,7 10,7 0,6 0,4

Radiations (110,9) (59,3) (5,8) (7,5)



-----------------------------------------

Solde à la fin 79,1 $ 50,0 $ 2,6 $ 3,8 $

-----------------------------------------

-----------------------------------------





Débiteurs Total

-----------------------------------------

27 sept- 27 sept-

3 octobre embre 3 octobre embre

(en millions de dollars) 2009 2008 2009 2008

-----------------------------------------

Solde au début 3,3 $ 5,0 $ 58,6 $ 59,2 $

Dotation à la provision pour

pertes sur créances 0,9 0,8 129,7 56,1

Recouvrements 0,2 0,3 14,5 11,4

Radiations (2,2) (2,5) (118,9) (69,3)



-----------------------------------------

Solde à la fin 2,2 $ 3,6 $ 83,9 $ 57,4 $

-----------------------------------------

-----------------------------------------



(1) Les autres prêts comprennent les prêts personnels, les prêts

hypothécaires et les prêts au titre de marges de crédit.





Risque de change



La Société a un besoin considérable de devises, principalement des

dollars américains, en raison de l'approvisionnement à l'étranger.

Cependant, elle gère son exposition au risque de change au moyen

d'une politique complète de gestion du risque de change qui comporte

des lignes directrices et des paramètres précis, portant notamment

sur le pourcentage de couverture minimal mensuel, en vue de la

conclusion d'opérations de couverture de change relatives aux achats

prévus en dollars américains. Toutefois, l'exposition de la Société

aux fluctuations soutenues au sein du marché des changes subit

l'incidence des forces concurrentielles et sera touchée par les

conditions futures du marché.



Risque d'illiquidité



Le tableau suivant présente les échéances contractuelles de la

Société quant à ses passifs financiers. Le tableau comprend

l'intérêt et les principaux flux de trésorerie.





(en millions de dollars) 1 an 2 ans 3 ans 4 ans

-------------------------------------------



Dépôts 1 015,1 $ 219,9 $ 280,8 $ 296,1 $

Créditeurs et autres 1 373,6 - - -

Dette à long terme 453,9 9,0 21,0 8,2

Versement des intérêts(1) 143,7 102,2 99,6 98,2

Autres - 0,8 - -

-------------------------------------------

Total 2 986,3 $ 331,9 $ 401,4 $ 402,5 $

-------------------------------------------

-------------------------------------------





Par la

(en millions de dollars) 5 ans suite Total

---------------------------------



Dépôts 521,9 $ - $ 2 333,8 $

Créditeurs et autres - - 1 373,6

Dette à long terme 6,9 1 063,1 1 562,1

Versement des intérêts(1) 110,7 651,5 1 205,9

Autres 5,2 - 6,0

---------------------------------

Total 644,7 $ 1 714,6 $ 6 481,4 $

---------------------------------

---------------------------------

(1) Comprend les versements d'intérêts sur les dépôts et la dette à

long terme.





Risque de taux d'intérêt



La Société est exposée au risque de taux d'intérêt, qu'elle gère au

moyen de swaps de taux d'intérêt. La Société a adopté une politique

selon laquelle au moins 75 pour cent de sa dette à long terme (dont

l'échéance est supérieure à un an) doit être assortie d'un taux

d'intérêt fixe plutôt que d'un taux d'intérêt variable. La Société

se conforme à cette politique.



13. Autres placements à long terme



La Société classe dans ses autres placements à long terme son

investissement de 5,1 millions de dollars (6,6 millions en 2008)

dans le PCAC de tiers canadien émis par plusieurs fiducies dont le

coût initial s'élève à 8,9 millions.



Le marché du PCAC de tiers canadien a fait l'objet d'une proposition

officielle de restructuration. Le 21 janvier 2009, le dépositaire de

la Banque a reçu du PCAC restructuré, tel qu'il est désigné dans

l'accord de Montréal. La Société a reçu des billets de catégorie A

ayant une valeur nominale de 7,7 millions de dollars et un taux

d'intérêt variable estimé au taux des acceptations bancaires, moins

50 points de base. L'agence de notation DBRS a attribué la cote A

aux billets de catégorie A. En outre, dans le cadre de la

restructuration, la Société a reçu 1,2 million de dollars sous forme

de divers billets de qualité inférieure.



La valeur de ces billets est ajustée à la juste valeur de marché

tous les trimestres, les billets étant des instruments financiers

détenus à des fins de transaction. Les billets ont fait l'objet de

deux opérations sur le marché libre jusqu'à ce jour au Canada en

2009. Selon la direction, ces opérations n'étaient pas

représentatives de la valeur de marché. Par conséquent, la juste

valeur est déterminée à l'aide d'un modèle d'évaluation. Le taux

d'actualisation utilisé dans le cadre du modèle d'évaluation a été

mis à jour conformément à l'information courante disponible au cours

du trimestre.



14. Stocks de marchandises



Le poste "Coût des marchandises vendues et autres charges

d'exploitation à l'exception de ce qui suit" pour les périodes de 13

semaines et de 39 semaines terminées le 3 octobre 2009 comprend un

montant de 1 473,6 millions de dollars (1 604,6 millions en 2008) et

un montant de 4 185,1 millions (4 610,1 millions en 2008) au titre

de stocks comptabilisés en charges, respectivement, dont un montant

de 16,0 millions (16,0 millions en 2008) et de 41,4 millions

(48,9 millions en 2008) au titre de réductions de valeurs des stocks,

respectivement, puisque la valeur nette de réalisation est inférieure

au coût. Les réductions de valeurs des stocks constatées au cours

d'exercices antérieurs et reprises au cours du trimestre considéré

et de la période correspondante n'ont pas été considérables.



15. Renseignements supplémentaires sur les flux de trésorerie



Pour la période de 13 semaines terminée le 3 octobre 2009, la

Société a payé 32,4 millions de dollars en impôts sur les bénéfices

(57,1 millions en 2008) et 28,4 millions en intérêts (14,8 millions

en 2008). Pour la période de 39 semaines terminée le 3 octobre 2009,

la Société a payé 136,6 millions de dollars en impôts sur les

bénéfices (170,6 millions en 2008) et 110,8 millions en intérêts

(73,2 millions en 2008), y compris un montant de 31,8 millions lié

au règlement de swaps de taux d'intérêt différés.



Pour les périodes de 13 semaines et de 39 semaines terminées le

3 octobre 2009, des immobilisations corporelles ont été acquises au

coût global de 50,5 millions de dollars (109,5 millions en 2008) et

de 140,2 millions (286,7 millions en 2008), respectivement. Le

montant lié aux immobilisations corporelles acquises compris dans

les créditeurs et autres s'élevait à 11,8 millions de dollars au

3 octobre 2009 (27,1 millions en 2008).



Pour les périodes de 13 semaines et de 39 semaines terminées le

3 octobre 2009, des actifs incorporels, qui consistent en des

logiciels, ont été acquis au coût global de 13,7 millions de dollars

(21,7 millions en 2008) et de 51,7 millions (50,3 millions en 2008),

respectivement. Le montant de ces actifs incorporels acquis compris

dans les créditeurs et autres s'élevait à 3,0 millions de dollars au

3 octobre 2009 (0,6 million en 2008).



16. Questions juridiques



La Société et certaines de ses filiales sont parties à un certain

nombre de poursuites. De l'avis de la Société, une poursuite de ce

type représente des questions juridiques courantes inhérentes à ses

activités, et la résolution ultime de ces poursuites n'aura pas

d'incidence importante sur ses résultats, sur ses flux de trésorerie

ni sur sa situation financière consolidés.



En octobre 2004, un groupe de consommateurs établi au Québec a

déposé une requête en vue d'autoriser un recours collectif contre

une filiale en propriété exclusive de la Société, la Banque Canadian

Tire (la "Banque") et certaines autres banques. Les requérants

allèguent que les frais que la Banque impute sur les opérations

d'avance de fonds sont interdits en vertu de la Loi sur la protection

du consommateur (Québec). Le recours collectif vise le remboursement

de tous les frais qui ont été facturés aux titulaires de cartes pour

les opérations d'avance de fonds, plus les intérêts, et le versement

d'un montant pour dommages et intérêts à toutes les personnes

inscrites au recours collectif. Le recours collectif contre la

Banque a été autorisé le 1er novembre 2006. Le recours collectif

regroupe toutes les personnes du Québec qui ont un contrat de carte

de crédit avec la Banque et qui ont payé des frais pour les

opérations d'avance de fonds effectuées au Canada ou à l'étranger

depuis le 1er octobre 2001. La Société est d'avis qu'elle a une

solide défense contre la réclamation du fait que les banques ne sont

pas assujetties à la législation provinciale, les services bancaires

et l'information sur les frais d'emprunt étant de compétence fédérale

exclusive. Par conséquent, aucune provision n'a été constituée en

prévision de montants, le cas échéant, que la Société devrait verser

advenant un dénouement défavorable. Si la décision est défavorable,

le risque global total actuel de la Banque devrait s'élever à

environ 15,0 millions de dollars.



En juin 2009, une poursuite judiciaire semblable contre une autre

institution financière, remettant en question la légalité des frais

exigés pour des opérations de change effectuées par cartes de crédit,

a été entendue par la Cour suprême du Québec. La Cour a rendu une

décision en faveur du demandeur. Cependant, la décision a été portée

en appel devant la Cour d'appel du Québec. La décision rendue

pourrait avoir une incidence sur les autres poursuites en suspens,

dont la demande liée au recours collectif contre la Banque

mentionnée dans le paragraphe précédent.



17. Questions fiscales



Dans le cours normal de ses activités, la Société fait régulièrement l'objet de vérifications menées par l'administration fiscale. Bien que la Société estime que les déclarations fiscales qu'elle produit sont appropriées et justifiables, il existe toutefois la possibilité que certains éléments fassent l'objet d'une révision et soient contestés par l'administration fiscale.



Les principales questions contestées par l'Agence du revenu du

Canada (l'"ARC") ont trait au traitement fiscal des commissions

versées à des filiales étrangères de la Société (pour les années

d'imposition allant de 1995 à 2007) et aux dividendes reçus

relativement à un placement réalisé par une filiale en propriété

exclusive de la Société lié à la réassurance (pour les années

d'imposition allant de 1999 à 2003).



Les autorités fiscales provinciales compétentes ont établi de nouvelles cotisations et on s'attend à ce qu'elles en établissent d'autres à l'égard de ces questions pour ces mêmes années.



La Société a convenu avec l'ARC de régler la question des commissions versées entre 1995 et 2003. Toutefois, certains renseignements fournis par la Société devront faire l'objet d'une vérification par l'ARC avant que ne soit déterminé le montant définitif des impôts à payer par suite du règlement. La Société est d'avis que les autorités fiscales provinciales établiront aussi de nouvelles cotisations selon les mêmes critères. La Société ne fait pas l'objet d'un risque important en ce qui concerne cette question pour les années d'imposition postérieures à 2003.



Les nouvelles cotisations relatives à la question des dividendes reçus reposent sur plusieurs motifs, dont certains sont très inhabituels. La Société a porté en appel ces nouvelles cotisations, et la question est en instance devant la Cour canadienne de l'impôt.



Si l'ARC et les autorités fiscales provinciales compétentes avaient gain de cause pour l'ensemble de ces nouvelles cotisations - un dénouement que la Société et ses conseillers fiscaux croient improbable - nous estimons que l'obligation totale de la Société quant aux impôts supplémentaires à payer, aux intérêts et aux pénalités pourrait s'établir à environ 192,8 millions de dollars.

Bien que la Société ait porté en appel ces nouvelles cotisations, les lois fiscales actuelles exigent de la Société qu'elle verse à l'ARC et à ses homologues provinciaux un montant d'environ 119,7 millions de dollars lié à cette question, dont la totalité avait déjà été payée à la fin du trimestre.



La Société examine périodiquement la possibilité de dénouements défavorables en matière de questions fiscales. La Société est d'avis que la décision finale relativement aux règlements, à la résolution de la question des commissions, à la résolution de la question des dividendes reçus et aux autres questions fiscales n'aura pas d'incidence défavorable importante sur ses liquidités, sur sa situation financière consolidée ni sur ses résultats d'exploitation consolidés, car elle croit qu'elle a établi des provisions adéquates à l'égard de ces questions fiscales. Si le passif fiscal définitif différait sensiblement des provisions établies, le taux d'imposition effectif de la Société et son bénéfice pourraient en subir les répercussions positives ou négatives dans la période au cours de laquelle les questions seront en fin de compte résolues.



La provision pour charge d'impôts accumulée depuis le début de l'exercice a été diminuée de 9,1 millions de dollars en raison de l'application rétroactive d'un changement législatif relatif à

l'imposition des gains réalisés à la cession d'actions en 2006 et en 2007 et de la révision de la charge d'impôts estimative de

l'exercice précédent.



18. Événements postérieurs



Le 21 septembre 2009, la Société a annoncé qu'elle avait exercé son droit de racheter la totalité de ses débentures à 12,10 % en cours, d'un montant de 150 millions de dollars (les "débentures"), dont la date d'échéance était le 10 mai 2010. Les débentures ont été rachetées le 22 octobre 2009 (la "date de rachat").



Par suite de ce rachat, la Société a versé une prime de remboursement de 9,4 millions de dollars à la date de rachat. Ce montant sera inclus dans les intérêts débiteurs à long terme du trimestre se terminant le 2 janvier 2010.



Les débentures étaient couvertes par des swaps de taux d'intérêt qui devaient venir à échéance le 10 mai 2010. La comptabilité de couverture de ces swaps a pris fin au moment de l'annonce du rachat.



Par conséquent, un ajustement cumulatif de 3,3 millions de dollars au titre de la comptabilité de couverture, auparavant compris dans la valeur comptable des débentures, a été amorti dans le résultat au cours de la période restante jusqu'à l'échéance des débentures.



Ainsi, un profit de 1,6 million de dollars est compris dans les intérêts débiteurs à long terme du trimestre terminé le 3 octobre 2009 et un profit de 1,7 million sera constaté au trimestre se terminant le 2 janvier 2010.



Avec prise d'effet le 6 novembre 2009, la Société a vendu son portefeuille de prêts hypothécaires, totalisant environ 162 millions de dollars, à la Banque Nationale du Canada, sentiellement à sa valeur comptable. Le transfert des comptes clients sera terminé au plus tard au début de 2010. La Société estime qu'elle subira une perte avant impôts d'environ 6 millions de dollars pour le trimestre se terminant le 2 janvier 2010 relativement au dénouement et à d'autres coûts, qui sera présentée au poste Coût des marchandises vendues et autres charges d'exploitation.





Annexe des états financiers consolidés portant sur la couverture des intérêts (non vérifié)

------------------------------------------------------------------------



Les exigences de la Société en matière d'intérêts sur la dette à long terme pour la période de 53 semaines terminée le 3 octobre 2009, compte tenu des intérêts annualisés sur la dette à long terme émise et remboursée au cours de cette période, se sont élevées à 145,7 millions de dollars. Le bénéfice de la Société avant les intérêts sur la dette à long terme et les impôts pour la période de 53 semaines terminée le 3 octobre 2009 s'est chiffré à 637,3 millions de dollars, soit 4,4 fois les exigences de la Société en matière d'intérêts sur la dette à long terme pour cette période.

INFO PLUSRetour aux nouvelles de Québec Franchise

Partagez cette page



  • FIER PARTENAIRE DU SALON
  • Salon Expo Franchise
  • Prochain en 2019 :
    Les 30 et 31 mars 2019 à Montréal (Palais des congrès)
  • FOURNISSEURS EN VEDETTE
  • C.J.Pellan
  • Banque TD
  • Mixcom
  • Jean H. Gagnon
  • RFAQ
  • Jurifax
  • Cité boom

Index des franchises et des occasions d'affaires à vendre par ordre alphabétique